• Sans doute que personne ne se pose la question, mais en juin j'ai eu mon Master (tiens, d'ailleurs, ça me fait penser qu'il faut que je fasse un courrier pour le réclamer).
    La suite logique, ce serait de bosser, mais comment dire : non seulement je n'ai pas choisi une voie très pourvoyeuse d'emplois, mais en plus, bien que mes deux années d'étude en éthologie m'aient passionnée même si je n'en effleuré qu'un bout, je ne me vois pas faire de la recherche mon métier. Et puis oh, moi je veux être véto.

    Période de flottement

    Bref. Je déménage bientôt.
    (sans transition)

    Depuis un mois et demi j'ai Eugene (sans transition non plus). C'est qui Eugene ?

    Eugene (dis Iou-djine, fais-moi plaisir), c'est ma voiture.
    On s'apprivoise encore hein, elle et moi. Parce que toute seule dans la voiture je suis pas DU TOUT à l'aise et j'ai juste l'impression d'être un danger public (conducteurs expérimentés, ne faites pas peur aux A qui arpentent les routes s'il-vous-plaît). Bon, je n'ai encore tué personne (mais je conduis rarement seule), et vu le prix de mon assurance j'aimerais vraiment que ça continue. Mais quand même, avoir son permis et ne pas conduire pendant plusieurs mois, c'est pas l'idée du siècle.
    Pourquoi s'embarrasser d'une voiture ? Parce qu'elle va me servir à déménager... d'ici quelques semaines, et à être autonome au niveau des transports sachant que j'ignore encore où j'aurai vraiment besoin d'aller.

    Toit de Paris sous le soleil et un ciel bleu

    Comme je suis tout de même dans l'incapacité de partir tout de suite (#administration #sécu #préfecture #etpleind'autreschosesencore), je m'occupe.

    Je passe un certain temps à squatter sur Paris. J'ai ainsi (re)visité, en vrac, la galerie d'anatomie comparée du Muséum national d'Histoire naturel (ce lieu c'est la VIE Go go go ! Mon royaume pour le MNHM, c'était ça en fait la vraie citation !), le musée de l'Homme (vraiment TROP COOL, foncez les yeux grands ouverts Go go go), le musée de l'Armée, les Invalides, le musée de la médecine (petit mais si vous rêvez de voir des collections de forceps et de sondes urinaires, c'est la bonne adresse), le centre Pompidou (où j'avais l'impression d'être un hamster attendant Mary Poppins - ouais, j'y allais que pour les tubes, l'art c'est pas trop mon trip)...
    D'où les photos un peu parisiano-centrées ces derniers temps (non, je n'ai pas déménagé à Paris).

    Vue sur le Sacré-Coeur depuis le Centre Pompidou

    Je wikipédie aussi à mes (nombreuses) heures perdues (même si d'autres vous diront que du coup ce ne sont pas des heures si perdues que ça...).
    M'étant refusée pendant deux ans à consulter les articles consacrés à l'éthologie pour mes études, j'ai fait des attaques en les voyant (donc, j'ai bien fait de pas les avoir lus avant). Faut vraiment remédier à ça un jour, c'est trop la honte là. J'ai (un peu) commencé, en passant de ça (totalement hors sujet) à ça (pas hyper exhaustif, mais déjà ça parle du sujet et il y a des références) par exemple. J'ai doublé la taille de l'article sur les étourneaux sansonnets (et c'est pas fini !), sans oublier de rédiger une partie sur leur utilisation en recherche (#hommage :( ) et il faut encore que je m'attaque à la partie sur le social.
    Tiens, faudra que j'en cause de Wikipédia d'ailleurs. Des années de blog, et je suis à peu près sûre que je n'en ai jamais vraiment parlé.

    Et, last but not least, j'essaie de maintenir mes pieds au chaud. Car l'heure est grave les ami.e.s. Toutes les mauvaises saisons, j'ai les pieds froids. Mais là, c'est PIRE.
    Je n'ai plus les pieds froids, j'ai les pieds absolument GELÉS, les mollets froids à partir des genoux, des fois je me demande si mes pieds sont encore rattachés à mon corps et le froid m'engourdit les extrémités inférieures... Devant mon grand âge, je ne vois plus qu'une option : me convertir à la bouillotte.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • (transcription : cliquer sur Lire la suite)

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Jour

    Dans la peau d'un Anne-ster

    Nuit

    Dans la peau d'un Anne-ster

    (Cliquer pour agrandir)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un discours clair et percutant, sans argument d'autorité !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Lecteur (Lecteur.ice ?),

    Tu trouves ça normal qu'on dise « Madame l'ambassadeur », « Madame le ministre », voire « Madame le Premier ministre » ? Bon, certes, sur cette question, beaucoup de gens ont un avis différent.

    Mais que penser du fait que l'on représente souvent les femmes (et les hommes) dans des rôles stéréotypés dans les campagnes / médias ? (ce n'est pas un scoop)
    Tu trouves ça normal que l'on demande toujours à une femme comment elle concilie sa vie de famille avec sa vie professionnelle (ou sa vie professionnelle avec sa vie de famille), et qu'on ne pose jamais cette question à un homme ? Que souvent, lors de réunions, les hommes accaparent davantage le temps de parole que les femmes et ont davantage tendance à couper la parole à celles-ci ?

    Bref, souvent, les diverses communications auxquelles nous assistons, ou même que nous avons au quotidien, continuent à véhiculer bien des stéréotypes de genre. Et ce, (parfois) bien malgré nous.

    Je viens donc te parler de ce guide, sorti par le Haut Conseil pour l'Égalité (HCE) et conçu en association avec La Documentation française :

    En plus d'être percutant, super intéressant et très accessible, ce petit guide se lit très rapidement car le temps c'est de l'argent.

    En plus d'expliquer l'usage du féminin dans l'histoire de la langue française (j'avoue, je connaissais mal), il expose surtout 10 conseils simples et pratiques à appliquer pour éviter de perpétuer sans le vouloir des usages (in)volontairement sexistes et inégalitaires.

    Et quand bien même on choisirait de ne pas (tous) les appliquer, ce guide a le mérite de rassembler plusieurs points problématiques dans nos expressions au quotidien, et d'amener à réfléchir sur la question.
    Parce que la manière dont on s'exprime est importante, et va bien au delà d'un simple échange d'informations, ces conseils peuvent évidemment s'appliquer à nous tous (pas qu'aux instances publiques comme on pourrait le croire d'après le titre) à l'écrit comme à l'oral.

     

    C'est important, et c'est par ici!
    (ou là, directement en pdf)

     

    Bonne & enrichissante lecture !

     

    PS : et en bonus, si tu ne sais pas encore ce que c'est, tu pourras en même temps découvrir les principes du langage épicène.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Cabinet de curiosité #3

    Tirez sur la langue pour entendre parler le Ngaanyatjarra.

    (Musée de l'Homme - Paris)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires