• Au programme du jour...

    ...

    Lulu le shar-pei ! (vous savez, ce chien dont la peau est de trois ou quatre tailles trop grande ^^' ? des photos ici)
    Elle a fait aux membres antérieurs un mastocytome, une tumeur cutanée, qualifiée de « courante » chez ces chiens là, comme les boxers par exemple (prédisposition génétique).
    Opérée il y a deux ou trois semaines, environ 4/5 de son mastocytome a pu être retiré.
    Une chimiothérapie vient de lui être trouvée. En attendant qu'elle arrive (par la Poste, parce que c'est pas un médicament très courant ;-) ), seuls des corticoïdes lui sont administrés.

    ...

    Une portée de beagles débarque à la clinique : pas moins de 8 chiots, répartis dans 4 caisses de transport pour chat, plus leur maman.
    Une fois pucés, vaccinés, ils partent rapidement à l'exploration du cabinet, et ne semblent pas spécialement traumatisés pour deux sous :-).
    Par contre, à 9 chiens et 4 personnes dans les 9 m² du cabinet, c'est la fournaise absolue là-dedans !

    Après une autre consultation, et après être revenues sur les noms des chiots, ce fut l'occasion de voir avec la véto les noms les plus donnés par les propriétaires à leurs animaux  .

    Donc, au nom des vétos, par pitié, arrêtez de prénommer vos animaux :
    - pour les chiens, Ulysse (et variantes orthographiques : Hulysse, Hulice, Ullyce...), Cannelle (idem : Cannele, Canelle etc. )...
    - et pour les chats, Gribouille, Grisouille, Minette et Minouche !!

    Les vétérinaires en ont par dessus la tête  !
    Faites preuve d'originalité diantre  !

    Par contre, contre toute attente, il n'y a pas un seul Médor dans les fichiers de la clinique ;-). On en a également profité pour voir s'il y avait des animaux nommés comme le personnel du cabinet. Les prénoms humains sont assez peu donnés dans l'ensemble (sauf... Elsa pour les chats !). Il n'y a aucun animal du secteur prénommé Anne. Ouf, mon honneur est sauf ;-) !

    Chez les humains, il y a des prénoms en vogue, qu'on n'adore pas toujours, surtout quand ils sont tirés de séries télévisées américaines (ouf, je ne cite pas de prénom, je ne veux me fâcher avec personne ^^' !!).
    Et bien, il y a une espèce d'équivalent pour les chiens : c'est Tyson (et ses dérivés : Thysone, Taïzone, si si ...).
    Il est souvent attribué à des gros chiens quand même ; pour l'écrasante majorité, les Tyson de la clinique sont principalement des rottweillers ou des pitbulls ;-).

    ...

    Boubou est un bouledogue. Le pauvre est coincé dans une minerve, à cause d'une énooorme hernie discale depuis 3 jours (ou sans doute davantage). Sans sa minerve, il hurle à la mort de douleur. Il est opéré par des chirurgiens « itinérants » (qui se déplacent ponctuellement dans les cliniques de la région, ce sont des chirurgiens spécialisés).
    Le lendemain, Boubou remarche correctement. 'Mazique' :-P !

    ...

    Chaton est amené par une dame dont la chatte a eu une portée.
    On apprendra que la maman aura mis bas quelque part (chatons jamais retrouvés) et que ce dernier serait sorti du ventre de sa mère une semaine après les autres.

    Grosse inquiétude : le chat semble « anormal ». C'est une dame particulièrement inquiète qui nous annonce « C'est comme s'il avait pas d'yeux. Et ses pattes... elles sont toutes déformées. Et ses poils, sur les pattes, sont devenus gris en quelques jours, avant, toute cette zone-là était bien foncée... ».
    Après vérification, le chaton semble effectivement ne pas avoir de globes oculaires... et des pattes sont effectivement totalement déformées, comme des arcs boutants.
    Après avoir retenté d'observer des yeux au chaton, le conseil du vétérinaire, qui n'est évidemment pas donné de gaîté de cœur, est d'euthanasier l'animal.
    Il est aveugle, et présente d'importants problèmes de locomotion – si tant est qu'il puisse se mouvoir sans s'épuiser rapidement, comme cela a été observé sur la table d'examen, où il a simplement été manipulé...
    Un tel chat n'aurait pas de chance de grandir normalement, ou même de survivre, à moins d'être totalement assisté 24 h / 24.
    Ce qui est évidemment impossible. On est loin d'une vie de chat, ou même d'animal...
    Présentant de telles anomalies extérieures, on ignore bien ce qui est susceptible d'être tout aussi mal conçu à l'intérieur de son organisme.
    Quelles désagréables surprises peut-il encore bien nous réserver :-( ? Des organes malformés ou inefficients par exemple ?

    La dame se doutait un peu du diagnostic...
    Le chaton est endormi en sa présence, et euthanasié peu après son départ.

    ...

    Monsieur et madame apportent leur deux toutous pour les vaccinations annuelles. Ils ont aussi un troisième chien, qui n'est pas là aujourd'hui.
    Ledit chien, confié à des amis pour les vacances au début du mois de juillet, aurait absorbé cinq portions de mort au rat.
    Une fois l' « infraction » constatée, les fameux amis auraient donné « à boire et à manger » au chien (sic). Au téléphone avec les maîtres des animaux, rien à signaler, le chien va alors très bien, vous pouvez continuer vos vacances... Soit.
    À ce jour, le chien n'est pas mort.
    À la clinique, tout le monde est un peu sceptique sur la véracité de cette histoire quand même.
    Car en toute logique, il aurait du mourir d'hémorragies en moins de deux à cette dose-là ...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Comme j'ai du temps libre le midi (de midi à deux) et qu'il a fait beau cette semaine, j'ai profité de certains jours pour prendre quelques photos .

    Après mes trois semaines de stage, je connais désormais par cœur les 4 boulangeries devant lesquelles je passe chaque midi.
    Et j'ai trouvé seulement cette semaine celle qui fait le sandwich jambon-beurre le moins cher (et en plus, avec le meilleur jambon... que demande le peuple ;-) ?).

    J'ai aussi testé les éclairs au chocolat des 3 boulangeries du centre ville (où le plus gros éclair n'est pas forcément le plus cher soit dit en passant ).
    Je m'y suis également dégoté un panini assez excellent (du moins, la première fois qu'on le mange... à la seconde dégustation, il était moins bon étrangement ).

    Publicité ancienne Noilly Vermouth
    Rigolez pas, au départ, je pensais que c'était de la publicité pour du poulet (à cause de Doux)

    Fleurs jaunes

    Escargots sur un poteau de béton

    Maison à colombage avec balcon
    Ils doivent être bien, peinards, avec vue sur le château ;-)

    Pudding d'une boulangerie patisserie
    Regardez pas, vous allez grossir

    ~

    Cette semaine, entre les consultations, j'ai assisté à des détartrages . (ou comment passer du pudding au tartre sans transition !)

    L'avantage des animaux par rapport aux humains, c'est que pour subir ça, ils sont endormis. Déjà ^^.
    Par conquésent, on pourrait leur faire sauter tous les crocs, ils ne diraient rien
    (chuis cruelle, mais c'est pas vrai, on leur laisse le maximum de dents. Quand même.).
    D'un point de vue humain, c'est un peu long, puisque ça dure à peu près 45 mn.
    Le pire paraît-il, c'est quand il n'y a pas trop de tartre ; quand il y en a beaucoup, il s'en va par plaques et c'est plus rapide.
    Quand il y en a moins, c'est un travail bien plus minutieux qui attend l'humain armé de la fraise ^^.
    Mais l'avantage, c'est que ça permet de papoter avec l'ASV .

    J'adore aussi les chirurgies. Après avoir vu plein de stérilisations de chatte, j'ai (enfin !) vu une ovariohystérectomie chez une chienne (par la ligne du ventre, pas par les flancs). L'utérus s'est avéré trèèès moche (dixit les vétos).
    Ça, je m'en étais aperçu ; un utérus qui ressemble davantage à une succession de saucisses de Toulouse, ce n'est effectivement pas ce qu'il y a de plus normal dans le bide d'une cocker .
    (ça vaaaa, vous êtes toujours là  ?).

    N'empêche, en parlant de stérilisation, je suis très étonnée du nombre de gens qui ne font pas stériliser ou castrer leurs animaux. Je pensais que c'était devenu presque systématique dans leur esprit, mais apparemment pas vraiment...
    Je suis toujours surprise de voir des gens qui arrivent en consultation avec leur chienne de x années, pas stérilisée, alors qu'ils n'ont apparemment pas même d'objectif de reproduction ou d'élevage. Et avec toute la surveillance et les désagrément que ça implique d'avoir une chienne comme ça...
    Et un beau jour, ils arrivent à la clinique avec leur chienne sous le bras, totalement catastrophés parce qu'ils ont vu un mâle dans leur cour, horriblement paniqués parce qu'ils ne savent pas si ledit chien a sauté ou pas leur "Cannelle d'amour", et que c'est terrible, parce qu'il est hors de question que leur chienne ait des petits un jour...
    D'un autre côté, tu ne peux pas t'empêcher de te dire intérieurement que c'est à la fois bien fait (pour les maîtres) et dommage (pour la chienne, qui va subir un avortement préventif, et qui supporte des désagréments qui lui serviront strictement à rien dans sa vie), avant d'essayer chasser ces mauvaises pensées de ton esprit. Oui, j'essaie toujours de ma raccrocher au fait qu'il ne faut pas juger les gens qu'on connaît pas...
    Il y a aussi les propriétaires du chat mâle : « Tant mieux si c'est un mâle, comme ça, il ramène pas de petit à la maison ; il se contentera de les faire ailleurs ! » (autrement dit, ça les indiffère complètement que leur chat aille saillir toutes les chattes des environs ).
    Bonjour aussi les risques de transmission de maladies (leucose féline, "sida du chat"...) pour leur Grisou chéri ...
    Bref, des fois, j'avoue, je comprends pas bien les gens  !

    Avant et après la stérilisation du cocker, il y a eu une chirurgie d'une épagneule breton - qu'on appellera Electric - et une autre de labrador - qu'on n'appellera pas.
    Drôle de coïncidence, les deux chiens ayant quasiment le même âge, le même poids, et étant opérés pour la même chose.
    Ils ont en effet chacun leur masse kystique à l'épaule gauche . Très volumineuse pour le premier chien, moins grosse mais bien plus crade (dixit la véto !) pour le second...
    Deux cas jumeaux !

    Pour le premier chien, une fois le kyste retiré et percé (comme il est pas spécialement beau, les échantillons sont envoyés pour analyses), ça a un peu « giclé » façon fontaine (*spluich !*) sur le matériel.
    Le contenant dans lequel avait été placée la masse s'est soudainement rempli de jus beige pas spécialement ragoûtant, mais inodorant ;-)
    Le second kyste est carrément tombé par terre tellement la vétérinaire a tiré dessus (elle le maintenait bien, mais quand c'est venu tout seul d'un coup sans prévenir, ça lui a glissé des mains comme un savon et splash !)

    (vous vous sentez toujours bien ?)

    J'ai "appris" (en théorie, la pratique, c'est pour la prochaine fois ) la technique du poulet !
    Indiquée pour les chats, furets (les bêbêtes élastiques !) à castrer (après les avoir endormis, bien sûr ), ça consiste à rabattre les pattes de l'animal d'une certaine façon (un peu compliqué à expliquer...).
    C'est trop marrant à voir (vu de dessus, on dirait vraiment que le chat s'est transformé en un poulet de grande surface !) .

    Voilà !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    11 commentaires
  • Me revoilà !

    Je suis de retour au cabinet vétérinaire, toujours pour un stage (disons que, j'ai tellement été sympathique aux yeux de l'équipe en juin, que j'ai eu le droit de revenir !).
    J'assiste à nouveau aux consultations et aux chirurgies, sans m'ennuyer un brin .

    Étant donné qu'il y a 4 vétérinaires chaque jour (un roulement est fait entre les 7 praticiens en tout), deux ASV, une secrétaire (ces trois dernières étant les rouages in-dis-pen-sa-bles pour que ça tourne correctement là-dedans ! sans elles, le monde s'effondre !), et deux blocs, il y a de quoi voir et faire !

     

    C'est l'histoire de... #1 (2)Fleur jauneRosace d'une égliseC'est l'histoire de... #1 (2)
    Quelques unes des photos que j'ai prises cette semaine (le midi)

     

    Depuis le début de la semaine, j'ai donc rencontré (dans le désordre le plus complet)...

    ...

    Un éleveur de bullmastiffs, dont les animaux qui sont purement et simplement a-do-ra-bles !
    Les chiens sont des vraies pâtes, des crèmes, calmes, gentils, posés, confiants, contents d'être là (si si, ils remuent la queue, et ce, parfaitement naturellement, même chez le véto...).
    Tellement bien élevés qu'ils donnent la patte quand on s'accroupit en face d'eux, s'allongent sur le dos pour bien dégager le ventre quand on applique une simple pression sur leurs flancs et tout :-) !
    Au bas mot, 60 kg de gentillesse incarnée, sans une once de méchanceté ;-) !

    Après avoir reçu quelques mots par la véto à propos du monsieur, et après avoir discuté un peu avec lui, quel travail il fait !
    Chez lui, la sélection des parents se base avant tout sur le caractère (tout chien qui n'est pas une crème hyper respectueuse est écartée de la reproduction... et vue la masse de la bête, c'est tant mieux, car je rappelle que le bullmastiff est un énorme molosse !), puis sur la santé, et enfin sur l'esthétique... Voilà bien un éleveur modèle  !

    ...

    Des cockers.
    Ah, les cockers  !
    Décidément, de toutes les races de chiens que j'ai pu voir à la clinique, ce sont les plus retords  !
    Autant certains ont un caractère parfaitement correct (un caractère de chien normal quoi  !), autant d'autres sont des cas proches de la psychopathie canine envers le vétérinaire !
    Il y a d'abord eu un cocker noir très comédien qui s'agitait tellement, qu'il a fallu lui plaquer avec force la tête contre la table pour que la véto n'y laisse pas sa main (et le reste...).
    Le lendemain, c'était une femelle cocker à stériliser, avec laquelle il faudra batailler pour mettre un cathéter. Je n'étais pas là, mais il paraît que ce fut une sacré bataille. À côté, on n'a rien vu, mais on a bien entendu !
    Le troisième, celle de vendredi, avait l'air normal (quoiqu'un peu trop ronde...). Ses maîtres trouvent cependant qu'elle devient un peu hargneuse avec le temps (et elle a... seulement 3 ans !).
    Ils ont repéré une espèce de « boule » pas très loin du genou. Après une recherche longue et minutieuse, le vétérinaire ne trouve rien. Le chien a seulement gagné une séance de palper-rouler .
    Allô, y a-t-il un cocker sympa dans la salle ? (pitié, je veux croire que oui...!)

    ...

    J'ai revu une dame, que j'avais déjà rencontrée lors de mon stage du mois de juin.
    Elle est revenue, toujours pour le même chat. Une chatte en fait. Mais pour ne pas confondre la maîtresse et la chatte, j'utiliserai le pronom masculin pour l'animal :-).
    Malheureusement, l'animal est en sursis ; il a été récemment opéré d'une tumeur à la langue (entre mes deux premières semaines de stage en juin je crois), et il est régulièrement revenu à la clinique depuis.
    Depuis quelques jours, il ne parvient plus à s'alimenter et à s'abreuver seul. Il s'assoit devant la gamelle, attrape de la nourriture (de la cochonnerie de grande surface, car mademoiselle ne veut pas avaler de l'aliment de qualité que lui achète sa maîtresse !), mais pas en quantité suffisante pour subvenir à ses besoins. Idem pour l'eau.
    En plus d'être âgé, l'animal est particulièrement déshydraté lorsqu'il est vu en consultation.
    Des injections sous-cutanées de soluté (à perfusion ?) sont du coup faites à la clinique.

    Comme le chat essaie encore de se nourrir par lui-même (même sans y arriver complètement), qu'il se laisse encore faire pour les soins et pour le "gavage", bref, qu'il montre encore des signes qu'il veut encore vivre, il est décidé qu'il sera alimenté à la seringue, du moins jusqu'à ce qu'il "abandonne" et fasse signe qu'il ne veut plus continuer.
    La maîtresse est bien consciente que ce n'est que provisoire, et qu'il faudra revenir pour mettre fin aux jours de l'animal, certainement même avant un mois...
    C'est franchement dommage qu'il lui arrive tout ça... autant au chat qu'à la dame, qui a déjà vécu des choses très dures avant ça.
    Est-ce une bonne décision de poursuivre au lieu de rendre les armes ce jour-là ? avant qu'elle ne vienne, j'étais persuadée que non.
    En voyant le chat et la maîtresse, je n'en étais plus si sûre.
    C'est un choix réfléchi de sa part, sensé.
    Ce n'est pas le résultat d'un attachement irréfléchi ou irraisonné, une refus de laisser partir son animal définitivement. La maîtresse se représente bien que ce n'est qu'une question de temps, et que dans deux mois (en étant très "optimiste" si l'on peut dire) au grand maximum, elle aura perdu son chat. En un sens, elle est réaliste, ce qui n'est pas le cas de tous les propriétaires d'animaux dont la vie arrive à terme. Cette dame ne elle ne veut pas être épargnée s'il y a quelque chose de mauvais à lui annoncer. Elle ne veut pas d'acharnement thérapeutique, elle ne veut pas que son chat souffre.
    D'ailleurs, selon la vétérinaire, il ne souffre pas.
    Si cela avait été le cas, la maîtresse l'aurait déjà euthanasié.
    Pour la véto, quand le chat en aura assez, il le montrera ; il restera prostré, s'isolera, ne voudra plus se laisser faire pour les soins et l'alimentation, ce qui n'est visiblement pas le cas à présent.
    Il a donc été décidé de continuer, d'assister le chat jusqu'au "bout", jusqu'à ce qu'il montre des signes qu'il veut jeter l'éponge, et de l'euthanasier alors...

    {à suivre}

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Workisnotajob. est à la fois un concept et le nom d'un studio créatif, fondés en 2010, dont deux designers allemandes, Catharina Bruns et Sophie Pester, sont à l'origine.

    Parce que la vie est trop courte pour ne pas faire ce qui nous tient particulièrement à cœur, toutes deux sont fermement convaincues qu'il est parfaitement possible de trouver (ou de créer si besoin est !) le job de ses rêves, et de travailler de la façon qui nous plaît !
    Le tout de manière à partager nos passions, à exploiter nos talents, pour que ce soit l'occasion de réaliser son propre "job", qui soit à la fois créatif et inspirant pour nous-mêmes et pour les autres.

    Elles définissent l'idée de « workisnotajob. » comme un mouvement de « rêveurs », destiné à convaincre d'adopter son propre mode de vie, tout en espérant faire changer un jour le sens du mot « travail ».
    Workisnotajob. c'est avant tout une philosophie !

    Je ne sais pas si je me suis très bien exprimée, mais le site (en anglais ou en allemand) mérite vraiment le détour à 150 %, et vaut bien que l'on jette au moins un oeil (au mieux, les deux !) sur les œuvres !

    → C'est par ici : http://workisnotajob.com/en/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Tête de lapin

    N'a-t-il pas l'air d'être la cruauté incarnée ?
    Et regardez-moi ce nez et ces moustaches diaboliques !

    Champ moissonné, tracteur, arbre

    Nuages

    Un coussin dans les nuages, ça vous dit  ?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    15 commentaires
  • Ou simplement de l'amateur de plantes ;-)

    Préfoliation circinée (c'est-à-dire en forme de crosse d'évêque), commune aux Filicophytes (= fougères)

    Préfoliation circinée chez une Fougère

    Préfoliation circinée chez une Fougère

    Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça trop chouuuuuuu !
    (oui, sur les côtés, ce sont mes gros doigts ;-) )

    Limbe de fougère en contre-jour

    Vivent les fougères  !

    (oui, je vais bien, je vais bien...)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique