• Consommation de vers de farine
    (des vers de farine)
    (morts et séchés)

    Je crois que jeudi matin, j'ai eu un des cours d'anglais les plus instructifs de tous ceux auxquels j'ai assisté : on a mangé des insectes (après avoir parlé en anglais de l'entomophagie et des risques pour les personnes déjà allergiques aux mollusques).

    La consommation humaine d'insectes est une pratique traditionnelle répandue surtout en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, qui concerne de nos jours plus de 2,5 milliards de personnes à travers le monde, mais qui s'étendait auparavant à la plupart des continents.

    Il est probable que ce soit l'arrivée de l'agriculture et le passage des insectes du rang d'aliment à celui de nuisible pour les cultures, qui soit la cause de la disparition des insectes de nos assiettes (j'aime bien, ça sonne bien, « des insectes de nos assiettes").

    Cependant, leur riche teneur en protéines (40 criquets = 100 g de steak de boeuf) et leur faible impact environnemental (8 kg d'aliments ne peuvent donner que 1 kg de boeuf mais 4 kg d'insectes ; les insectes consomment également beaucoup moins d'espace, d'eau et de nourriture que les mammifères) en font certainement des ressources alimentaires intéressante pour l'avenir, que ce soit pour les pays en développement ou pour nous.

    Insects timeDe plus, sachez que si vous mangez déjà des crustacés, vous êtes déjà entomophages :-)

    Nous on a eu le droit à des insectes pour l'apéro.
    Pour être honnête, ça n'a aucun goût, mais ça a l’avantage d'être croustillant :-) Je vous déconseille quand même les morceaux de criquets si vous êtes en public, c'est comme le pavot, après on en a plein les dents tongue, mais ça peut être pas trop mal comme mise en bouche (et moi j'avais faim, donc à part des mouches j'aurais tout gobé).

    Insects time
    (des petits morceaux de criquets je crois)


    2 commentaires
  • Je vous mets au défi de faire des tractions avec ces espèces de petits champignons !

    Panneau d'activité au parc


    1 commentaire
  • Salut les gens !

    N'oubliez pas qu'on a changé d'heure cette nuit, et qu'il est désormais une heure plus tôt !
    (oui, le soleil se couchera aussi une heure plus tôt cry, hélas).

    Ce matin je me promenais sur le net, et je suis tombée sur "les 10 applis indispensables à l'étudiant" ou un quelque chose comme ça.
    Je m'attendais à des applications pour augmenter la résolution de l'appareil photo de son téléphone, pour prendre des diapos lointaines en photos dans les amphis, ou pour améliorer les performances de son dictaphone... Que nenni : que des applis pour trouver des restaurants, des sorties ou de réseau social quasiment. Seulement une appli pour gérer un emploi du temps, et une autre pour un réseau social à destination professionnelle, mais c'était à peu près tout.
    (grande naïve je suis toujours, apparemment sarcastic)

    Sinon cette semaine en cherchant, j'ai compris pourquoi le rayon "Comportement animal" de la BU était si pauvre (petit nombre de "gros" ouvrages en français, livres pas tout récents en anglais): il n'existe quasiment pas de bouquin de référence en la matière en français. MAIS, il y a l'air d'en avoir plein en anglais (enfin, c'est Amazon qui me l'a dit), plus récents (j'ai trouvé sur internet un dictionnaire d'éthologie en français qui date de 1995... et il n'y a pas de version plus récente apparemment), plus feuillus (Nanou aime l'épaisseur, c'est une garantie de l'éventail de sujets traités), et souvent (un peu) moins chers. Donc, je pense que si un jour j'ai besoin d'investir, après le bouquin français de référence, ce sera dans des bouquins en anglais uniquement...


    votre commentaire
  • Après avoir rapidement présenté en anglais l'hermine qui est invasive en Nouvelle-Zélande, place en français cette fois-ci, sur le bilby.

    Le bilby, c'est ça (oui, ça ressemble à un croisé rat-chihuahua-lapin-chauve-souris) :

    itsnature.org

    On a découvert ce drôle d'animal aujourd'hui...


    2 commentaires
  • Il y avait du vent, il faisait froid, il y avait de l'eau qui tombait du ciel*, de la boue, des herbes jusqu'aux fesses, bref, c'était la première sortie d'écologie de toute ma (petite) vie (si si, première vraie sortie alors que je suis en quatrième année d'études de biologie, rien que ça. Ouvrons un cidre).

    On est vivants !!!

    Bref, départ vers la cambrousse pluvieuse :-) Cette sortie, on ne l'oubliera pas !

    Jouer dans la boue Étudier la biomasse et en avoir partout s'imprégner de son thème d'étude jusque sous les ongles jusqu'au bout des ongles des heures durant, pourquoi pas, on est en bio, on est consentants, moi je veux bien et j'ai rien de spécial contre la pluie (sauf quand elle tombe sur mes lunettes).
    Mais la prise de notes sous la pluie, ça, c'est une autre histoire...

    Quelques soucis techniques sont tout de même à déplorer :

    - à aucun moment l'information ne nous a été donné que ça pouvait être aussi pourri comme temps. On s'attendait à du mauvais temps selon Meteo France, style de la pluie et de l'humidité, mais visiblement on n'avait pas pris en compte certains éléments (on ne savait même pas où manger le midi)

    - j'aurais peut-être du demander à Grande sœur des conseils pour des relevés sous le feu (enfin, la pluie) sauvage des éléments, à savoir sous vache qui pisse. Pour la prise de notes, le parapluie n'est pas tip-top, la capuche ne protège évidemment pas les feuilles, les gants c'est pas terrible, et le jean trempé inséchable le midi non plus ;-)
    (mais le reste ça allait, à part le sac à ordinateur. Qu'est-ce qu'il a pris cry !!!)

    - le fait que ç'a été axé très botanique, alors que, je ne sais pas, l'écologie c'est pas que de la plante non plus (certes, il y avait une partie ver de terre, mais bon, va étudier le comportement du vers de terre toi quand aucun ne daigne sortir le bout de son corps...). Hum, n'ayant pas fait de biologie végétale depuis la L1 et avec plein de mots inconnus sur les fiches de détermination (ligule ?), Nanou paaaas au point.
    On s'est bien aperçus que la sortie avait été prévue pour des étudiants en écologie et pas en comportement ^^...

    - côté prof, aucune information (on va où ? on mange où ? dans quel type d'endroit ?) sarcastic Mais ça, j'ai l'impression que c'est général : il faut quasiment se battre pour avoir les polys en ligne, et les profs n'ont l'air au courant de rien sarcastic.


    Nos pantalons, bottes et autres imperméables ont dont bien fait honneur à la pluie (fine mais continue...) et au ciel plombé tout au long de la journée on-ne-sait-où dans la campagne (siiiii, y'avait des vaaaaaches yes !)

    Ironie du sort : à peine remontés dans le bus, le soleil est enfin apparu**.
    Et la journée s'est achevée sous un ciel radieux ^^

    On est vivants !!!

    (mais on était bien mouillés)

     

    * dit comme ça je trouve que ça fait plus classe que de dire simplement qu'il pleut.

    ** il ne pleut que sur les c....


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires