• « Tu sais pas ce que tu as raté »

    me dit-on souvent.

    Ce matin, on était 4 à préparer (enfin, pour ma part, à fignoler) notre TP de l'aprèm à la BU, avec 4 autres étudiants (qui eux, avaient déjà fait ce TP et celui du lendemain, donc, nous filaient leurs tuyaux).
    Tous à la même table, car nous sommes arrivés, totalement à l'affût de la moindre prise électrique qui se libérerait (finalement, on a opté pour la multiprise prêtée par la BU).
    En effet, lors de la construction de cette BU qui rivalise d'esthétisme et de confort (c'est totalement ironique, quand on rentre, la température est chaude et moîte, un brin tropical : les fenêtres n'ont pas l'air de s'ouvrir. 5 500 m² de renfermé donc) achevée en 1965 (= béton, bois contreplaqué et amiante), on n'avait pas prédit l'apparition des ordinateurs portables et encore moins que cela deviendrait l'équipement indispensable de l'étudiant. Le nombre de prise électriques est donc particulièrement... réduit.

    Bref, tout ça pour dire qu'on en est venu à discuter du RU, des JDC prioritaires (si, si, ils sont prioritaires sur les étudiants pour pénétrer dans le RU !), de nos JDC, du militaire dont j'ai ébranlé les plus profondes convictions il y a presque un an à quelques jours près...
    Du coup, une camarade rebondit « mais oui, c'est pas l'école qui est obligatoire, c'est l'éducation, c'est ça ? » pas tout à fait (j'ose espérer que la plupart des jeunes sont éduqués ^^... éduquer et instruire, c'est pas tout à fait pareil pour moi ^^').
    Explication : « instruction », puis ça dérive sur entre « instruction en famille » et « cours par correspondance » car école à la maison est un terme générique et non juridique (donc qui ne répondrait pas à une formulation  « d'école obligatoire » si c'était le cas, les contrôles, blablabla...).

    « Mais, t'as jamais été à l'école ?! » me demande une camarade dont la souhait profond était également de devenir vétérinaire (mais n'a pas eu PECB non plus à cause de résultats insuffisants sans doute, tout comme moi en fait).

    Bé non.

    Et puis, on a discuté classes prépa, dossier scolaire (non, les candidats libres n'ont pas de dossier scolaire, donc, théoriquement pas accès aux classes prépa — pratiquement, les avis sont divergents, mais n'émanent jamais des personnes concernées, alors...).

    « Mais, t'avais des amis ? » poursuit la camarade qui depuis qu'elle ne peut pas faire véto ne sait pas ce qu'elle veut faire du coup (et je dis ça sans aucune méchanceté ; à sa place, je serais dans le même dilemne : ne pas savoir qu'envisager d'autre...).

    Répondons IEF-correct : bah oui, quand même... J'avais des amis quoi.
    (ma réponse IEF-je-m'en-fous : bah, oui, quelques, mais, je vois pas où est le problème ?)

    Ma binôme-de-TP-de-ce-semestre-super-sympa que nous appellerons Orangine (non, son vrai prénom n'est pas Clémentine) à la rescousse lui signale qu'on ne vit pas dans une bulle non plus (je lui ai fait mon laïus quelques semaines avant : non, nous ne vivons pas sous cloche. Je suis habituée à voir des gens. Je te vois, et j'ai pas peur, la preuve ! Non, j'ai pas dit ça. quand même, je l'aime bien ma binôme ;-) )

    Réponse de la camarade : mais pourquoi au fait t'as jamais été à l'école ? tu as été, euh,  "traumatisée" ?

    Réponse de moi : ben non, euh, enfin, oui, un peu, en maternelle...
    [j'exagère un peu : comme ça, les gens sont plus compréhensifs. Et puis, c'est pas vraiment un mensonge. J'ai toujours trouvé mes camarades franchement bizarres/pas pareils que moi en maternelle quoi. Je devais pas avoir le bon mode d'emploi.].
    (je sais, c'est pas convaincant quand on attend une vraie réponse. Merci).

    Ma binôme-de-TP-de-ce-semestre-super-sympa : ben de toute manière, [c'est peut-être à cause de ça qu']elle aime pas les gosses !
    (parce que ça la fait bien rire ça, que je ne raffole pas des enfants ;-) ).

    Se sont ensuivies des questions générales aux réponses tout aussi générales (souvent une des premières : « c'est pas trop dur de travailler seule ? » → « c'est une question d'habitude » etc)

    Là, généralement, les gens se lancent dans une comparaison (ce fut plutôt le cas ce matin) que je qualifie de quantitative :

    « N'empêche, tu dois quand même voir moins de monde. Et puis, à l'école t'as tous tes amis quoi ! Tu y vois tes amis tous les jours. C'est d'ailleurs pour ça que j'aimais l'école, parce que j'y avais mes amis. T'es tout le temps avec eux. J'ai eu les mêmes amis du primaire au lycée, tu te rends compte ? On s'est séparés seulement à la fac ! » etc.
    Le tout se conclut généralement aussi par « J'aurais pas pu. Et puis, je sais pas, les amis tout ça, j'aurais eu peur de rater des trucs » ou, un peu plus tranchant « Nan mais franchement, c'était trop génial, mais tu sais pas ce que tu as raté » (avec la variante de je-pondère-mes-propos-mais quand même-!- ^^ : « ... c'était trop génial... pas drôle tous les jours, mais tu sais pas ce que tu as raté ! »).

    Là quand on leur réplique sur le même ton « Nan, mais tu sais, en n'allant pas à l'école, tu sais pas ce que tu as raté non plus », généralement, ça fait pas mouche (mais ça fait du bien de le dire juste pour se dire en rentrant chez soi qu'on l'a dit).
    Faire mouche dans le sens de faire réfléchir hein ;-) pas de blesser ou de critiquer-pour-critiquer (enfin, si, un brin quand même. Un tout petit brin. Petit petit. Tout petit tout petit).
    En réfléchissant, pour faire court, je pourrais aussi dire que l'école n'a pas le monopole du cœur (j'aurais bien remplacé cœur par amitié, mais ça le fait moins non ?), mais bon. Pas sûr qu'ils aient tous compris. Évitons les trop gros bides, c'est une discussion sérieuse tout de même.

    Je pourrais aussi aisément démonter chacune des phrases, mais ce serait trop long de développer à l'oral. Ça demanderait une attention... trop longue de la part de mes camardes.

    « Mais du coup, comment tu faisais, t'avais pas de profs pour t'aider ? »

    Après aussi, il y a ce thème des profs. En un an et demi, j'ai entendu plein de trucs. Style, le prof-trop-génial-déluré-de-SVT ou, au contraire, l'ex-para devenu un psychopathe prof d'anglais sadique (ça fait beaucoup d'adjectifs mais c'est véridique. Dans un lycée privé.)
    Bref, j'en suis arrivée à la conclusion que lors de mon parcours hors école je n'avais peut-être pas croisé de très bons professeurs, mais que j'étais (bien) contente d'en avoir loupés des mauvais.
    OK, je n'aurais jamais rencontré un super-prof de mathématiques, qui m'aurait à jamais réconciliée avec cette matière en Première. (mais l'aurais-je croisé de toute manière ? n'aurais-je pas croisé un prof qui m'aurait dégoûtée des SVT à la place ? Ç'eut été du gâchis tout de même...). Mais avec des « si », on mettrait Paris en bouteille ;-)...

    Rien qu'à la fac, le ratio bon profs-profs moyens/mauvais est de 50/50 (mmmh... 30/70 ce semestre-ci ?) et les mauvais profs sont une perte de temps, alors,... avant le bac, franchement, est-ce que ça aurait valu le coup ?
    (idem que pour le paragraphe précédent, avec des si encore une fois...)

    Enfin bon, je vois pas (plus ?) le problème de toute manière. Aller (ou pas) à l'école, pour moi c'est une expérience comme une autre.

    Bon bref (je pensais pas que ce serait un si long billet. Et encore, j'ai pas fini...).

    L'après-midi (oui, tout ceci n'était qu'à propos du matin. Vous avez encore l'après-midi à vous farcir héhé ), une fois le TP terminé, à trois nous allons étudier/réviser la biochimie à la BU.

    Ouverture de l'ordinateur (sus à la priiiiiiiise !) et rédaction (ou tentative plutôt) d'une conclusion pour le rapport de TP du lundi, pendant que mes congénères camarades s'installent en face.
    Tout commence comme dans le meilleur des mondes possible (c'est bien sans 's' ? ça me paraît plus correspondre à la vision des choses du type dans Candide), quand sans que je le remarque, une des deux camarades est rejointe.

    S'ensuit un déballage de toute sa vie.
    Et puis de la vie de ma camarade.
    Et puis de celle de mon autre camarade .
    Pendant ce temps là, un brin stressée et essayant de me concentrer, je tapote un embryon de conclusion sur mon ordinateur (ce fut finalement une fausse-couche aux 2/3 en dépit de l'explication du fonctionnement des effets anti-contractiles de la progestérone sur la motricité du fragment d'utérus de rate. Et zut).

    Si seulement ç'avait été seulement leurs petites misères quotidiennes, juste là pas de problème.
    Mais non.
    Ce fut aussi leur vie sentimentale et sexuelle (décidément, rien ne m'aura été épargné ;-) ).

    Ben croyez-moi, heureusement que je ne suis pas dépressive. Sinon, en rentrant chez moi je me serais pendue. Entendre des filles parler de ça, je suis pas sûre qu'il existe des choses plus déprimantes au monde j'ai trouvé sur le coup .
    En tout cas, je suis ressortie de la BU plus convaincue/confortée que jamais dans le fait d'être toute seule, avec un petit Bruce-Jr pour mes vieux jours (mais si, je parviendrai à me dégotter un Bruce Jr d'ici à la fin de ma vie...).
    Ça m'a fait penser à autre chose (et de fil en aiguille dans ma tête...) du coup. Mais je ne pensais franchement pas que pour certaines personnes (est-ce spécifique aux filles ? conditionnement dans l'enfance ? « tu épouseras un prince charmant ma fille, vous vivrez heureux et aurez beaucoup d'enfants » ?) à quel point il était presque vital-viscéral (j'arrive pas à me décider sur le terme le plus approprié) de se visser à quelqu'un dans la durée (= le plus longtemps possible). Intérieurement, j'en étais estomaquée. Enfin, peut-être qu'on a deux manières juste totalement différente de voir les choses...
    Ce qui a failli me faire rire, c'est que l'une de mes camarades disait « Nan mais de toute manière, un mec il peut être moche comme un pou, il se trouvera toujours une fille, alors qu'une fille, elle... ».
    Je trouve que c'est intéressant, et qu'il pourrait y avoir beaucoup de choses à dire. Mais comme c'est pas tellement le sujet, donc, survolons, survolons.

    (rendez-moi mon prof de chimie du premier semestre ! même si je l'aimais pas !!)

    Bon, après cette petite digression (oh, ça va, si vous êtes arrivé jusque là, vous pouvez bien finir de lire ce billet) une de mes deux camarades par je-ne-sais-quel-hasard de discussion, s'est retrouvée à parler de ses déboires de la "vie scolaire" (je sais pas si c'est comme ça qu'on dit).
    Là, j'ai tendu une oreille attentive (« école » doit disposer d'ondes particulières qui atteignent plus rapidement mon cerveau).

    Ladite camarade, raconte son collège.
    Petite élève studieuse avec de bonnes notes, au premier rang, blonde, avec des petites couettes, et un cartable presque plus gros qu'elle.
    Tout pourrait donc parfaitement rouler pour elle, sauf que non. (z'avez pas comme un pressentiment ?)

    Trop appliquée, trop gentille, elle déplaisait à certains gens (je ne pense pas me tromper de beaucoup en ajoutant « moins intelligents qu'elle » ?), qui n'ont pas manqué à plusieurs reprises de la tabasser (« au début, ça fait toujours rire les autres » paraît-il), de balancer son cartable par dessus les escaliers pour une chute de plusieurs étages, de l'enfermer dans les toilettes, carrément de placer ses affaires de collège dans l'eau des toilettes, ou de ne même pas lui faire une petite place au self pour qu'elle puisse manger assise quelque part (entre autres, entre autres, je n'ai pas tout retenu).

    La situation n'a changé que quand ladite camarade a intégré une équipe sportive qui remportait des championnats, donc quand elle est devenue un peu plus « populaire », dans le sens où pour les autres, ça faisait bien d'être (paraître ?) son ami(e).

    ... Et après, les mêmes personnes viennent me dire qu'il est possible que j'ai raté des choses ? [incompréhension]

    Rien que d'y penser, pas que ce se soit produit, mais que ça ait été possible que ça se passe sans que personne n'intervienne avec succès pour arrêter ce harcèlement, ça me fait dresser les cheveux sur la tête, une larmichette s'est glissée dans mon œil et mon cœur s'est serré (moi qui ne suis pas spécialement sensible habituellement).
    Parce que, sans en être certaine, cette petite blonde brune (châtain clair pour être exacte) un peu naïve sur les bords, qui n'aurait pas su quoi faire quand on l'aurait humiliée, à part se retrouver seule avec des yeux pleins de larmes, je peux pas m'empêcher de penser que ça aurait pu être moi.

    Et je ne sais pas si, moralement, j'aurais été assez blindée pour y faire face si jeune et ne pas en garder des séquelles (le mot est peut-être un peu fort, mais je n'ai pas de dictionnaire des synonymes sous la main).
    D'accord, ça ne serait peut-être jamais arrivé, et j'aurais pu peut-être disposer d'un autre type d'instruction, dans une école, et heureuse aussi. Mais je dois avouer que quand même, certains cas font vraiment flipper (et pas que le dauphin).
    Et après, c'est ce qu'on essaie de me faire miroiter ?

    Bon, en fait, je voulais pas faire un point aussi long sur le harcèlement, qui n'est absolument pas une des premières raisons pour laquelle je suis contente de ne pas avoir été à l'école bien longtemps. Le sujet me semblait (très) accessoire par rapport à la réponse à l'affirmation selon laquelle je ne saurais pas ce que j'ai raté. Évidemment que je ne saurais jamais, en bien ou en mal.

    Mais je sais ce que j'y ai gagné : une expérience rare (une « expérience de vie » dit la dame de PPE - Projet professionnel étudiant ^^) avec ses propres atouts, et ses différences par rapport à une voie plus classique.
    (en même temps, si tout le monde se ressemblait, ce serait triste non ;-) ?)
    Quelques inconvénients aussi ; mais en même temps, si j'avais voulu intégrer une prépa, je serais retournée au lycée. De toute manière, on a toujours eu le choix.

    Et non, je ne regrette vraiment pas, et je ne pense pas que j'ai raté énormément de choses non plus en n'allant justement pas à l'école...Au contraire, même s'il n'y a pas d'université ou de boîte homeschool-friendly en France,  l'intervenante de PPE a dit que mon parcours et les qualités qui en auraient découlé (ex. faculté d'adaptation école à la maison → fac !) pourraient être judicieusement mises en avant lors d'un entretien d'embauche ;-)

    Prière d'être indulgents pour les fautes de ce billet long et possiblement mal/déstructuré... trop long, des fautes ont pu m'échapper à la relecture. Et puis, je n'avais pas prévu d'y passer trois heures non plus ;-) !

    « Habemus la dalleVéto et moi, où ça en est. »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    ValJea
    Jeudi 14 Mars 2013 à 07:16

    Je vais relayer ton billet sur Théomaluanne...

    Bravo et je me dis que quand même...on a fait le bon choix!!!

    Merci et ne change pas.

    Bisous.

    2
    Jeudi 14 Mars 2013 à 13:06

    Lecture en famille de ce très court billet qui ne nous a absolument pas interpellées. ;) Et les filles... que râtent-elles aujourd'hui ? Le droit de se reposer pour Lou qui peine à récupérer de sa grippe et le droit de filer se promener pour profiter du trop rare soleil dans quelques minutes... et bizarrement là où nous allons nous enfilons nos panoplies de "sauvages" avant de régulièrement échanger. ;) Suis pas sûre qu'il s'agisse de "râter", mais bien de vivre autre chose et autrement. ;)

    3
    FrédériqueS
    Jeudi 14 Mars 2013 à 18:11
    Beaucoup d'échos chez nous aussi où mes plus jeunes ratent avec bonheur l'école que leurs grands frères et sœur avaient suivie... Un bonheur de lire ce billet ! Merci
    4
    Jeudi 14 Mars 2013 à 19:17

    Merci pour ce partage.

    C'est rare de lire le ressenti de jeunes comme toi qui ont connu l'école à la maison.

    Je suis ravie de voir que un parcours sans école c'est possible du moins jusqu'aux études supérieures.

    Ma fille de 11ans et demi n'est elle aussi pas en manque "d'amis" et ne comprends pas du tout que cette inquiètude là revienne constament dans la bouche de ses interlocuteurs.

     

    5
    Jeudi 14 Mars 2013 à 20:18

    "Le meilleur des mondes possibles" pour Voltaire, j'imagine parce que tous les paramètres ne peuvent être optimisés en un même monde et qu'il faut choisir entre ceux possibles. Ta façon de raconter est toujours aussi vivante et agréable, même si dans mon cas tu prêches un peu un convaincu.

    6
    Jeudi 14 Mars 2013 à 21:06

    Kvardek du : merci pour la correction ! dans ma tête, c'était davantage « le meilleur des mondes qu'il soit possible de créer [en n'atteignant pas la perfection] », mais finalement, mon raisonnement était faux (rha, je savais bien que j''aurais du regarder dans Google ;-) !)

    7
    Jeudi 14 Mars 2013 à 21:15

    Lysalys : merci ! Je souhaite un bon rétablissement à Lou : qu'elle soit rapidement en forme et qu'elle se remplume ;-) !
    Pour le fait qu'il s'agisse de vivre quelque chose autrement, oui, c'est tout à fait ça :)

    Maman Luciole, FréderiqueS: Merci :)

    8
    Jeudi 14 Mars 2013 à 22:55

    Merci pour Lou. :) Amusant cette allusion à Voltaire : figure-toi que je m'apprêtais justement à écrire un billet sur un ouvrage recommandé par Lou et que j'ai commencé tout à l'heure, ouvrage où il est fortement question de Voltaire... ;)

    9
    Mercredi 20 Mars 2013 à 02:21
    agneslamexicaine

    pour le meilleur des ,mondes possibles, c'est Leibniz, avant Voltaire (qui lui a répondu...).

    10
    Mercredi 20 Mars 2013 à 10:25

    Agnès la mexicaine : effectivement, ça m'était sorti de l'esprit... « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »... Ça me rappelle des souvenirs ça ...

    11
    sevfrede
    Lundi 8 Avril 2013 à 14:35

    En pleine tergiversation" instruction en famille vs école" pour ma fille de 2 ans 1/2, votre billet m'a aidé à me détendre!

    Le double argument "Amitié et Sociabilisation" revient fréquemment dans la bouche des pro scolarisation qui tentent de me remettre dans le droit chemin...( Ceux-là même qui mettent constamment leur ouverture d'esprit en avant!)

    Ayant été moi-même scolarisée, il me semble avoir eu plus d'amis en dehors de l"école: danse, activités péri-scolaires... qu'au sein même de ma classe!

     

    Et puis, à l'école, on y va pour apprendre ou pour s'amuser???

     

    En tout cas, merci pour votre fraîcheur...

    12
    visiteur
    Mercredi 25 Juin 2014 à 10:33

    Bonsoir,


     


    je viens de lire votre post. J'ai été scolarisé jusqu'au bac et franchement vous n'avez rien manqué ! Je pense que les réactions de vos camarades tiennent plus du conformisme que de leur expèrience véritable... Tout le long de la scolarité, les élèves se réjouissent quand un prof est absent, attendent impatiemment les vacances et vivent l'école comme une obligation pas forcément agréable...


     


    Pour ce qui est de mon expèrience scolaire, je n'en retiens qu'une immense perte de temps. Pour vous donner une idée, en français en 1ère on était encore à recenser les mots de tel ou tel champs lexical, en anglais (alors que j'étais dans un très bon lycée avec 90% de réussite au bac), on n'était que deux élèves à être capables de faire une phrase correcte à l'oral sans avoir à reflechir 5 minutes sur chaque mot (après 7 ans au moins d'études de cette langue !), en maths, on ne demande rien d'autre aux élèves que de reproduire des exercices rébarbatifs vus et revus en cours (des élèves qui ont 20 au bac de maths et se retrouvent avec 3 en prépa ne sont pas rares du tout: on ne commence à faire des "vrais" maths (qui sont un domaine où l'imagination, l'abstraction et l'initiative sont primordiales) qu'après le bac)...


     


    Tout est enseigné de façon désincarnée, et peut tout au mieux permettre aux élèves d'acquérir un vernis superficiel sans jamais réellement s'approprier un nouveau domaine, ou acquérire une réelle familiarité avec les sujets étudiés...


     


    On apprend beaucoup plus en Histoire, ou en philosophie en écoutant france culture où des personnes qui sont réellement habitées par leur sujet, le font "vivre"quand elles en parlent, qu'en écoutanat un prof de lycée où il est demandé aux élèves d'être scolaires, où la réflexion personelle est dans les faits découragée au profit de la note et du respect de consignes plus ou moins arbitraires...


     


    On perd un temps fou à apprendre des choses que de toutes façons on aurait fini par connaître. Comme les tables de multiplications : je connais bien plus d'une personne qui ne les ont jamais apprises, mais qui les connaissent maintenant aussi bien que ceux qui s'étaient pliés à cette exigence scolaire: de même qu'on sait que 2+3=5 sans avoir jamais appris des tables d'addition, on finit pas savoir que 2*3=6 simplement parce qu'on a acquis une certaine familiarité avec les nombres (et c'est cette familiarité qui devrait être recherchée). On enseigne notre propore langue comme si c'était une langue étrangère. Les exemples abondent...


     


    Je n'ai pour ma part jamais eu de profs passionants. Certains très gentils humainement mais aucun ne m'a jamais rien apporté sur le plan intellectuel. Il y en a sûrement qui sont très capables et pourraient se montrer passionants mais dans le cadre où ils sont contraints et où reignent un état d'esprit tellement scolaire et formaté, il doit surement leur être bien difficile de déployer leurs qualités.


     


    Je précise que mon amertume ne tient pas au fait que j'aurais eu de mauvais résultats à l'école: j'étais au contraire une élève sans problèmes, j'ai intégré une grande prépa parisienne et fais de grandes études.


    Mais j'ai vécu un tel ennui durant ma scolarité que j'aimerais éviter à mes enfants de le subir eux aussi si un jour j'en ai.


     


    J'espère ne heurter persone par mes propos. Vous même qui avez fait l'école à la maison y avez peut-être reproduit certains des aspects scolaires que je critique et j'espère sincèremnt ne pas vous avoir blessée.


     


    Ce qui est bien dommage c'est que contrairement à ce que tentent de vous faire croire vos camarades, l'école a souvent pour effet de dissocier apprentissage et sentiment de plaisir. Alors que l'apprentissage, la découverte du monde peut être source d'un tel émerveillement, et procurer de réelles joies...


     


    Il y a d'ailleurs certaines personnes qui s'appuient sur l'ardent désir naturel qu'ot tous les enfants d'apprendre et de découvrir le monde qui les entourent et ne pratiquent aucun apprentissage formel. Comme par exemple André stren http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=11&ved=0CFgQFjAK&url=http%3A%2F%2Fwww.ecole-en-pyjama.net%2Fspip.php%3Farticle104&ei=_YOqU9GTOMfP0QWUuoFg&usg=AFQjCNH0lr3vcwqAoaAU8kbPHNgQoepWjQ&sig2=Q9LuyZY0-0KjlJjWOT80xA  ou comme cette blogueuse http://joyfullyrejoycing.com/ .


     


    Je suis un peu sceptique sur certains aspects mais l'expèrience de ces personnes met en lumière et démonte bon nombre de nos aprioris sur les enfants et l'éducation.


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :