• Le temps qui passe - Agenda rétrospectif

    Il y a un truc qui me stresse : le temps qui passe.
    Perdre son temps. En voilà une chose de bien angoissante.
    J'ai l'obsession de m'occuper, d'occuper mon temps à bon escient. De manière utile (j’espère), constructive (un peu). Ou au moins en avoir l'impression.

    Avant c'était facile : j'avais un emploi du temps relativement régulier. J'allais en cours, je rentrais, j'avais un jour pour les courses, et quelques créneaux pour faire des fiches de révision / regarder des films ou des séries / prendre le soleil et des photos, à caler sur les deux jours restants. Au final, chaque journée était occupée au minimum par un truc - et sinon, j'avais le reste de la semaine pour me dire que j'avais pas rien foutu puisque j'avais travaillé. Je n’avais que quelques petites périodes vides à combler à l'aide de mes activités pré-déterminées parmi lesquelles je n’avais plus qu’à piocher.

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectif(c'était le bon vieux temps)

    Depuis que je ne suis plus en étude (donc la majorité du temps « sans emploi » hein), mon emploi du temps est comment dire... moins soumis à des impératifs. Disons que, sans emploi, donc sans rentrée d'argent, sans activité extra... (extra-quoi d'ailleurs ?), en n’étant pas très fortiche pour maintenir des relations sociales et en ayant pour quasi meilleur ami mon ordinateur, j’ai vite fait de perdre l'inertie que j’avais à peu près acquise auparavant, pour atteindre ce qui pourrait sembler une espèce d'« immobilisme occupationnel »... De toi à toi, c'est déjà pas très valorisant, et ça finit par être même franchement lourd et déprimant. Même quand tu cherches un job en même temps.
    D'autant plus que les gens autour, ils grouillent et ils s'occupent. Ils font des choses. Ils travaillent. Ils sortent de chez eux. Ils n'ont pas des projets, ils les font (ou alors c'est l'impression qu'ils donnent). Peu importe quoi, ils ont des choses à faire. Tu sais, cette impression d'être un point fixe, debout, immobile, avec plein de fourmis autour qui passent, fort affairées ? Se dire qu’être là où ne pas être là ne changerait pas grand-chose au cours du reste. Ben, ça, ça a souvent été moi une fois mes études finies.

    En quelques mots : j’avais l’impression de rien faire. De juste perdre mon temps malgré moi. (n’hésitez pas à caler maintenant un gros soupir pour finir de planter l’ambiance)

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectif

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectifPuis, à un Noël, on m'a offert un agenda. À colorier. Le genre art-thérapie - mouahaha, rien que le nom, comme si l'art pouvait guérir, bref.
    Soyons honnêtes, je n'aime pas le coloriage. C'est d'ailleurs mon troisième livre à colorier, et je pense que vu le temps que je mettrai à les remplir, leur durée de vie sera exceptionnelle. Peut-être qu'à la retraite je me mettrai à aimer ça, si le concept de retraite existe toujours. Le coloriage, c'est long, ça laisse le temps de ressasser plein de trucs et ça rend jamais comme ce que tu as en tête. C'est toujours plus moche.
    Soyons honnêtes, je n'utilise pas non plus d'agenda. L'agenda, il est dans ma tête, où à la rigueur, c'est une alarme pour la semaine à venir sur mon téléphone (« 9 h 45 => toilettes, 10 mn », « 10h => partir. », « 10 h 30 => je suis déjà en retard ! »). Et puis surtout, un agenda c'est bien quand tu as des choses à y mettre. Des évènements planifiés pour le futur, et nombreux par exemple. Quand t’as un job par exemple. Sinon, ça te renvoie méchamment au fait que tu n’as rien de prévu.

    Bref, je me retrouve avec un agenda à colorier. Chaud.

    Sauf que, j'aime pas ne pas me servir d'un cadeau qu'on m'a fait. Genre vraiment pas. Un cadeau, ça se rentabilise. Tu peux te dire que tu vas l'utiliser plus tard, mais quand t'as un agenda pour une année précise, bon, t'as pas trop de deuxième chance. Si encore il était moche, j'aurais pu l'oublier sans trop de scrupule dans un coin ou le donner, mais là, même pas. Il est doré sur la tranche, c'est du papier épais pour que le feutre traverse pas, sa couverture est en carton donc indéformable, et il est franchement pas dégueu au toucher (et surtout, y'a un élastique pour le maintenir fermé).
    Quand même. Et puis y’a les feutres de couleurs à utiliser aussi.

     

    Je me suis résolue à l'utiliser.

    Je me suis donc mise à noter des choses que je faisais. Enfin, les trucs qui me paraissaient, à moi, notables, dignes d’être noté. Et d’ailleurs, pas seulement ce que moi je faisais. Juste des choses qui faisaient que ma journée n’avait pas été perdue et qu’elle avait été différente des autres. Souvent pas grand-chose, des petits trucs. Peut-être que mis bout à bout, ben... je sais pas. Peut-être que ça allait donner quelque chose.

    J’ai donc noté, de ci, de là, avec mes nouveaux feutres de couleur, ce que j’aurais pu faire de bien. J’ai repris Wikipédia, et avec ça, je me suis mise à créer des articles sur une base plutôt régulière. C’est parti pour les noter en fonction du jour de création… et ce tout au long de l’année. J’ai aussi passé ma première semaine de 2017 à écumer les musées parisiens. Notons-les un par un, car après tout, une journée passée dans un musée n’est jamais une journée de perdue, encore plus quand c’est gratuit (#leradinàParis). Ensuite, tel jour, j’ai résolu 7 énigmes de mon livre. Je déteste les énigmes, mais je déteste encore plus ne pas y arriver alors j’en fais. Donc bon, notons, je ne suis peut-être pas si stupide. Tel jour, j’ai vu tel film, qui était vraiment bien. Tel jour, une collègue m’offre un pack de survie pour la Belgique, à base de cidre breton : quelle journée peut être perdue quand on gagne du cidre, honnêtement ? Ici, on m’a emmenée au château de Versailles parce que je l’avais jamais vu ; il faisait froid, il était tard, mais après être allée plusieurs fois voir les jardin, je voyais enfin l’intérieur de ce truc. Tel jour, j’ai déménagé. J'ai débuté le néerlandais, en prenant des vrais cours et avec des vrais gens (c’est un peu intimidant). Tel jour, j’ai fait du vélo alors que je n’en avais pas fait depuis… ouhla. Tel autre jour, je prenais l’avion retour du Pays bas (#cœurlourd) MAIS j’ai réussi à négocier avec mon voisin pour avoir le droit au hublot ; un voyage en avion, c’est seulement extra méga super cool au décollage, à l’atterrissage, et seulement SI TU AS UN HUBLOT. Tel autre, j’ai battu ma grand-mère au Scrabble : OUI, c’est un évènement important, ça n’arrive pas tous les jours. Oh, ce jour-là, j'ai OSÉ prendre ma voiture seule pour aller dans une zone commerciale à l'autre bout de la ville (oui, pour moi, un truc comme ça, c'est une victoire en soi. Chacun son niveau). Tel jour, j'ai tenu ma première vraie conversation en anglais (et je m’aperçois surtout que je peux la comprendre). Tel jour, j'ai enfin franchi la porte d'un magasin ici, et j'ai pris le risque (don't judge me, c'était l'angoisse) de parler néerlandais alors que je sais que dire bonjour - s'il-vous-plaît - merci - au revoir.

    Oh wait. En fait, j’ai l’impression que je fais des trucs ?!

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectif

    Alors, tous ces trucs-là, c'est sans doute absolument rien pour vous. Mais pour moi, c'est avoir fait quelque chose. Anodin parfois, mais un truc. Un truc qui fera que ma journée aura été singulière d’une manière ou d’une autre, que ma journée n’aura pas été perdue.
    Ça aura pu être un truc de bien, un truc surprenant, un truc touchant (oui, des fois, j’ai un petit cœur qui bat), un truc vraiment inconfortable que j’aurais réussi à supporter (j’adore conduire, mais me rendre dans des endroits inconnus me stresse beaucoup par exemple malgré le GPS… mais j’essaie de le faire quand même), un truc qui me sort de ma routine.

    Ça peut être un repas que j’ai fait, un film que j’ai vu, un musée que j’ai visité, un endroit où j’ai été, un article que j’ai créé, un compliment que j’ai reçu, un article de blog que j’ai fait (même si ça devient rare), un truc que j’ai appris, un truc pour lequel je me prends soudainement de passion.

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectifPar exemple, l’autre jour, je me suis aperçue que j’y connaissais rien en hamster. J’ai compulsé un site sur les hamsters et maintenant je connais les grandes lignes sur la manière dont vit un hamster domestique (vous saviez que les femelles pouvaient tuer les mâles juste en les frappant à la tête ? je trouve ça cool). Vendredi, j’ai appris qu’il y avait des milans noirs pyromanes en Australie. Hier, je me suis fait un mix de légumes à base de poivrons, champignons, haricots rouges, maïs et épices. Mercredi, une boîte à 3 € de chez Ikéa a fait mon bonheur car j’ai pu ranger tout ce qui traînait au pied de mon lit et qui commençait à vraiment m’oppresser. Aujourd’hui, j’ai fait un cake poire et chocolat et j’ai fait du ménage (#survie).

    Le temps qui passe - Agenda rétrospectifRégulièrement, je prends donc mon agenda (oui, j’ai rempilé pour 2018 au final) et je note pour chaque jour écoulé une chose (parfois plus) qui a marqué ce quotidien. Alors, tous les jours sans exception ne sont pas remplis, mais majoritairement, un petit quelque chose vient s’y glisser.

    Et finalement, ouais, je fais des trucs.

    Grâce à cet agenda rétrospectif, je m'en aperçois (un peu).

    Et c’est bon pour le moral.

     

    « Nowel 2017Chers recruteurs, »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :