• Article dans le Figaro madame

    Je ne pensais pas que ça m'arriverait un jour, mais si : je vais vous parler du Figaro madame (nan, me regardez pas avec ces grands yeux là !).

    Il y a quelques semaines j'ai été contactée par une de leur journaliste qui souhaitait faire un « reportage » sur l'école à la maison (sous ses différentes formes : cours par correspondance, instruction en famille...) pour témoigner.

    Voici ce reportage publié à l'occasion de la « JIPLI » (journée internationale pour la liberté d'instruction) du 15 septembre : http://madame.lefigaro.fr/societe/lecole-dans-salon-150911-173541

    Article dans le Figaro madame

    Voilà.

    Par contre, j'émettrais bieeeen des réserves quant à la troisième page, sur 3 points ;-).

    En effet, relier l'école à la maison au fait « que de limiter [l']horizon [de l'enfant] à la cellule familiale », de la part d'une chef du service de psychiatrie infanto-juvénile du centre hospitalier Sainte Anne (Paris), c'est assez réducteur et éloigné de ce qu'est la réalité... La plupart des familles s'appliquent justement à ce que la vision du monde ne s'étende pas qu'à la famille Oo...

    Deuxio, « Il n’existe aucune étude sur le devenir professionnel de ces enfants instruits en famille » : faux. Il n'en existe pas en France (enfin, si, une, qui porte sur un échantillon de ... 100 personnes) mais par contre en Amérique du Nord plusieurs études ont été publiés. Le NHERI (National Home Education Research Institute) est même un organisme indépendant (tant d'État que d'associations) (. Des résumés des résultats de leurs recherches sont même disponible sur leur site : http://www.nheri.org/

    Pour terminer, les enfants instruits par une « pédagogie sans contrainte » pourraient présenter des retards dans certains apprentissages. Certes, mais en même temps, est-ce que c'est parce qu'on va à l'école qu'on n'a pas de retard non plus ? En classe de troisième, selon l'Insee, près de 30,2 % des élèves ont un, voire deux ans (!!) de retard (contre 3,2 % d'élèves en d'avance) ! (étude ici)

    Voilà ce que j'avais à dire ^^.

    Bientôt des nouvelles !

    « English... here I go !Aléas de la vie estudiantine »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Maryline
    Samedi 17 Septembre 2011 à 22:03

    Ton avis , à toi justement, est particulierement interessant! :-)

    J'aime beaucoup comme tu expliques clairement et simplement les choses, tu devrais envoyer cette reponse directement au Figaro!! ^^

    Bonne continuation,

     

    Maryline, maman de 2 jeunes enfants non-sco.

    2
    Samedi 17 Septembre 2011 à 23:12

    Simplement : +1

    3
    ffcscnbqn
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 09:00

    J'avais lu cet article et ton témoignage avec plaisir. Je partage tout à fait tes réserves sur la troisième partie !

    4
    LaMaman
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 09:36

    Oui c'est assez étonnant que dans ce pays dès que l'on veut faire parler un "spécialiste" d'éducation, on fasse appel à Mr Mérieux. Il a pourtant été un des instigateurs de la "méthode globale" de lecture dans les années 80... Sans commentaire !

    Et puis leur prose sur "l'enfant ne peut pas se cantonner à la sphère familiale et tout et tout..." fait partie d'un autre âge. C'est comme le débat entre les vieux psychanalystes et les spécialistes des méthodes cognitivo-comportementales pour le traîtement de l'autisme (un sujet que tu connais bien aussi!). Les uns sont totalement dépassés et continuent de clamer leur discours parce que ...ben rien d'autre de plus récent et de plus pertinent à déclarer!!!

    Il est évident que la qualité de l'expérience d'école à la maison dépend grandement de l'implication et du discours des parents (par rapport au monde , aux croyances...) mais tu es bien placée pour dire que ça peut être aussi pour l'enfant une formidable expérience du respect des rythmes de l'enfant, d'appropriation du monde extérieur et ce sans préjugés, de la Liberté tout simplement sans formatage et ...sans violence et incivilités. Parce que c'est possible, ça aussi... Mais peut-être que pour être en mesure de respecter les autres, un enfant doit être avant tout RESPECTE: c'est peut-être ça la clé de l'école à la maison !

    Quant aux connaissances des enfants instruits hors école, il ne suffit pas de se cantonner au "socle commun des connaissances" mais les études en France sont rares. Pourquoi? Mystère !

    Les études américaines et canadiennes sont éloquentes, par contre. Quant à l'étude que tu cites (remise à jour en 2011!), elle est claire: l'école française a en fin de troisième "perdu"  1/3 de ses élèves (redoublants + re-redoublants). Perdus pour les études supérieures en tous les cas. Quel dommage compte tenu des moyens mis à disposition. Si je disposais tous les ans des 10 000€ que coûte un élève, vous auriez passé votre bac   à 10 ans (je plaisante!). 

    Le bac en France, c'est 87% de candidats reçus mais seulement 62% d'une classe d'âge et ça l'EN oublie trop souvent d'expliquer la différence réelle entre ces deux termes.Ca permet de relativiser pas mal de choses et c'est un chiffre que les inspecteurs de l'EN n'aiment pas trop! Et pour cause...

    Quant aux spécialistes qui se répandent avec des discours obsolètes, ils feraient bien de revoir leur copie... En conclusion, je dirai que l'école à la maison c'est : flexibilité, respect, liberté, réussite (intellectuelle et humaine aussi!), curiosité, ENVIE ...

    Bravo ma puce pour ton témoignage et ton analyse...

    Bonne journée à vous deux

    5
    Pipiou Profil de Pipiou
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 13:05

    Coucou !


    Vaste débat que celui de l'éducation : variable d'un pays à l'autre, d'une région (française) à l'autre, d'un département à l'autre, d'une école à l'autre, et finalement variable... d'une famille à l'autre, c'est pour dire la complexité !


    Je pense que l'école à la maison est très efficace, principalement sur le plan "réussite scolaire" parce qu'il n'y a aucun d'ennemi à l'horizon : pas de copines ou de copains qu'on aime ou qu'on déteste en 2mn ; Pas d'échanges constants, sur tout et sur n'importe quoi (aussi bien sur la prof qui est nulle, que sur le garçon qui est plutôt mignon (mais que la pétasse habillée dernière mode t'a piqué !), que sur l'émission télé de la veille) ; il n'y a pas cette obligation de vivre avec/supporter l'autre... avec tout ce que ça signifie de bien et d'insupportable ;-)


    L'apprentissage scolaire à la maison est protégé et sécurisé, a contrario des 7h par jour, dans une école loin de la maison et au milieu de 600 élèves ! Mais au niveau des connaissances, c'est plutôt efficace, rien à dire !

    6
    -Valérie- Profil de -Valérie-
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 16:10

    Je voulais dire "doublants et re-doublants"...

    7
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 16:21

    Comment ils ont décidé de t'interroger toi ? =p

    8
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 18:47

    Ça s'est très bien passé, avec la journaliste, qui était très aimable, par téléphone ;-).
    J'ai eu le droit aux questions (que je considère comme) lambda : pourquoi ce choix, et comment ça se passe vis-à-vis des autres (des amis...) en particulier :-).

    9
    Lundi 19 Septembre 2011 à 10:57

    Je partage tes réticences et même ne suis pas satisfaite de cet article... Quelques témoignages et enfin en dernière page (donc page plus "marquante"), on conclue avec des pseudos spécialistes (suis pas certaine qu'ils aient rencontré beaucoup de non scos...) qui affirment que la non sco sur le long terme, ce n'est pas bien ! Un minimum d'objectivité avec des spécialistes (qui eux ont rencontré des non scos), ce serait la moindre des choses. Pour moi, cela montre le non professionnalisme de ce magazine.

    10
    Lundi 19 Septembre 2011 à 18:20

    Tout à fait, je n'osais pas le dire... mais à quoi ça a servi pour moi de témoigner tout ça pour que l'article se conclut par "bon, on a bien eu deux exemples positifs, mais globalement, c'est pas fait pour vous, et ça risque d'être mauvais sur le long terme pour vos enfants si jamais vous essayez de vous lancer là-dedans" en gros ? sans vouloir non plus sombrer dans les prosélytisme (on peut parler objectivement de certaines choses quand même), à quoi ça a servi ?
    Je voulais être positive, mais là, vu comment les choses sont exposées...

    Quant à l'inexistance des études qui auraient pu être menées en France, qui de ce fait, ne permettrait pas de proposer un constat de ce type d'instruction, je tombe sur le Q...
    Alors que ce qui dépasse les frontières de la France n'existe pas purement et simplement, soit, j'apprends des choses !
    Exit études étrangères (...positives pour une grande quantité en plus...), et universités américaines qui "recrutent" justement des étudiants homeschoolers pour leurs qualités supplémentaires dont ils font preuve dans leur travail/leurs études.
    Il est vrai qu'il faut avouer que ça c'est ce qui s'appelle pour un journaliste... de la recherche ;-) !
    (vu l'article, ça doit être facile d'être journaliste alors, je pourrais faire pareil avec n'importe quel thème )

     

    Mais ce que je n'ai pas dit dans mon billet, et qui m'estomaque le plus, ce sont de loin les trois « spécialistes » (je mets des guillemets hein après ce que j'ai lu, c'est compréhénsible) consultés qui se permettent de dire que l'école à la maison est loin d'être bénéfique pour les enfants.
    Ok, pas bénéfique pour tous, certes, je peux parfaitement le concevoir (tout comme l'école n'est pas bénéfique pour tous en somme, n'est-ce pas ?), mais de là à en faire une vérité générale (je souligne), waoh, il y une différence quand même !!!
    Et ces spécialistes se basent sur quoi, s'il-vous-plaît Oo ?
    Certainement pas des études sérieuses et dignes de ce nom.
    Leur opinion personnelle ? C'est plus probable...
    Idem pour les propos du Mérieux, pour qui il y a nécessité de « distance affective » et de « rupture avec la vie familiale » (concernant les apprentissages) sachant que (seuls ?) les « professeurs sont extérieurs à cette sphère. » (pareil : sur quoi se base-t-il ? encore une doctrine psychanalytique à la noix ?).

    Je me demande combien de temps ça peut prendre de faire un article aussi... peu travaillé, superficiel, stérile, qui a fait l'objet de peu de recherche (je trouve pas le mot) ? une demi-journée ? plus les demi-heure d'interview, une journée tout au plus...
    Le terme le plus approprié serait effectivement du non-professionnalisme, comme tu le dis Lysalys :-(.

    (dommage, je m'étais dit que je ne "taperai" pas sur la journaliste... c'est un peu rapé !)

    @ Maryline : je pense que c'est ce que je vais faire... envoyer ma réponse au journal directement, ou à la journaliste plutôt ?

    11
    Lundi 19 Septembre 2011 à 19:45

    Tu ne "tapes" pas, tu constates. ;) Répondre à cet article peut être une bonne chose, cela permettra peut-être d'être plus pro une autre fois (on a le droit de rêver...). Par contre, pas sûre que la journaliste te réponde... j'ai failli regretter mon choix également puisque contactée pendant mes vacances, j'avais fini par accepter pour ne jamais recevoir de réponse ensuite... La politesse ne coûte pourtant pas beaucoup, ce n'était après tout pas moi qui étais allée la chercher... Mais il faut croire qu'elle a appris les bonnes manières à l'école, avec la distanciation nécessaire.

    Disons que ce type d'articles m'agacent car certains enfants sont dans une telle souffrance et là, c'est comme si on fermait une porte devant eux : en disant "ok, certains le font, mais c'est vraiment mauvais pour eux." Je me demande vraiment si tu n'as pas eu ton bac dans un paquet de lessive. Ah non ? Tu as bossé et tu as réussi à apprendre sans prof, mais comment c'est possible ?

    Bon, j'arrête, même si ce n'est pas très positif, ça soulage, dommage qu'on ne puisse répondre sur l'article...

    12
    Lundi 19 Septembre 2011 à 20:06

    Oui, j'ai cherché un lien "Commentaires", mais y'en a pas... remarque, ce n'est pas forcément plus mal non plus, étant donné les commentaires d'un article (bien foutu de mon souvenir) du Monde sur le même sujet, commentaires qui étaient assez sidérants pour tout dire...

    Sinon, je trouve aussi que ce genre d'article, qui réfute d'éventuels bénéfices de l'école à la maison sur les enfants (enfin, pas pour 100 % d'entre eux, mais une bonne partie, ceux qui ont été consulté lors de la prise de décision), nie par la même occasion les souffrances que certains enfants ont enduré (ou endurent encore...) à l'école.
    C'est terrible, alors que l'école à la maison est une alternative qui a parfois « sauvé » (parfois ce n'est pas un euphémisme) certains enfants de leur calvaire à l'école...

    Et mon bac, je l'ai eu grâce à un tirage au sort sur internet : la preuve, le 5 juillet, mon nom s'est affiché sur l'écran ce jour-là

    13
    LaMaman
    Lundi 19 Septembre 2011 à 21:38

    Monsieur Mérieux parle de "distance affective" entre l'enfant et les parents. Je connais pas mal d'instits et de profs qui commencent par réclamer en début d'année dans leurs effectifs leurs propres enfants.( Et quand leurs enfants ne sont pas dans la classe, ben ils ne sont jamais loin: dans la cour de récréation, par exemple). C'est ça qu'on appelle la "distance affective"?

    Comme quoi, enseigner à ses propres enfants n'est pas un "désir" propre aux parents qui pratiquent l'école à maison!

    C'est fou comme en France, on ne sait pas discuter d'un sujet sans y adjoindre un discours psychologisant et réducteur. C'est tellement plus facile!

    Quant à l'article, il est à la hauteur de la ligne éditoriale de ce genre de magazine. Qu'est-ce qu'on attendait de plus dans le fond?

    ValérieJ

    14
    Mardi 20 Septembre 2011 à 08:37

    Anne: (pour le tirage au sort)

    Valérie : un miracle ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :