• Tut-tut (1)

    Ami, pas ami, jeudi fut un grand jour.

    Permis de conduire

    Tu devines ?

    Permis de tuer (ou pas) (plutôt pas)

    J'ai eu mon autoécole au bout du fil le midi même : j'ai mon permis !

    La surprise était donc de savoir avec quel nombre de points... et c'est donc avec un joli score de 27,5 points obtenus sur les 31 (il en faut 20 ou 21, je ne sais plus, pour l'avoir).

    (avertissement : ce billet risque d'être très long, en plusieurs parties.
    Tu peux passer ton chemin ou aller te chercher des chips)

     

    Et en passant, j'dois te faire un aveu. Un vrai. Un gros. J'ai une relation incestueuse avec Yoshi (non, ça tout le monde le sait). Mais c'est un truc qui retournerait le moi d'il y a 5 ans (si, si, je veux toujours être véto, panique pas mon chou, l'aiguille indique toujours le bon cap sur ma boussole).

    Je crois. (enfin, non, maintenant, je sais)

    Que.

    J'aime vraiment trop conduire (=Tut-tut.Tut-tut. ).

    Au final c'est pas si compliqué que ça de conduire (par rapport à l'idée que je m'en faisais) et j'ai cru qu'à un moment, mes chevilles ne pourraient plus atteindre les pédales si mes moniteurs continuaient à me filer des compliments sur mes capacités à conduire. Je crois que l'un de ceux qui m'a le plus marqué, c'est quand j'ai roulé pour la première fois avec un moniteur différent et qu'il m'a dit que je conduisais déjà très bien pour aussi peu d'heures de conduite, mais surtout, qu'on voyait vraiment que j'aimais conduire.

    Tut-tut (1)
    Et croyez-moi, par rapport à ce que je vivais à côté, recevoir des compliments sur mes capacités d'apprentissage m'a vraiment évité de me sentir comme une grosse merde.
    #lesinitiéscomprendront

     

    J'ai donc appris grâce à eux la délicatesse du frein (la première fois j'y suis allée comme un bourrin... autant te dire que ça fait pas du bien !) (le frein, c'est l'arme des bourrins qui savent être subtils comme pour les épées Durandil), les subtilités de la boîte de vitesse (c'est trop marraaaaaaant Tut-tut (1)), les giratoires (j'ADORE les giratoires), les insertions sur la rocade quand il y a du monde (j'aime les insertions), les voies rapides (j'aime les voies rapides) et plein de trucs cool (même les bouchons).

    Créneau ? Fingers in the nose les gens. Genre vraiment. Un soir, mon moniteur Balthazar m'a dit "Arrête-toi à côté de la voiture là-bas" suivi d'un "Maintenant, tu vas me faire un créneau pour te mettre derrière" auquel j'ai répondu : OK, on va voir ce qu'on peut faire.
    Et boum bébé.

    Tut-tut (1)

    En résumé : j'aime conduire.

    Je pense que c'est en grande partie grâce aux moniteurs que j'ai eus.

    Pour mon premier cours, j'ai rencontré mon futur moniteur, qui m'a suivi quasiment tout au long de ma formation : Balthazar (ceci est un prénom d'emprunt au cas où tu te poserais la question).

    Eh ben, je vais spoiler tout de suite : C’ÉTAIT LE MEILLEUR ET LE PLUS COOL MONITEUR DU MONDE QUE JE POUVAIS AVOIR.
    Je pense que si on m'avait fabriqué un enseignant sur mesure, on n'aurait presque pas pu faire mieux.

    Mes camarades m'avaient raconté des histoires un peu horribles, comme le moniteur qui hurlait dans la voiture ou celui qui arrachait les poils de bras à chaque erreur (histoire vraie). Pas que j'ai eu peur de tomber sur les mêmes énergumènes, mais je me suis dit que je verrais bien ce qui m'attendrait.

    Rien de tout ça ici. J'ai eu un enseignant relax, gentil, humble et psychologue. Un enseignant clair dans ses explications, qui sait à la fois signaler les choses à améliorer les prochaines fois, sans qu'on n'ait l'impression de se faire descendre, mais surtout valoriser les points forts et la progression effectuée. Un enseignant confiant en son élève et qui sait lui donner confiance en ses capacités, et qui n'oublie pas d'avoir une évolution progressive dans les difficultés à aborder. Bref. Je pense qu'il pourrait probablement correspondre à la définition de « pédagogue ». C'était presque une pure partie de plaisir que d'apprendre à conduire dans ces conditions.
    Pareil pour les autres moniteurs. Dans l'ensemble, toujours positifs même quand certains points peuvent pécher. Jamais à mettre la charrue avant les bœufs.
    Dans l'ensemble, grâce à eux, ces cours de conduite ont été ma bouffée d'oxygène ou ma bouée de sauvetage tout au long de ces 5 longs mois.
    #ilyadespersonneshumainesdanscebasmonde

    (je le répète, mais ça me parait TELLEMENT important dans un apprentissage de valoriser ce qui est bien fait/appris/restitué #traumatismequelesinitiéscomprendrontaussi)

    En résumé, si je ne te l'ai pas déjà dit ami lecteur, ou si tu ne t'en souviens pas : j'aime conduire.

    Je partais d'un ressenti neutre à l'égard de la conduite en elle-même (ni crainte, ni envie) et d'une quasi-répulsion de la voiture il y a quelques années, et maintenant, j'ai envie de conduire. En bref, ça m'éclate.

    Je n'irais pas encore jusqu'à dire que c'est une passion. Quoi qu'il n'y aurait qu'un pas...
    Mais j'avoue que j'y ai retrouvé plusieurs points communs avec la chirurgie, notamment en terme de "savoir-faire" et de "savoir-être" : le fait de savoir rester bien concentré sur son parcours tout surveillant plusieurs paramètres (i.e. les autres véhicules en circulation, les piétons, la signalisation et l'environnement vs. la zone du champ opératoire, les paramètres vitaux de l'animal...), la nécessité d'anticiper (et parfois de palier les conneries des autres), de prendre les choses "les unes après les autres", de ne pas trop ressasser ce qui s'est passé avant pour ne pas porter préjudice à ce qu'on fait maintenant, et garder son sang-froid en toute circonstances.
    (Limite, si je peux vraiment pas être véto un jour, monitrice d'autoécole pourquoi pas)

    Pourtant rien ne me prédestinait à ce (presque) revirement de bord, qui fera l'objet du billet suivant (parce que sinon, ce sera plus long que long. Et en lecture, la taille compte).

     

    (à suivre)

     

    « Tous ces billets à venir... (ou pas) (enfin j'espère que si)The End »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Juin 2016 à 17:38

    Félicitations ! happy

      • Samedi 11 Juin 2016 à 18:25

        Merci beaucoup he !

    2
    Galdswinthe
    Samedi 11 Juin 2016 à 17:41

    Je suis morte de rire.... "Non, mais le permis, ça m'intéresse pas. Ce sera vraiment si je suis OBLIGEE...." Ouais, ouais. Résultat, maintenant, il va falloir qu'on planque toutes nos clés de voitures !!!

    Sacrée Anne ;)

      • Samedi 11 Juin 2016 à 18:24

        M'en fiche. J'viendrai avec un détecteur de métaux pour les trouver vos clés he...

    3
    Laura:
    Dimanche 12 Juin 2016 à 08:55

    Wahou bravo !!! biggrin

    Les créneaux, c'était aussi trop mon truc, c'est le seul stationnement que je réussissais du premier coup sans m'y reprendre un tas de fois x)

    Maintenant, ça fait 20 mois que j'ai le permis, et malgré toutes les difficultés que j'ai eu pour apprendre (un long périple qui m'a finalement amenée à un sans faute avec le score maximum, comme quoi, le temps et la persévérance finissent toujours par gagner...) aujourd'hui je trouve ça presque fun (SAUF en ville) et j'ai du mal à comprendre pourquoi j'ai eu autant de mal tongue

      • Dimanche 12 Juin 2016 à 09:27

        Merci biggrin!

        Avec 20 mois de retard, félicitations donc ! Et avec le score maximum, c'est d'autant plus impressionnant !!

         

        Héhé, on sait faire les créneaux, pour tordre le coup aux idées reçues que les femmes ne savent pas conduire, sont des blaireaux en manœuvre et sont des dangers au volant wink2

        Et pourquoi pas en ville ? Manque d'entraînement ?
        Je n'ai pas cette crainte mais mes premiers cours en circulation (= hors campus, où la circulation est faible et où les nouveaux élèves apprennent les bases tongue) s'étant déroulés en grosse agglomération, c'est peut-être à cause de ça...

    4
    valjea
    Lundi 13 Juin 2016 à 07:57
    Et bien, ton frère sera peut-être ravi que tu le conduises qq part au pied de la tour Eiffel et nous, on verra si conduire en pleine circulation te branche toujours autant. Tant que tu ne t'aies pas fait Paris (périph, voies sur berges, scooters fous...), tu ne sais pas conduire !!!
    Bref, les choses sérieuses vont maintenant vraiment débuter...
    Bravo à tes moniteurs qui t'ont permis de maintenir ton ego à un niveau acceptable et honte aux autres...
    Encore félicitations !
    Et on va prendre une bonne assurance quand même et te faire faire un petit parcours de reconnaissance dans la campagne profonde avant de te laisser les clefs du carosse en libre service.
    Bonne journée à toi et bon courage à toud les étudiants et étudiantes de la promo pour ce dernier grand oral...
    Bisous.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :