• La première bonne nouvelles : moi et mes 4 camarades, sommes fières de vous annoncer que notre projet d'anglais est définitivement ter-mi-né !

    Nous avons rendu le dossier et joué notre pièce lundi dernier.

    Pour rappel, la thématique du dossier de groupe de cette année : un dossier d'entre 6 et 12 pages, relatant une enquête à propos d'un « crime ou d'un délit impardonnable », avec procès à la clef (procès qui se joue à l'oral).

    Et, contrairement à l'année dernière, cette fois-ci, je n'étais pas (presque) seule dans l'aventure. J'ai donc connu - pour la première fois ! - le vrai travail de groupe (avec des gens qui veulent fournir leur part de travail) ce semestre-ci .
    Si on parvient à s'entourer des bonnes personnes, je décrète donc que ça peut être cool :-)

    Julia Alden caseSynopsis : l'inspecteur Adamson disparaît alors qu'il enquêtait sur la disparition d'un escroc.
    Les inspecteurs chefs Harry et Willis (bah quoi  ?) mènent l'enquête.

    Spoiler : Les inspecteurs Harry et Willis sont amenés à s'intéresser à plusieurs suspects, dont une certaine Julia Alden, une riche héritière. Les doutes apparaissent après que celle-ci ait dégainé lors d'un interrogatoire un étui à cigarette appartenant à leur collègue.
    (et là, tout le monde se dit : elle n'est pas très maligne).
    Après avoir interrogé les domestiques de Ms Alden (n'oublions pas qu'il s'agit d'une riche héritière), les inspecteurs chefs demandent un mandat de perquisition auprès du juge Howard (ok, j'aurais du l'appeler Hughes, mais j'ai tilté que c'était vraiment quelqu'un, trop tard) (mais cette histoire de juge, c'est un détail, de toute manière, vous savez pas pourquoi je on l'a appelé comme ça ;-) )
    Au sein de la propriété de Julia Alden, les inspecteurs découvrent alors des corps soigneusement découpés, dans des sacs en toile de jute et plongés dans l'étang de sa propriété.
    Notre chère Julia est en fait une serial-killer qui tue des hommes (mais pas de panique, des hommes malhonnêtes hein  ) par pure vengeance mouhahaha.

    Étaient donc présents le jours du procès (dans l'ordre d’apparition) : les avocats (défense et partie civile), l'officier Mc Murdoch (ben quoi encore  ? l'inspector Willis n'a pas pu se déplacer il est coincé en Normandie ), le médecin légiste Dr Sample, la cuisinière Mrs Charles, et enfin le psychiatre (non, il n'a pas de nom). Et puis bien sûr, la coupable accusée.

    Faut savoir qu'au départ, on voulait placer l'histoire au XIXe siècle, et l'idée d'une Julia élevée aux histoire de son « héroïque Daddy Jack  » avait été lancée, puis finalement abandonnée (question de génération, autant pour les personnages de 'histoire, que pour le public... si on vous dit Jack the Ripper, ça vous fait tilt, à vous ?).
    On avait aussi pensé à la tenante d'un restaurant paumé en pleine pampa, qui aurait servi de succulentes pizzas, dont les morceaux de jambon et la charcuterie n'étaient autres que les restes (vous suivez ?) des précédents clients qu'elle avait auparavant détroussés (faut bien se rémunérer d'une manière ou d'une autre, non ? surtout quand les gens ne passent pas souvent par chez vous).
    Mais pour plusieurs raisons, dont celle que le siècle n'était pas propice à la disposition d'un congélateur personnel (euh, oui, ça aussi, ça a été abandonné l'histoire du congélo, unfortunaly), ça n'a pas pu être possible. Mais l'histoire a tout de même été placée dans les années 60.

    Mais quand même, pour le travail qu'on a fourni, on aurait préféré que l'anglais vaille davantage qu'une demi-matière (coeff. 0.5), et aussi que le dossier et l'oral valent plus aussi (ils comptent chacun pour 1/3 du module d'anglais (bref, deux tiers de 0.5 sur 8 matières dont 5 à coeff. 1 et 3 à coeff. 0.5 - oui, contrairement à d'autres facs, nous on fait dans les coefficients simples - c'est peanuts - mais TOUT point est ABSOLUMENT bon à prendre).

    Enfin, bref, c'est fini.

    Et quand même... nos remerciements tout spéciaux au Dr de la clinique, pour sa relecture attentive, grâce à laquelle une bonne partie des fautes du dossier ont pu être éliminées  ! Merci merci merci !


     

    Les TP sont finis. Depuis deux semaines quand même, mais je n'ai rangé ma blouse que lundi (à cause de l'anglais, fallait jouer le psychiatrist et tutti cuanti).

    J'ai eu une pensée émue (enfin, non, juste très joyeuse en fait) en remballant ma blouse dans mon sac : je ne la ressortirai plus avant 6 bons mois !

     


    HTML et javascript / Informatique appliquée à la biologieAujourd'hui avait lieu le contrôle continu d'informatique appliquée à la biologie.
    Contrôle révisé comme des malades par certains, et hum, hum, plutôt légèrement pour ma part (j'avoue : la veille pour le lendemain)
    (en même temps, c'est de l'info quoi.... alors, avec de l'informatique, réviser... pour ce qu'on fait, ça sert un peu à pas grand chose : on a compris le raisonnement... ou pas. Enfin, je trouve).

    Sur les quelques 10 "programmes" effectués en TP, seuls 5 nécessitaient d'être maîtrisés, le contrôle ne portant pas plus loin. En effet, un certain nombre de groupes n'ont toujours pas encore dépassé le TP 5 alors que nous on a tout fini et que la fin des TP c'est la semaine prochaine pour nous par exemple.

    Enfin bref...

    ... j'adore m'installer devant ma copie et me dire finalement « Oh oh, j'ai même pas commencé que je sais comment faire, c'est dans mes cordes ! » et partir pour une heure à fond sur ma feuille comme ce matin .
    J'ai fini avec un peu plus de 25 minutes d'avance. Et encore, en ayant quasiment tout écrit au brouillon avant ! Mais suis restée un peu plus longtemps, le temps de vérifier que quelques erreurs stupides n'avaient pas été commises au niveau des guillemets (même si je suis SÛRE que j'ai oublié ceux de type="button" sur la toute première page, grrrr).
    C'était tous documents autorisés, mais finalement je ne les ai ouverts que seulement trois ou quatre fois à la fin.

    Bref, je suis ressortie de ce contrôle, avec un profond sentiment de satisfaction (il fallait bien ça pour braver encore la pluie :-) !).
    Il n'a pas été évident pour tout le monde, mais je l'ai trouvé trop facile

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Je m'aperçois que je ne vous ai jamais parlé de mon UED.
    L'UED (unité d'enseignement découverte), c'est la matière "bouche-trou" pour que les étudiants valident tous leurs crédits "ECTS" (european credit transfer system si ma mémoire est bonne), c'est-à-dire ce truc qui permet d'avoir des équivalences de programme entre les pays de l'UE. Une espèce de quota horaire de cours.
    Comme PPE, qui est une matière bouche-trou aussi (même si on nous dit que c'est pour notre bien  ).

    Il y a avait toute une liste d'UED plus (ou moins) alléchantes parmi lesquelles choisir : sport, engagement associatif, éveil scientifique dans les écoles primaires, l'Homme et son environnement (éliminé d'office, c'est le prof de chimie du premier semestre qui enseigne ça ...), histoire des sciences, gestion, mathématiques et cryptographie, astronomie, physique et radioactivité, gestion, découverte du monde de l'entreprise, énergies renouvelables etc.
    Tout ceci s'adresse à des néophytes dans le domaine choisi : logique, c'est une unité d'enseignement découverte.

    Pour plus ou moins s'en assurer, l'administration a fait en sorte que par exemple les SVT (gens inscrits en SVT) n'aient pas accès aux UED en rapport avec leur domaine (vu que c'est susceptible d'avoir déjà été couvert par leur programme) et a procédé de même avec les modules en lien avec les maths (inaccessibles aux math(eux)s), en lien avec la physique (interdite aux physiques) etc.
    Et la créations de pages web, en théorie ouvertes seulement aux BB et SVT (et pas autorisée à tout ceux qui avaient fait le parcours axé maths/info/physique en première année).
    En pratique, l'administration a oublié de cocher une case. Du coup, sur une trentaine d'étudiants dans le module de Création de pages web, les trois quarts sont des gens issus de la L2 de Physique (et croyez-moi, les geeks se cachent partout : même en physique). Le prof a même confirmé ça : les Physiques ont grugé le système, ils n'auraient pas du s'inscrire à ce module (bouuuuh, pas bien ).

     

    D'ailleurs, j'ai choisi la création de pages web.
    J'avoue : c'était un choix essentiellement dicté par la flemme (et ma maman), car je savais déjà créer des pages web depuis ma plus tendre enfance (ou presque. À 13 ans, on est quoi ?). En même temps, c'est facile d'apprendre quand c'est expliqué super-pédagogiquement comme dans cette Bible.

    Je m'étais dit aussi (enfin, "on" m'avait dit aussi...), quitte à choisir une UED, autant faire un truc qu'on sait déjà, ça fera d'autant moins de travail à fournir (... et peut être une bonne note d'autant plus facile à obtenir ← ceci était la motivation principale).

    Donc, OK, moi aussi, à ma manière, j'ai juste un peu grugé le système.

     

    Du coup dans ce module, j'ai pu remobiliser mes restes en HTML et CSS (pour faire simple, le HTML c'est le langage internet pour écrire le contenu/texte, tandis que CSS sert à mettre en forme tout ça et à faire "chôli") et j'ai pu me dispenser d'engranger de nouvelles connaissances. Je suis conteeeente ;-) !
    Enfin, quasiment. Il n'y avait que les boîtes qui me posaient souci (mais c'est résolu) et l'espèce javascript-pas-vraiment-javascript qu'on a vu pour la première fois cette année à maîtriser. Mais c'était pas la mort. Je suis contente quand même.

    Et puis au fond, les pages web, c'est marrant, c'est comme des Legos, mais en plus interactif et avec un ordi et du contenu.
    Donc non, en fait, c'est mieux que les Legos.
    (on a le droit de mettre un "s" quand c'est une marque ?)

    Ce qui est bien, c'est qu'avec ma binôme on se complète bien. Et on a fait de la « transmission de compétences » entre elle et moi, comme dirait notre intervenante de PPE pour faire pompeux : moi au début que lui expliquais pour le HTML et le CSS, et elle pour le javascript-pas-javascript (un autre langage pour que la page web soit plus interactive) que j'avais du mal à piger. On s'est réciproquement appris des trucs, et c'était tout bénef' pour chacune.
    Comme avec ma binôme de TP d'info pour la bio, Orangine. Ça nous a même fait gagner une petite avance par rapport aux autres dans ce module.

    Bref, au moins pour les premiers TP, à nous deux, on se baladait un peu (jusqu'au dernier où l'exercice était vraiment... un brin complexe, mais bon).

    Pour en revenir à la création de pages web, autre truc positif aussi : le prof est un bon prof. Vraiment. Il blablate son info de manière accessible, compréhensible pour nous autres pauvres BB (si on n'a pas fait maths et/ou info, pour un certain nombre d'entre nous, il y a une raison ).
    Whah. Un prof d'informatique, qui fait des cours à des MIPC (Maths/Info/Physique/Chimie) en L1 et des infos en L2, et qui fait aussi un cours compréhensible pour les bio, ça mérite d'être souligné (cette année, on n'a quasiment eu QUE des bons profs en info et matière apparentée. Ça change de l'année dernière :) ). Maintenant, on sait que c'est possible (enfin, je sais que c'est possible)

    Mais. Oui, car, il y a un mais. Les contrôles sont vraiment durs ;-). Avec 3 autres BB, notre moyenne était de 9.62/20 au premier contrôle.
    Zut, et moi qui espérait gagner des points faciles ! Enfin, si pour le moment, je n'ai pas de points d'avance, je n'ai pas non plus de points de retard, et c'est déjà ça.

    Mais du cu coup, si les cours s'adressent aux néophytes, les contrôles un peu moins.
    Même avec une bonne mémoire des propriétés CSS et de la plupart des balises (utiles) de HTML, je dois avouer que j'ai quand même un peu de mal, et surtout, que le temps imparti est un peu court pour le CC (premier CC, il nous aurait fallu plus d'1 h 20... par conséquent, il a fallu faire des sacrifices :/ !). Donc, les vrais néophytes (et encore, ma binôme a appris vite), j'ai envie de dire, les pauvres petits...

    Mais le truc qui m'a fait tomber de ma chaise ou presque, ce sont les notions qu'on n'a pas vues en cours mais qui tombent quand même au contrôle (style, comment faire une exponentielle en CSS, ou la signification de + dans p+p − en fait, un paragraphe dans un paragraphe, j'avais jamais vu ça)... Me concernant, je n'ai pas la science infuse ;-)
    On a le droit de porter une gentille réclamation sur ce point ?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bon, c'est pas nouveau, Nanou a toujours une tension dans la limite super-basse, et ça dure depuis novembre au moins (ce qui lui a valu une supplémentation en fer, plus ou moins suivie après s'être fait une petite frayeur, mais chut, faut pas le dire). Mais ça passe quand même. Et bonne nouvelle, son taux d'hémoglobine est bon !

    Remplissage du questionnaire haut la main, pas de contre-indication, puis poids (limite basse, mais, dépasser un peu les 50 kg, ça sert à quelque chose !), tension (limite basse), hémoglobine (limite... basse mais sans plus).
    Et ensuite, passage aux choses sérieuses...

    Doigt avec un pansement = blessure de guerre
    N'y voyez aucune insulte.
    C'est pas moi qui ai choisi le doigt pour le dosage de l'hémoglobine !

    Tout ça pour quoi ?

    J'avais loupé la dernière collecte à l'université en novembre (là, mon seuil d'hémoglobine aurait été trop limite)... Mais aujourd'hui, je ne l'ai pas loupée, même si je n'avais pas prévu de rester à la fac !

    Car oui, être majeur chers gens, je vous le rappelle, ça ne signifie pas seulement pouvoir acheter de l'alcool, pouvoir voter (enfin, pas cette année), ni pouvoir opérer ses virements bancaire tout(e)-seul(e)-comme-un(e)-grand(e)...
    C'est trop peanuts tout ça ;-)
    ...être majeur(e), ça veut surtout dire pouvoir donner son sang !
    (si on est en bonne santé bien sûr ;-) ).

    Explications claires, gens sympas, prélèvement étonnement rapide (je ne pensais pas que ça l'était autant : une dizaine de minutes !), et même pas mal en plus :) !
    (ok, j'adore les piqûre, et alors  ?)

    On vous laisse même faire joujou avec une baballe dans la main du bras où est effectué le prélèvement, que demande le peuple  ?

    En dépit de la rapidité, ça m'a tout de même laissé le temps de taper la discute avec le médecin, donc je suis contente .

    Et hop, un trophé :

    Des bienfaits d'être majeur(e)
    (non, vous ne repartirez pas avec un pansements avec des petites voitures
    ou des petits poneys roses. Pas trop déçus ;-) ?)

    Ça a finalement des avantages d'être majeure

     

    Le sang prélevé servira notamment à réaliser des transfusions à des personnes victimes d'hémorragies (grands accidentés par exemple), subissant une importante intervention chirurgicale, atteintes de leucémie, à la fabrication de médicaments destinés aux personnes immunodéficientes et/ou en soins intensifs, à des laboratoires de recherche...

    Des bienfaits d'être majeur(e)Les stocks de sang sont actuellement jugés stables par l'EFS (Établissement français du sang), mais les besoins sont continus, voire vont en augmentant.
    De plus, des globules rouges ne peuvent être conservées que 42 jours et les plaquettes 5.

    Si vous aussi, comme Nanou 1,7 million de donneurs en 2011 (seulement 4 % des français), vous voulez donner votre sang, vous pouvez vous renseigner ici sur les lieux de collecte proches de chez vous, et sur les conditions à remplir pour être bon au service apte à faire un don du sang.
    Et si vous avez plein de questions, il y a une FAQ rien que pour vous à cet endroit.
    Dans le cas d'un don de sang total et si vous êtes une femme, vous avez le droit à faire maximum 4 dons par an (chaque don devant être espacé d'au moins 2 mois) et si vous êtes un homme à 6 dons (chacun espacé du précédent d'au moins 2 mois toujours).
    Voire plus s'il s'agit seulement d'un don de plaquettes :).
    Si vous faites deux dons, vous aurez le droit à une jolie carte de donneur ;-)
    Mais même un seul don, c'est toujours mieux que rien du tout  !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • ... fait sa vaisselle

    ... balancé ses bouteilles de shampoing vides (à un moment, il faut bien s'y résoudre : oui, elles sont vides, et il n'y aura pas de génération spontanée de shampoing)

    ... retourné son matelas

    ... interprété les résultats d'électrophorèse de produits d'amplification de PCR des autres puits pour le compte-rendu à photocopier et rendre mercredi

    ... passé le chiffon à poussière sur le dessus de son meuble, où trainent ses bouquins

    ... balancé sa boîte de After Eight qui reste dans le coffre sous le lit (non, il faut aussi se rendre à l'évidence : il n'y aura pas non plus de génération spontanée de After Eight)

    ... emmené ses déchets de verre (qui commencent à former une montagne) dans la poubelle-à-verre à côté de la boulangerie

    ... récupéré sa batterie d'appareil photo en Picardie (grâce à son bras digne de l'Inspecteur Gadget)

    ... appris son texte d'anglais par cœur et l'a recorrigé dans un anglais parfait

    ... pondu des œufs en chocolat (ça s'appelle être une cloche)

    ... visionné pour la 3ème fois les aventures de Hopes Bridge-Adams sur Arte+7épisodes 1 et 2 d'une durée totale de près de 2 h 30 (je crois)

    ... et les enquêtes de Murdoch en anglais sur Youtube (si, il y a au moins toute la saison 1 et toute la saison 6 ici. Illégalité, mon prof d'anglais te remerciera peut-être)

     

    Cependant, devant l'ampleur de la tâche, Nanou n'a pas eu du tout le courage de stopper l'espace-temps, et de tout faire en même temps.

     

    Nanou vous salue
    Cette nuit, entre 2 h et 3 h, Anne a...

    (cette heure de sommeil perdue a fait vieillir prématurément Nanou, vous avez vu ?)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • ... fin du mois de mars...

    ... dans le rayon c'est de saison...

    ... des fraises...

    Rayon c'est de Saison chez Auchan

    Ça ne se voit pas sur la photo, mais bizarrement dopées au rouge les fraises...

    J'ai sagement opté pour de la ratatouille en boîte.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • (à annoncer sur le ton du Dr Galipeau dans Le viager, 8 : 15 ici )

    Prérequis :
    Tout génôme est composé d'ADN, longue molécule composée de plusieurs milliers de gènes, le tout étant lui-même composé de millions (voire de milliards) de nucléotides.

    On peut réaliser un sexage (sur humains et animaux) grâce à l'ADN.

    Dans ce TP, on a utilisé le gène de l'amélogénine pour réaliser notre sexage humain.
    Le gène de l'amélogénine est porté par chacun des chromosomes sexuels, à savoir X et Y. Seule différence : le gène de l'amélogénine est beaucoup plus court sur le chromosome Y (192 paires de bases ou pb) que sur le chromosome X (372 pb).

    Grâce à une technique appelée PCR (polymerase chain reaction), on peut amplifier certaines parties du génome et de certains gènes, afin de pouvoir ensuite repérer certaines parties spécifiques de l'ADN grâce à d'autres techniques (électrophorèse par exemple).
    À partir de quelques échantillons d'un gène (typiquement, un prélèvement buccal purifié...), on peut obtenir des milliards de copies de ce même gène grâce à une PCR.

    Ici, on a donc amplifié le gène de l'amélogénine de notre échantillon d'ADN.

    Après, on a réalisé une électrophorèse, dont le but est de faire migrer les fragments d'ADN de notre échantillon d'un pôle négatif (anode) vers le pôle positif (cathode) à l'aide d'un courant électrique.
    Les fragments les plus lourds migrent le moins loin (les gros patapoufs !), et les plus légers parcourent une distance plus importante.
    Après une étape de révélation, des bandes apparaissent et on peut ainsi estimer la taille des fragments, et plus simplement, leur présence ou non dans notre échantillon (si on a voulu amplifier un gène A, et que rien n'apparaît, c'est que le gène A n'était pas dans notre échantillon... ou que la manip a mal été faite surtout).

    Vous n'êtes pas sans savoir que les individus féminins sont porteurs de deux chromosomes X (par déduction, de deux gros gènes de l'amélogénine) et que les individus masculins sont porteurs d'un chromosome X et d'un chromosome Y (par conséquent, d'un grand gène de l'amélogénine, plus un petit gène de l'amélogénine).
    Du coup, grâce à l'électrophorèse, on devrait voir une bande épaisse unique si l'échantillon d'ADN provient d'une fille (en fait, deux bandes confondues : les deux bandes étant issues d'un fragment de même taille, elles vont migrer sur la même distance) et de deux bandes distinctes s'il s'agit d'un garçon (because, amélogénine présente en version longue sur X et courte sur Y).
    Et on peut même développer une petite photo :))

    Ça, on l'a fait en TP de Biologie pour les biotechnologie (ça en jette, hein  ?). Les photos sont pour le compte-rendu de TP (snif... moi, je l'aurais bien mise au dessus de mon bureau, comme dans les films on voit les femmes enceintes mettre les photos de leur première échographie sur le frigo... à chacun ses trucs !)

    Par conséquent, on peut dire...

    C'est un garçon !

    Les résultats de la PCR visualisés après une électrophorèse suivie d'une révélation (puit n° 1 pour le sexage humain)

    Moi et ma super binôme de TP, on était trop contentes que ça ait marché  {{mode "on est fières" }}.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique