• J'ai fait preuve d'une motivation toute particulière pour réviser tout au long de la semaine, entre les examens (en fait non) (même si j'ai révisé) (mais pas trop) (mais pas mal).

    Mais enfin, un jour de plus, je crois que j'aurais pas pu.

    Fini !

    A première vue, certains sujets n'inspiraient franchement pas confiance.

    Fini !

    Finalement, Nanou est retombée plus ou moins sur ses pattes.

    Fini !

    Pour finir, en regardant le sujet d'éthologie.

    Fini !

    Reste plus qu'à attendre les résultats

    Fini !

    C'est le week-end !

    Fini !

    Enfin, le plus important : c'est fini !

    Place au rapport biblio !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Examen du 3 au 6...

    Bien que BIEN plus détendue qu'à l'accoutumée, on reste tout de même en période d'examens quoi...

     

    Fin de révisions

     

    Fin de révisions
    Grandad

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • (presque)

     

    Ça me fait tout bizarre.

     

    Demain, j'assiste au dernier vrai cours* de mon cycle Master.

    Je crois que je vais avoir un petit moment de flottement demain soir**.

     

    Fin de moyenne sectionFin de moyenne sectionFin de moyenne sectionFin de moyenne section

     

     

    * nan parce que mettons-nous d'accord tout de suite : le module pro, celui d'anglais et celui de droit, ça compte pas vraiment...

    ** pourquoi on peut pas avoir des cours jusqu'à fin décembre ? pourquoiiiii ? qu'est-ce que je vais apprendre moi maintenant Fin de moyenne section? je décrète qu'on n'a pas fini, j'exige qu'on continue cry !!

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • "Ce que pensent les hommes ingénieurs des femmes ingénieures."

    C'est en résumé ce que nous propose de découvrir un site internet, dont les multiples articles sont relayés par une barre publicitaire du site Le Monde.
    L'article en question a pour but de montrer que non, les mentalités ont évolué et les hommes ne sont plus des gros machistes (c'est l'article lui-même qui le dit...) grâce à une enquête, dont on appréciera tout particulièrement la tournure des questions employées.

    Tout d'abord, l'article met en avant les réponses à la question « Les formations ingénieurs sont-elles faites pour les femmes ? »

    Pour 66 % des hommes interrogés, les formations d'ingénieur sont (aussi) faites pour les femmes. 6 % d'entre eux émettent l'opinion que « ça dépend des branches » (sic) tandis que 28 % pensent que la formation d'ingénieurs n'est pas faite pour les femmes (gloups).

    Puis, quelques représentations graphiques en réponse aux questions suivantes :

    « D'après vous, quelles filières d'ingénierie sont selon vous plus faites pour les femmes ? »
    et
    « À l'inverse, quelles branches de l'ingénierie sont, à vos yeux, peu adaptées aux femmes ? »

    ...

    Je viens de vérifier sur mon calendrier, et oui, nous sommes bien en 2015, et une enquête grand public en est encore à demander quelles études sont faites « pour les femmes »...

    Lecture de la vie de tous les jours (ou presque)

    ...

    Le clou pour la fin : apparemment, être une femme, ça donne le droit à être "Organisée, persévérante, rigoureuse et autonome". Tout ça grâce à un vagin, n'est-ce pas magique ?
    Non, sérieusement. Je crois que je vais réviser mon anatomie, il y a des trucs qui ne collent pas...
    ... Moi organisée he ?

    Lecture de la vie de tous les jours (ou presque)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Pour plein de raisons, je crois que j'adore d'avance mon futur maître de stage.

     

    C'est que lors de son cours, j'ai quand même appris que mon modèle d'étude faisait quand même des chiures hyper corrosives he...

     

    Volcanologue en combinaison
    Je crois que je vais investir.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • La journée était bousillée d'avance. Plus précisément, depuis 18 h, dimanche, hier.

    Sur Skype : « Dis, tu as imprimé les papiers pour demain ? ». Voyons ma chère, moi, imprimer des choses pour l'anglais ? ça ne va pas ? Et puis je vois la fin de la phrase « pour le module de projet professionnel ».
    ...
    On a module de projet pro lundi ? ça veut dire qu'on finit plus tard ? nooooon ! (eh ben si !).
    Bref.
    Ajoutez à ceci une pluie qui mouille (mais oui), des présentations d'anglais interminables. Et, clou dans la semelle de chaussure, que le fabuleux panini montagnard de la cafétéria avec son extatique sucré-salé à base de fromage à raclette et de ketchup (cherchez pas. C'est di-vin) s'est vu remplacer son ketchup par des oignons (par. des. oignons. Oui. J'ai bien dit DES OIGNONS !!!!). SACRILÈGE !

    Bref. Tout ceci pour conclure la journée sur un module de projet pro.

    Ce genre de module que j'ai chaque année depuis la L1, et qui, à chaque fois, demande d'apporter un CV et une lettre de motivation (à ceci près que maintenant, j'ai un CV plus étoffé et une lettre de motivation) pour qu'un intervenant provenant d'un domaine généralement fort lointain de la bio (ou même au sens large, du milieu scientifique) vous fasse la leçon sur qu'il est bien de mettre ou pas dans l'un ou dans l'autre. Et vous savez quoi ?
    D'une. Année. Sur l'autre.
    C'est. Jamais. Pareil.
    L'exacte. Inverse.
    (soupir)

    Ce sont donc dans de passablement mauvaises prédispositions que votre nain favori s'est rendu à son module de projet pro (car oui, votre âne préféré est quand même un peu professionnel et se rend toujours à tous ses cours, même les plus chiants).
    Les yeux un peu vitreux et blasés.

    Et on nous les a même pas demandés. Ni le CV, ni la lettre de motivation.
    Finalement, le programme fut bien plus intéressant.

    Car au programme, chaque individu de la classe devait se présenter en quelques minutes, dire ce qu'il fichait ici, par où il était passé, où il se voyait dans un an (nulle part).
    Avec style de la présentation commenté itou itou.
    Qu'à cela ne tienne, désormais, l'âne binoclard du premier rang connaît ainsi tous les prénoms des gens de sa classe (du coup, il a l'impression d'être intelligent).

    Les gens défilent. Il est intéressant de voir le cheminement de chacun, pour finalement tous nous retrouver, par volonté de toujours ou presque par hasard, dans ce Phare Ouest où tous les coups seront permis pour obtenir une thèse. La vocation pour certains, la curiosité pour d'autres, mais tout de même énormément de points communs.

    La présentation de l'une d'entre nous fut tellement bien racontée qu'on s'imaginait parfaitement son cheminement en image dans nos esprits : en arrière-plan les parents, les rencontres, les boulots en parc zoologique, la découverte de cet univers et de l'envers du décor, la logique naturelle jusqu'ici... L'intervenante nous a arrêtés pour nous dire « Vous avez vu là ? Vous les avez vu les yeux qui brillent ? Et bien. C'est génial quand on peut voir ça. Je veux ça ! »

     

    Tu veux des yeux qui brillent ? Ne t'inquiète pas mamie tu vas en avoir !

    Une fois appelé, votre âne nain s'est donc élevé (enfin, levé est déjà un bien grand mot, puisqu'entre assis et debout, la différence de taille n'est guère flagrante). Pour un Me, Myself and I imposé d'environ 3 mn, sur Daktari, son niveau en maths digne d'un blaireau (si si, citation texto) qui la complexera toujours (enfin, ça, le blaireau, il l'a pas dit à l'oral...), que l'année prochaine elle se voit très loin d'ici, et que l'objectif de sa vie, c'était (je cite) « de passer tout le reste de [sa] vie à triturer des tripes et à mettre ses mains dans le bide de tous les animaux possibles et imaginables ».

    L'assemblée était passablement choquée. En tout cas, son rire était franchement nerveux et affreusement mal à l'aise.
    Un "Psychopathe !" a fusé du premier rang (chère camarade, saches que tu le payeras ! *rire diabolique*).

    Vous savez quoi ?
    Le blaireau à ce moment il est quasiment sûr que ses yeux brillaient tellement qu'avec, on aurait pu allumer un bûcher de CV et de lettres de motivation au milieu de l'Antarctique qui aurait tenu jusqu'à la fonte totale des glaces. Rien que ça.

    Tout ça pour conclure : les gens ne savent pas ce qui est bon.

    Parce que c'est vachement cool de jouer aux billes avec un œil de chat*.

     

    * Citation orale également.
    L'âne pense que ça a achevé son auditoire.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique