• À la clinique #5 Vider son sac

    Un monsieur assez gros, assez las, pas tout jeune, assis sur la chaise à côté du bureau, avec un petit chien.

     

    Vous comprenez docteur, je ne suis pas dans une situation évidente en ce moment.

    C'est pas mon chien, c'est le chien de ma fille. Enfin, de ma fille et de mon gendre, mon ex-gendre, en fait.

    Parce que, ils sont séparés, et que du coup, on garde le chien provisoirement. Enfin, provisoirement... [dans ma boule de cristal, c'est parti pour être du provisoire définitif]

    Je comprends pas, ils avaient tout ce qu'il fallait pour être heureux : de bonnes situations, une belle maison, une petite fille, un chien.

    Et non. Et je viens de commencer ma retraite, alors que c'est bien le moment où on devrait pouvoir se poser tranquillement et ne plus avoir de souci non ? alors c'est forcément maintenant qu'ils décident de se séparer.

    Enfin, du coup, j'ai comme l'impression que le chien va rester avec nous.

    Déjà que pour la gamine, la garde alternée c'est pas évident, alors pour le chien... Il va être totalement désorienté le pauvre. Et puis ça va, il s'entend bien avec le mien, c'est un chien plutôt sympa. Mon gendre – pardon, ex-gendre – il aurait bien voulu le prendre je pense, mais avec sa vie, c'est pas évident, alors je pense qu'il sera mieux avec nous.

    Mais du coup, vous comprenez, c'est pas évident comme situation, on essaie de gérer le deux, de ménager notre fille, et en même temps notre petite-fille, on lui permet de passer du temps avec son père à la maison. Mais forcément, elle le prend mal, pour elle, on se range de son côté alors ça va pas. Alors que nous, on cherche pas à mal, on veut juste que la gamine puisse voir son père pendant les vacances, vous comprenez ? On n'a pas de camp, on veut faire au mieux pour l'équilibre de la gamine.

    Je comprends pas, ils avaient tout pour être heureux ces deux-là. Tout j'vous dis. Ils manquaient de rien. Et ils nous font ça maintenant. Pfffff.
    C'est pas comme ça que j'aurais préféré prendre ma retraite, vous voyez.

    Enfin bon.
    Ça fait combien ?
    Ah bon.

    Et bien, bonne journée docteur. Aujourd'hui, il va faire chaud hein ?
    C'est pour bientôt vos vacances ?

     

    [trouverez-vous la phrase qui m'a fait intérieurement bondir ?]

    « À la clinique #4 Sur la plage abandonnée...À la clinique #6 L'homme au comptoir »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Août 2013 à 00:03

    Pourquoi ce saut ? Au hasard dans ma boule de cristal, mh : « une petite fille » et sûrement la généralité qui l'entoure ?

     

    (Génial monologue... tu veux pas faire écrivainequisecacheàcôtéetquiretranscritlesgensparcequec'estdrôle plutôt dans ta vie ? )

    2
    Dimanche 4 Août 2013 à 10:06

    Double non !
    (pourtant, je pensais que toi tu pourrais trouver ;-) !)

    Je laisse volontiers ce genre d'écrit (pas très drôle mais ça doit dépendre des perceptions ;) ) à Martin Winckler et à sa Maladie de Sachs :).

    3
    ValJea
    Dimanche 4 Août 2013 à 16:03

    Alors comme ça je vois deux petites qui pourraient te faire bondir (à moins que ce soit moi!).

    Le "Ils avaient tout pour être heureux: belles situations, une belle maison, une petite fille et un chien" ! Bah, est-ce qu'à un moment donné, c'est suffisant ? Un peu d'amour et l'envie d'être à deux, c'est bien aussi...

    Et puis le "Ils nous font ça maintenant" . Le "à nous" me semble mal approprié. Ca les regarde et personne d'autre. On ne fait pas ça aux autres, c'est un choix qui n'est pas discuter par qui que ce soit même par les grands-parents. Et le maintenant ? Bah, c'est sûr s'ils s'étaient séparés à la mort de ce monsieur, ils lui aurait épargné de voir ses certitudes en prendre un coup et de se mêler de se qui ne le regarde pas...

    Mais c'est chic à lui de bien vouloir garder le chien quand même, non?

    4
    Dimanche 4 Août 2013 à 16:05

    Tu me connais comme si tu m'avais faite

    5
    ValJea
    Dimanche 4 Août 2013 à 19:05

    Yes !!!

    Je vous connais tous les 4 par coeur. Houps tous les 5 !

    En un mot et malgré ton jeune âge: tu as tout compris ! Chacun est différent et chacun mène sa vie comme il l'entend.

     

    6
    Dimanche 4 Août 2013 à 21:22

    Mh, je n'avais qu'une phrase sur deux, mais la première me fait bien plus bondir. Le « ils nous font ça », ça tient plus de l'expression que de l'égoïsme... Par contre, le « déjà pour la gamine c'est pas évident, alors pour le chien... », WOUAOUH.

    7
    ValJea
    Lundi 5 Août 2013 à 09:11

    Réponse à Kvardek du:

    Un jour, j'avais demandé à un ado (pas un des miens) comment il agirait s'il voyait un homme se noyer mais également son chien (le chien du futur noyé!). Qui sauverait-il en premier ?

    Il m'a répondu le plus sérieusement du monde: le chien !

    Certes c'était un ado qui adorait les animaux. Mais il n'y a pas à juger, ni matière à discuter. Chacun est libre de penser et d'agir comme il l'entend.

    Je ne partage pas l'expression "plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien" mais il me semble quand même que chacun place son affection et ses priorités là où il l'entend.

    Et à l'inverse, certains animaux rendent plus d'afffection à leurs maîtres que ne le font les membres de leur famille (du maître) ou leur cercle d'amis. Alors...

    Quant à l'expression, "ils nous font ça maintenant", elle est lourde de sens et pas seulemnt égoïste.

    Voilà ce que c'est que de prendre la vie comme quelque chose où rien ne doit changer, évoluer et de s'accrocher à ses certitudes de crainte de devoir se remettre en question ou d'avoir un tant soit peu à réfléchir au sens de la vie. Cet homme a beau être âgé, je crains qu'il n'ait pas tout compris encore. On arrive un jour, on repart un autre et entre les deux à nous d'y mettre ce qui nous semble important. Et mon "important" n'est pas forcément l'important d'un autre ou des autres. 

    Bonnes vacances.

    8
    Lundi 12 Août 2013 à 11:26

    Apparemment j'avais trouvé également : "Ils nous font ça maintenant".  A moins que le "nous" ne concerne également la petite fille et le chien... Parfois ce sont juste des mots maladroits parce qu'il ne comprend pas... mais parfois étrangement (vi j'aime bien comprendre) il n'y a pas grand chose à comprendre... maintenant peut-être aussi qu'il n'avait rien vu, il avait prévu sa vie d'une certaine façon et un gros caillou vient de tout modifier...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :