• En plus de lire ses articles biblio...

    Option 1 : faire tout ce qui a été repoussé jusque là

    1. Faire la vaisselle
    2. Nettoyer le fond de ma douche
    3. Faire la vaisselle
    4. Ranger

    Bilan : tout ceci ayant été repoussé avec succès depuis de long(ue)s jours / semaines, il est probable qu'il en soit tout autant ce week-end. Car si ça n'a pas été fait, c'était sans doute que ce n'était pas si indispensable...

    Option 2 : aller au cinéma.

    Trois films me font de l'oeil d'après le site du cinéma

    Occuper un week-end pluvieux Occuper un week-end pluvieux Occuper un week-end pluvieux

    Mais :
    1. Regarder les trois c'est trop cher.
    2. Regarder un c'est bien
    3. Mais deux c'est mieux
    4. Je suis toute seule, mes comparses de cinéma m'ayant lâchement abandonnée pour aller flirter avec des poussins anglais et des chimpanzés prépubères
    5. Faut choisir.

    Bilan : ça s'annonce mal. Celui du milieu semble plus facile à rentabiliser (durée plus longue / prix du billet).

    Option 3 : se faire un vendredi soir le samedi soir

    A savoir, vu que je n'ai pas pu faire mes courses : un truc bon et chaud à manger (genre de la soupe en brique, c'est trop bon), un cidre (brut ?), un film, des bougies, une robe de chambre et un plaid polaires, une peluche.

    Bilan : faisable, mais ça ne prend qu'une soirée.

    Option 4 : faire le tour du dimanche

    C'est-à-dire aller au Jardiland l'après-midi et faire juste l'aller-retour.

    (ouais, j'ai une vie palpitante)
    (à force de me voir tous les dimanches sans rien acheter, ils vont trouver ça louche...)

    Bilan : difficile avec le temps, ne prend qu'un après-midi.

    Option 5 : faire des crêpes

    1. Faut du cidre (encore !)
    2. Mais c'est pas comme si  c'était un problème
    3. Faut racheter de la pâte à tartiner
    4. Faut que je me trouve un film à regarder (sinon manger des crêpes en parlant toute seule c'est pas folichon)

    Bilan : envisageable, mais trouver un film.

    Mais lire d'abord ses articles...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Quoi de neuf sous les cieux du Phare Ouest ?

    Ma foi plein de choses !

    • Je suis en stage depuis deux semaines, et depuis la dernière, les choses sérieuses ont commencé.
    Je travaille sur des oiseaux qui ont des super-pouvoirs. Ouaip. Rien que ça ! Genre, à l'état sauvage ils peuvent faire des ballets magnifiques tout comme vous ruiner des monuments grâce à leurs fientes hyper corrosives (yep).

    Nuage d'oiseaux

    Bon en fait, les miens sont captifs depuis leur éclosion et je ne vais pas les transformer en petits rats de l'opéra. Pour le moment, je suis chargée de les apprivoiser (= je tente de les corrompre avec de la nourriture appétente) pour qu'on puisse ensuite passer à l'étape suivante de notre expérience (= les transformer en futurs Johnny Hallyday, même si je préfèrerais Nicola Sirkis ou en Daniel Lanois).

    Bon après j'avoue, si jamais je peux aussi faire ça à la fin avec eux, je dis pourquoi pas :

    C'est bon pour le moral
    (même si les miens sont (beaucoup) plus petits, et que je suis, bien entendu, bien moins blonde et jolie que ça ^^...)

     

    • ­A ce propos, notre bureau de stagiaires M2, que nous verrons encore 5 mois, est tout de même bien grand (25-30 m² ?) et bien tout nu. D'où l'idée suggérée par ma co-bureautière : le peupler de végétaux (enfin, un peu).

    Ni elle ni moi n'ayant la main verte, nous cumulions donc plusieurs souhaits / handicaps :
    - avoir des plantes sans avoir aucun talent pour les maintenir en vie (dois-je rappeler que je suis responsable de la mort de... cactus ? mais aussi de trèfles ?)
    - ne pas se ruiner pour au choix a) des trucs qui vont rendre l'âme sous peu b) faire rentrer ça dans un (petit) budget étudiant (adieu, bonzaï cry...) c)
    - ne pas trop s'encombrer en prévision de nos déménagements de fin d'année (urgh beurk...)

    En somme : il nous faut des trucs pas chers, et increvables.
    Bref.

    C'est bon pour le moral ♫
    Moi à la jardinerie.
    (ah, ces jeunes sarcastic...)

    J'ai donc erré pendant plus d'une heure à la jardinerie aujourd'hui (ok, je suis allée voir les animaux aussi. J'aurais pas dû. C'est à hurler beurk). Principalement entre les bacs à plantes, me questionnant sur laquelle se verrait attribuer le rôle de martyr végétal ou la médaille de la résistance contre la jardinazie que je suis en matière de culture de plantes.

    Je vous présente donc Lucky bambou, 1.80 € de son état, qui peut vivre fort longtemps rien qu'avec de l'eau (selon... je ne sais plus quel site indiqué par Google), et qui, peut-être, un jour, reverra de la terre (dans mon futur logement). Les plus grands étaient plus classes, mais ils étaient plus chers (3.95 €), et n'auraient pas tenu sur... bah là où on sait pas encore où on va les mettre.
    Mais bon.
    Un jour petit bambou deviendra grand.

    (enfin, j'espère qu'il aura cette chance...)

    C'est bon pour le moral ♫
    Ben oui, un bambou local ^^ ! Assez mignon pour que j'ai envie de le garder chez moi !
    Et oui, j'ai encore ma guirlande de Noël !

     

    • Ma soeur est docteur-e (mais vous êtes déjà au courant), au terme de 6 ans de thèse et de 4 h 30 de soutenance (oui, oui) (mais avec les délibérations du jury pliées en 5 minutes et la meilleure mention à l'unanimité). Et je ne peux pas m'empêcher de ma la répéter tous les matins en me levant. Un jour, moi aussi, je serai un mini-docteur.
    Voir aussi  et  :)

     

    • J'ai réussi à faire un gâteau au chocolat mangeable !
    Parce que, attendez que je vous explique. Depuis que j'ai mon four j'ai successivement (en gâteau hein, je ne compte plus les gratins de pâtes et les pizzas en bonne étudiante qui se respecte wink2) :

    1) fait des muffins chocolat-bananes "ok" (deux fois)
    C'est bon pour le moral ♫2) un crumble aux pommes "ok"
    3) un crumble bananes-poire-chocolat... spongieux (genre, à onze heures du soir il a fallu le mettre au frigo pour continuer à le faire cuire après pour qu'il soit moins humide inondé)
    4) fait de multiples tarte poire-chocolat "bonnes" (entre guillemets, parce que je n'ai pas la prétention de dire que c'est les meilleures que vous auriez pu manger de votre vie, même si moi ça me contente amplement)
    5) mais surtout, fait un gâteau au chocolat d'une lourdeur de pierre ET sans sucre (ben ouais, je l'ai oublié, mais c'était pas dans la recette non plus !) -> pire, PIRE, PIRE recette du monde. Infâme. Répugnant. Ewwww beurk

    Bref, celui d'hier, il est bon. Tout moelleux money. C'est celui-là sauf que j'ai pas de maïzena, que j'ai mis l'équivalent en volume de 50 g de farine de poudre d'amande (vous suivez ? le volume de 50 g farine, mais en poudre d'amande... j'ai pas de balance moi !) :) Miam miam !

     

    • J'ai eu mon code du premier coup ^^ ! Alors même que je n'étais qu'une candidate joker envoyée au dernier moment par l'autoécole afin de compléter le nombre de candidats demandés pour l'examen. Deux mois jours pour jour après mon inscription, code obtenu ^^. Maintenant, place à la conduite ! Ça a l'air très procédural et plein d'automatismes, donc je pense que ça va bien me plaire...

     

    Allez bye les z'oizeaux ! Il est temps que j'aille manger et me préparer pour demain !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  • Ma soeur elle est docteure.

    (genre un vrai docteur qui a passé 6 ans sur sa thèse de doctorat glasses )

    En passant
    Hin-hin, hin-hin, hin-hin hin-hin hin-hiiiiin

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Hum hum.

    Demain c'est le grand jour !
    Le début d'un stage de 5 mois demain. Le fameux stage du dernier semestre. Le long stage du second semestre. Celui qui annonce au choix la fin du Master ou la fin du monde.

    Une petite voix dans la tête s'efforce de me dire que c'est pas le peine d'avoir autant la trouille, mais j'avoue avoir du mal à la croire.


    Moi, des appréhensions ? Comment savez-vous ?

    Bref, bref, bref.
    Parce que je pour mon dernier examen, j'ai cru voir mes maîtres de stage m'observant en mode

    Vers la fin

    et moi en mode

    Vers la fin

    Donc je suis un peu dans un état moyen.

    Vers la fin

    Allez.

    Vers la fin

    Et n'oublions pas...

    Vers la fin

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Le test de la main verte

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires
  • Je n'aime pas Noël.

    Non, ce post n'est même pas issu du fait que je ressors d'une zone commerciale, que pour y aller j'ai du traverser la rocade (c'est dangereux), et affronter des morveux pleins de germes et de bactéries dégoulinantes qui s'essuient sur ton manteau, des gens hurlant sur leurs gamins, des gamins coincés dans le bus alors que leur parents sont descendus (j'avoue, intérieurement, je me suis dit bien fait et ce fut ma demi-seconde de satisfaction).

    Tout ça pour aller chercher des bougies pour 2016 (si, depuis une année, mon studio s'envahit de quelques bougies. Ne cherchez pas pourquoi. Je vais ouvrir un nouveau champ d'étude et ce sera l'éthologie de la bougie).

    Eh ben, c'était long. Dur.

    Un ma-ra-thon.

    Des gens. Du bruit. Des gens. De la lumière. Des gens. Du manque d'espace. Des gens. Des paquets qui voltigent. Des gens. Des entonnoirs de circulation. Des gens. De la chaleur moite. Des gens. Des enfants.

    Assise à mon arrêt de bus (j'ai pas retraversé la rocade dans l'autre sens, forcer le destin deux fois, c'est beaucoup en une journée) je voyais les bouchons interminables de voitures au pas, essayant désespérément d'accéder au rond-point qui leur promettait une échappée vers la banlieue. Tous ces gens aux visages stressés et fatigués. Un peu comme dans le magasin. Qui n'avaient pas franchement l'air de se réjouir de l'arrivée imminente de Noël.
    Tout le contraire des téléfilms de Noël quoi. Ces films où les gens s'amusent d'aller chercher LE cadeau dans l'unique boutique du bled, où il neige toujours à Noël (mais c'est facile de circuler), où ces gens incarnent la joie de vivre 365.25 jours par an, où tous les conflits prennent fin le 23.

    Leurs visages blasés dans les voitures. Ça m'a rappelé à quel point je n'aime pas Noël.

    Je n'aime pas Noël

    Je n'aime pas Noël et son avalanche de cadeaux.
    Je n'aime ni le fait d'en recevoir parce que ça me rend mal à l'aise même quand ça me fait plaisir, ni le fait d'être obligé d'en faire à une date précise - comme si miraculeusement, faire un cadeau le 24 ou le 25 décembre était toujours voué au succès. On devrait plutôt se faire des petits cadeaux toute l'année, et pas pour tout le monde en même temps. Ça ferait aussi beaucoup moins mal au portefeuille.

    Je n'aime pas Noël et son urgence.
    Pendant un mois, c'est le rush avant la date fatidique.
    Je n'aime pas être obligée de jouer le jeu et de m'y prendre un mois à l'avance pour faire une liste de noms, et les barrer au fur et à mesure qu'on a acheté un cadeau correspondant - car recevoir sans donner, c'est pas très bien passé un certain âge. Vive le tout à distance et internet pour échapper - au moins - à la foule...

    Je n'aime pas Noël et ses questions convenues.
    « Ça va ? » (que ce soit oui ou non, la réponse sera oui), « Et la fac  ? », « Tu fais quoi l'année prochaine ? » (je n'en sais rien) « Et les amours ? » (pousser un gros soupir en roulant des yeux pour montrer que c'est pas franchement sa préoccupation principale). Même si avec les années, la probabilité de voir ses questions posées a assez diminué - une résignation a du se former quelque part...

    Je n'aime pas Noël et son impression de vide le lendemain.
    Un peu comme "Ah, en fait, c'était que ça ? ".

    Je n'aime pas Noël et son manque d'originalité.
    Année sur année, c'est toujours la même chose. Des décorations dans les villes, des vitrines avec des boules de Noël et des guirlandes, des Pères Noël rouges (mais comment avec autant de Pères Noël on veut faire croire aux mêmes que y'en a qu'un ?). Des sapins, qu'on enverra crever sur le trottoir après le Nouvel an, écœurés par tous les souvenirs de bouffe en surplus que ça véhicule. Transformons la mère Noël en pin-up, étudions le comportement social du renne, faisons faire des campagnes de prévention sur les risques cardio-vasculaires par le Père Noël (qu'il serve au moins à quelque chose !). Soyons fous !

    Je n'aime pas Noël et sa période hivernale critique.
    C'est déjà une chose de passer l'hiver où tu t'enfonces lentement, au fil du temps, dans les profondeurs des ténèbres (si, c'est l'image de l'hiver dans ma tête. La nuit perpétuelle...). En plus, faut rajouter une course contre la montre alors que saisonnement parlant on est au fond du trou ?

    Bref.

    Je n'aime pas Noël
    Ben si. Va falloir...

    Ou alors on devrait faire Noël en été. Ou à n'importe quel autre moment de l'année. Même mi-janvier tiens. Tout le monde serait tellement plus détendu du slibard.

    Et le 24, boire un bouillon de poulet dans sa robe de chambre en pilou sous un plaid, devant Les oiseaux de Hitchcock ou un film feel-good avec Julia Roberts.
    Avec des chiens. Plein de chiens.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires