• ...

    Et j'ai enfin récupéré ceci, elle m'attendait sagement à la maison :

    Carte d'électeur

    Rien qu'à moi

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Mercredi moi et ma binôme (et tout notre groupe aussi), on avait notre CC d'info (informatique appliquée à la biologie pour être toutafé correcte).

    Encore ?!

    Oui, mais cette fois, c'était sur ordinateur
    (car faire de l'informatique sur une feuille comme pour le CC d'avant, on n'a pas trop compris l'intérêt soit dit en passant ...).

     

    Eh bien, au début du semestre, j'aurais juré avoir une meilleure note en création de pages web (dont le dernier CC fut hyper difficile au passage... les anciens maths/physique/info s'en sont apparemment bien sortis, et nous.... pauuuuvres BB de nous !), qu'en informatique, où j'étais persuadée de devoir sauver les meubles (parce que le javascript et moi, ça faisait 36 (euh, non, ça c'est mon pantalon)).

    Eh bien, il ne faut jurer de rien.
    Car ça a été l'inverse : moi et ma binôme, on a désespérément tenté de sauver les meubles en création de pages web, tandis qu'avec ma seconde binôme super-Orangine nous nous sommes presque baladées en informatique.

    Finalement, on s'est bien complétées pour ce CC (car oui, ça y est, je peux dire que j'ai compris le javascript. Le temps que ça monte au cerveau, que ça décante, tout ça, tout ça...), et nos réflexions ont été bien soit synchros, soit complémentaires et tout ça au bon moment :-).

    Notre CC consistait donc à recréer une page à l'identique, à savoir : une image centrale de fleur, un menu déroulant qui permet de choisir la fleur qui s'affiche parmi cinq disponibles, une légende qui indique la famille à laquelle appartient la fleur affichée, des images de flèches sur lesquelles un clic permet d'afficher la photo précédente/suivante, ainsi qu'un bouton pour réinitialiser tout le bazar.

    Contrôle de CC d'informatique appliquée à la biologie

    Mais tout ceci n'est que l'apparence.
    Parce qu'il faut bien évidemment aussi créer les fonctions (en Javascript) pour que ça marche !
    Grosso modo, il y a donc une fonction dans le menu déroulant, une pour l'image de chaque flèche, et une autre fonction encore pour le bouton de réinitialisation. Sans oublier de prendre en compte la légende dans chacune des fonctions.

    Par exemple, la fonction javascript pour le menu déroulant (faisons simple), c'était ça :

    function changeimage(){

    var choix=document.fleur.choixf.selectedIndex;

    if (choix==0){
        document.images["flower"].src="nenuphar.jpg";
        document.fleur.tt.value="Nénuphar: Famille des Nymphaéacées";
    }
    else if (choix==1){
         document.images["flower"].src="rose.jpg";
         document.fleur.tt.value="Rose: Famille des Rosacées";
         }
    else if (choix==2){
         document.images["flower"].src="tournesol.jpg";
         document.fleur.tt.value="Tournesol: Famille des Composées";
         }
    else if (choix==3){
         document.images["flower"].src="marguerite.jpg";
         document.fleur.tt.value="Marguerite: Famille des Composées";
         }
    else{
         document.images["flower"].src="jonquille.jpg";
         document.fleur.tt.value="Jonquille: Famille des Amaryllidacées";
         }
    }

    Décodons ceci ensemble :

    - en vert, le nom de la fonction.
    - en bleu, le choix du menu déroulant, ici, le 0 c'est le premier choix (oui, le premier choix, c'est zéro)
    - en orange, le nom de l'image à remplacer (ou plutôt, l'emplacement de l'image, là, au milieu)
    - src, ça veut dire adresse (donc, ici, document.images["flower"].src ça désigne l'adresse de l'image de l'emplacement flower)
    - l'adresse de l'image.
    - ah et puis : document.fleur.choixf.selectedIndex, c'est tout simplement (si, au bout d'un moment, ça devient simple) pour récupérer l'information du choix opéré par l'utilisateur dans le menu déroulant : choix 0 (le premier), choix 1 (le second) etc.
    - document.fleur.tt.value, c'est la value du champ de texte (ce qu'il y a écrit dedans) qui sert de légende et dont le nom est "tt".
    - quand au "fleur" récurrent, c'est le nom de notre formulaire.

    Et on fait la même chose pour tous les choix possible (5 options = 5 choix).

    Traduction :

    Si le choix est la première option du menu,
    alors on attribue l'adresse nenuphar.jpg à l'image à afficher (et, hoooo, un nénuphar s'affiche - et non un nenephar, je tiens à préciser)
    et on attribue au champ de texte qui sert de légende la value : "Nénuphar: Famille des Nymphaéacées"

    Autrement, si (le choix est la seconde option du menu), alors etc.

    Et puis, il y a les autres fonctions de la page aussi à faire (et elles marchaient  !)

    On dirait pas qu'il y a tout ça derrière cette page, hein  ?
    (c'est bien caché !)

    Allez, encore une fois, c'est gratuit :

     Rendu final de notre page de contrôle continu d'informatique.

    Et je tiens à préciser que TOUT ce qui a été demandé dans l'énoncé du CC fonctionne (si avec ça, on n'a pas la note maximale - enfin, même 19, on s'en contentera, on n'est pas difficiles).

    On a aussi fini ça les premières, avec 30 minutes d'avance sur le temps imparti.
    Du coup, on a filé en salle de TD d'immuno, et les autres sont arrivés en retard...

    Y'a des journées, où on est contente .

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • (non, rien à voir avec ces trucs bloguesques qui consistent à faire un truc qu'on fait pas d'habitude le lundi)

    Bon, pour présenter mon projet professionnel (PPE) aujourd'hui, j'avais un certain fond sonore et en même temps je dansais. Comme ça, en boucle, pendant 45 minutes.

    Nan, j'rigole.

    J'étais la 65e et dernière étudiante à passer devant la prof, pour un entretien de 45 mn.
    Alors, autant vous dire que la prof était contente de me voir ;-)

    Bref, à l'aide de mon fidèle ordinateur (en même temps, fidèle, il a pas trop le choix), j'ai fait ma présentation (pas de projecteur, donc, faut amener son ordinateur...)

    Nanou est fière de sa diapo : ça a toujours l'air d'être aussi basique que d'habitude, mais pour une fois, c'était moins prise de tête que d'habitude justement (je maîtrise pas la fabrication de powerpoint enfin maintenant peut-être que si).

    Et un peu mieux maîtrisé que d'habitude du point de vue "je regarde la diapo pour retrouver ce que j'ai à dire si jamais je sens qu'il manque un truc".
    Bon j'ai quand même réussi à oublier un truc (MAIS COMMENT AI-JE PU OUBLIER DE MENTIONNER MON STAGE À LA CLINIQUE VÉTÉRINAIRE TUDIEU ?! oui, je CRIIIIIE) donc, je l'ai rajouté à la fin.

    Voici donc, Nanou, sa vie, son œuvre :

    Et en dessous, la fiche qu'il fallait remettre à la prof à l'issue de l'entretien.

    1 mois qu'elle était prête ma feui-feuille. Maintenue bien au chaud dans mon giga classeur-que-je-sais-pas-combien-il-va-peser-dans-ma-valise-pour-les-vacances-de-Pâques-mais-je-suis-optimiste-parce-qu'il-vaut-mieux-un-seul-gros-classeur-que-plein-de-gros-moyens-classeurs (ça y est, vous pouvez respirer).

    Nanou, sa vie, son œuvre, bis :


    Avec l'approbation du Dr à Bruce :D !
    (Je sais, y'a une phrase qui se tient pas, je l'ai rajoutée plus tard.)

     

    Après ma présentation de cinq minutes (oui seulement cinq minutes), ce fut l'entretien, destiné à discuter du projet et conseiller les étudiants pour mieux répondre lors d'un entretien d'embauche.

    La première question qui m'a été posée (je vous laisse deviner entre mille ;-) ) : pourquoi l'école à la maison ? (rha, j'aurais du le sentir venir gros comme une maison )
    Transition à la fac ? etc.
    Travail en autonomie ? Bon point à signaler lors d'un entretien.

    La prof m'a aussi déclaré que rien qu'en écoutant ma présentation, on sentait que j'étais une stressée (naaaaaan, sans blaaague  ? en même temps, vous allez me mettre une note madame. Ma seule note dans cette matière, c'est vous ;-) !...) et que j'avais un fond timide (mais non, c'est le stress ça. Et puis, je pensais pourtant bien le cacher, ou m'en être bien sortie depuis l'école maternelle ? Pffff).
    Donc, concernant chacun de mes "défauts" (= axes d'amélioration) énumérés, elle me posait une question et tentais de me donner des pistes pour tourner ça de manière positive (oui, madame, mon stress est positif (le plus souvent) et ma timidité diminue avec le temps (enfin, chuis quand même carrément beaucoup moins timide que quand j'étais petite ho !)).
    Et puis aussi (alors qu'à aucun moment je n'ai mentionné ça - en plus, l'intervenante de TD de PPE avait dit que c'était le truc à ne pas mentionner lors d'un entretien, sinon on a en tête la maniaque) qu'on sentait trop que j'étais perfectionniste.
    Ouuuuuuiiiiiin !
    Elle m'a trop prise par surprise là, et mis le doigt là où ça fait mal .
    Alors là, j'ai craqué j'ai tout avoué . L'envie de trop bien faire qui conduit à ne pas faire certaines choses tout court (ou à les saboter presque volontairement - autohandicap, procrastination pour ne pas citer de noms...), ou les choses qui sont faites carrément trop en avance (exemple : mon PPE, dont la fiche est prête depuis les dernières vacances, ou mon oral prêt depuis plus de 2 semaines)...
    Et puis, entre les deux toutes les autres choses plutôt bien faites... quand même :) ...
    ... donc, perfectionniste, oui, mais j'essaie de me soigner (enfin, le stress d'abord)...

    Et puis on a parlé du travail de groupe (chose nouvelle avec la fac par rapport à l'école à la maison). De ma nette préférence à faire les choses moi-même (seul moyen selon moi d'être certain que les choses sont faites, et BIEN faites), même si ce semestre-ci le travail de groupe n'a pas été trop désagréable (voire, plutôt cool) par rapport à mes mésaventures de l'année dernière.

    J'avais même bidouillé un CV qu'était pas trop mal (à mon avis), puisqu'on pouvait présenter à nos intervenants de PPE nos curriculum afin d'obtenir des conseils quant à ceux-ci (organisation, formulation...).
    Elle l'a lu, et puis la première chose qu'elle m'a dit, c'est qu'après avoir parcouru mon "CV" si elle l'avait reçu, elle aurait tout de suite deviné qu'il s'agissait d'une personne préférant le travail autonome/individuel, perfectionniste, et aimant les choses bien faites.
    (whao, c'est trop de la magie ).

    Bon après, autrement dit, après tout ça, croyez-moi ou pas, j'avais trop l'impression d'avoir été passée aux rayons X 
    (à partir de maintenant, je n'ai plus aucun secret pour personne )

     

    Après pour mon plan B de master tout ça, elle m'a conseillé de ne pas me spécialiser trop tôt, mais de rester plutôt généraliste jusqu'au Master 2 (si j'arrive jusque là), pour ne pas me boucher de voie pour un doctorat (je m'en doutais un peu). Penser à réaliser des stages dans les labos qui nous intéressent. Pas spécialement entendu parler d'une autre fac en France (en même temps, c'est une enseignante Erasmus - oui, Erasmus, ça fait même des échanges de profs, j'ai appris ça y'a pas longtemps).

    Bref, après mon speech, pendant l'entretien donc, comme attendu j'ai eu le droit aux conseils :

    ✔ de tourner ses défauts en qualité
    ✔ de citer sur son CV qu'on lit des bouquins/regarde des séries en VO (ou qu'on va au cinéma, mais pas moi, parce que je vais pas au cinéma, sauf une fois après les examens)
    ✔ de mentionner sur son CV qu'on lit des bouquins de science-fiction (pas moi ✘) ou policiers (moi ✔)
    ✔ de passer rapidement le permis (si elle me le paie, j'ai rien contre ;-). Si ce sont mes deniers, on attendra. La Belgique d'abord ! – non, je suis économe, pas en train de me transformer en future exilée fiscale)

    (elle est géniale, ma boule de cristal, non  ?)

    Et puis bonus, elle a expliqué sa notation, qui consiste en l'évaluation de l'écart entre les qualités demandées pour le projet et les qualités personnelles de l'étudiant (pragmatisme je pense que ça s'appelle).

    Après, je l'ai faite parler (chacun son tour ) de son module de PPE.
    Alors, de un, apparemment, ça va être trop la merde mouise pour nous noter cette année, parce qu'à cause de la réduction de budget (la fac est PÔÔÔÔÔVRE, dois-je vous le rappeler - si, d'ailleurs, je vous le rappellerai bientôt tiens), le PPE en Licence 1 va être supprimé/fusionné avec le PPE de Licence 2, et qu'on est les derniers à avoir eu PPE en L1 ET en L2, donc, qu'ils vont reprendre un bout de la note de l'année dernière et faire une moyenne pas toute à fait moyenne avec la note de cette année pour nous donner une note définitive pour cette année (même moi j'ai pas tout compris. Et eux non plus. Enfin, la fac est pôôôvre quoi).
    Et puis, que ce que m'avait dit l'intervenante de PPE pendant nos TD (il n'y a pas de retour des étudiants précédents ayant bénéficié du module de PPE, parce qu'on est trop nombreux pour qu'un contact demeure avec l'établissement/les camarades/les professeurs, pas comme dans les écoles d'ingé blabla), c'était pas tout à fait vrai. Puisque pendant le forum professionnel (je vous ai pas raconté comment j'ai couru toute la journée pour y assister, ou plutôt, ne pas y assister ? Finalement, il fallait émarger, et puis, le matin ET l'après-midi. Heureusement que mon téléphone n'étais pas exceptionnellement sur silencieux, que ma chère Orangine m'a envoyé un SMS pour me prévenir, que l'eau de la douche n'était ce jour là pas trop délicate à régler, que j'avais des chaussettes propres, des céréales à fourrer dans un tupperware, que mon bus est passé pas trop en retard, qu'il ne pleuvait pas, que je suis juste arrivée à temps pour signer et repartir TOUT ÇA EN 45 MINUTES DOUCHE COMPRISE ce qui est un record à ce jour encore jamais re-égalé par moi-même - et finalement, je pensais y échapper, mais rebelote l'après-midi, sans la douche et les céréales cependant).
    Bon, je reprends (chers amis de la parenthèse, bonjour !), puisque pendant le forum professionnel étudiant, les intervenants étaient pour la plupart d'anciens étudiants de cette université.
    (en assistant à la toute dernière intervention, j'ai appris qu'avec un Master 1 puis une école d'ingé, on pouvait devenir ingénieur technico-commercial, autrement dit dans le cas présent, vendeur de matériel de pipettage. Moi j'vous l'dis, ça a trop l'air d'être un métier de passion . Mais enfin, ça avait l'air de lui plaire, alors à chacun son truc ^^).
    La prof d'aujourd'hui a dit que pour certains étudiants qui réalisaient leurs études dans la même fac (ou presque), certains enseignants avaient l’œil sur eux (Lulu, P-Y L. avec ses nouveaux yeux, il a les yeux sur toi depuis longtemps ?), comme elle sur certains étudiants de Master. Soit.

    Apparemment, ce truc de PPE a l'air tellement bien, que la prof pense exporter le procéder PPE et/ou forum professionnel (rencontre entre professionnels et étudiants) à l'étranger (elle intervient en Allemagne, au Portugal, et comme professeure en Italie...).

    Et puis après j'ai eu le droit à la question, « est-ce que ce module t'a été utile » (je sais pas pourquoi, mais plus le temps passe, plus j'aime que les profs tutoie leurs étudiants. mais je n'apprécie toujours pas de tutoyer directement les gens de mon âge sans les connaître. Hum hum) . Réponse positive. Ne nous mentons pas : c'était pas passionnant, mais pas inintéressant non plus. C'est l'occasion de faire le point pour certains, et de coucher ses capacités/compétences sur le papier une bonne fois pour toutes. Quant au fait que ce module de PPE ait pu répondre à mes/nos attentes, j'ai répondu que, puisque j'avais un projet bien défini depuis longtemps, je n'avais déjà pas tellement d'attentes, à part pour justement faire un point, mais que ça pouvait être utile à d'autres (toujours finir sur une note positive pour, en prime, donner l'impression qu'on ne pense pas qu'à soi ).

    Après on a un peu discuté de la clinique, du métier de véto (elle a un ami véto en Italie) toussa toussa quoi.
    Je crois qu'on a un peu débordé des 45 minutes prévues, mais bon, c'était intéressant.

     

    Et bye bye, le PPE, c'était fini .
    (et mon billet, cent fois trop long, donc, certainement bourré de fautes. Pff.)

     

    Bon, à part ça, j'ai un peu flippé sur le chemin du retour, parce que j'ai entendu de la musique alors que j'aurais pas du (Nanou entend des voix, touuut va bien ).
    Je suis passé par un parc et puis devant une crèche où il y avait de la musique. Mais bizarrement, pas le genre de musique qu'on passe aux enfants.
    Et puis, je suis arrivée plus loin, et la musique me suivait toujours. Et puis pas discrètement en plus hein. Ça pouvait pas être mon téléphone (il fait un bruit d'oiseaux dans la jungle - oui je sais, ça n'évoque ça qu'à moi) et en regardant autour de moi, y'avait personne juste dans mon dos. Une seule possibilité : ça vient de moi.
    Ensuite, je me suis aperçue que ça sortait de mon sac (en fait, j'ai d'abord cru que ça sortait de ma cuisse, mais après cinq secondes de réflexion, je me suis rappelée qu'il ne me semblait pas avoir de cuisse chantante).
    Mon ordinateur s'était rallumé tout seul à cause de ma souris pas éteinte, avait mis de la musique tout seul et chantait « Heaven is a place on Earth [↗] » bien à fond interprété par Belinda Carlisle. J'ai quand même mis cinq minutes avant de comprendre d'où ça venait .

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Pas de photo aujourd'hui, je ne remets pas la main sur ma carte SD pour récupérer les images de mon téléphone...

    Tout ça pour dire, qu'IL FAIT BEAUUUUUU
    (si, si, pour de vrai)

    et BON !! 19°C, et juste un brin de vent.

    Par conséquent, Nanou sort en débardeur-chemise-polaire et lunettes de soleil (tentative pour croire que c'est vraiment le début des beaux jours) et laisse son manteau au placard pour aller se promener hahahaha

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Et si je disais ça lundi pour mon PPE* à propos de mon (supposé) plan B  ?

    De toute manière, la prof est sympa, la première chose qu'elle te dit en entrant, c'est qu'elle donnera une note parce que faut bien en donner une, mais que bon...
    (en même temps, comment évaluer le projet de quelqu'un ? sérieusement ?).
    Enfin, l'avantage, c'est que si on parle pas trop mal, ça peut être des points faciles (mais méfions nous, je disais ça aussi de la création de pages web).

    Oui, désormais, même ceux qui ne sont pas encore passés à leur oral de PPE savent à l'avance ce que la prof va nous dire, parce qu'elle dit EXACTEMENT la même chose à TOUS ceux qu'elle voit passer (en même temps, elle en voit défiler plus d'une cinquantaine, à sa place, je ne saurais pas faire dans l'original pour tout le monde non plus ^^).

    Dans ma boule de cristal , je vois donc qu'elle va nous dire :

    - de mettre sur un CV que l'on regarde des séries en VO ( ✔ euh, VOST, ça le fait aussi, ou c'est trop de la triche ?)
    - de mettre sur un CV qu'on lit de la science-fiction ( ✘ je lis pas de science-fiction)
    - de toujours tourner nos défauts en qualité (mais ça, l'intervenante de PPE nous l'avait déjà dit)

    J'vous dirai ça lundi.

    Ah et puis sinon, il y a un petit documentaire sur les cochons d'inde sur Arte+7 [↗] (43 mn) et hier je me suis pété le gros orteil grâce à la porte des poubelles de ma résidence. Ça a fait super mal, et je suis allée faire mes courses en clopinant (c'était vendredi, il fallait donc que j'y aille, c'était le jour ← routine autistique inside)

     

    * PPE = pour rappel, projet professionnel(/personnel) étudiant

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Sur le chemin de l'imprimante ce midi, pour imprimer ma biologie cellulaire, un panneau avec des petites annonces. Étant d'une curiosité insatiable, je regarde tout, y compris les petites annonces qui demandent une traductrice pour un mariage franco-japonais de 2012 et les appartements pour étudiants AVEC UN VRAI ÉVIER et un loyer à peu près deux fois (bon une fois et demi) plus important que ma bourse (même si je n'ai nullement l'intention de dégager de ma chambre Crous - tiens, faut que j'aille payer mon loyer d'ailleurs).

    Une nouvelle petite annonce a fait son apparition il n'y a pas trop longtemps apparemment.

    ... «L'étiopsychologie permet de découvrir les enregistrements traumatiques de notre vie inscrits dans les 100 millions de neurones de notre système digestif.

    Ces empreintes sont liées aux émotions négatives bloquées dans nos entrailles et réactivées par des schémas répétitifs destructeurs, comme le manque de confiance en soi, les peurs, angoisses, dépendances...

    Elle consiste à découvrir les causes originelles et traiter par des manipulations viscérales indolores ces traumatismes conscients ou inconscients.

    Son but est donc de retrouver rapidement un état plus serein pour toute personne qui bénéficie de cette technique. »

    L'ironie, c'est que c'est une petite annonce affichée dans une BU Sciences quoi ...
    Mais rien que le principe, ça m'a tuée

    J'vous jure, y'a vraiment des gogos

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique