• C'est qu(o)i un.e wikipédien.ne ? Portraits - Be WP ! (4/5)

    Partie 0 - Ce qui va vous arriver
    Partie 1 - Quelques prérequis pour bien poser les bases : c'est quoi Wikipédia ?
    Partie 2 - Fonctionnement de Wikipédia : comment ça marche ?
    Partie 3 - Fonctionnement de Wikipédia : les bases de la contribution
    Partie 4 - Mais c'est qui un.e Wikipédien.ne ? Le portrait d'un.e Wikipédien.ne
    Partie 5 - Mais c'est comment un.e Wikipédien.ne ? La culture wikipédienne

     

    Bon, tout ça c’est bien joli, ça reste quand même (un peu) technique. Ça manque d'humain tout ça.

    Mais en vrai, c’est quoi, c’est qui un.e wikipédien.ne ?
    Genre, c’est une espèce rare (plutôt oui) ? Ça se croise dans la rue (oui) ? Ça vit de jour (peu), de nuit (pas mal), dans une zone géographique particulière (oui, avec accès internet) ? Est-ce que c’est grégaire (pas trop), y a-t-il des migrations saisonnières (ça arrive) ? Quelle est la culture qui lui est associée ? Et surtout : quelle est son origine ?

    Vaste question.

    {{Voix masculine de documentaire}}

    Décrivons tout d’abord le portrait-robot d’un.e contributeur.rice, et dans le billet suivant, nous nous attacherons à décrire ses mœurs, principalement tout ce qui touche à l'aspect culturel.

     

    Profil

    Le.a wikipédien.ne est une espèce que l’on pourrait qualifier, sans trop de risques, de peu commune et globalement assez discrète. Par exemple, le nombre de wikipédien.ne.s qui avaient réalisé plus de 5 modifications sur la version francophone en décembre s'élevait à 4840 personnes environ. Dans le civil, certain.e.s ont comme hobby de faire du poney, de jouer au tennis ou aux jeux vidéos, de manger du fromage, de traîner dans les musées ou de programmer des trucs (il paraît). D'autres (ou ceux-là et celles-là même des fois) contribuent à Wikipédia (dans l'ombre) (ou la lumière des fois) (ça dépend) parfois sans que personne de leur entourage (quand ils et elles en ont un) ne soit au courant.

    Contrairement à Obélix, le.a wikipédien.ne ignore cependant souvent comment lui est arrivé ce coup du sort et comment il ou elle est passé.e de ce côté obscur. Mais le.a wikipédien.ne a avant tout été un.e lecteur.rice de l’encyclopédie : environ 6 % des personnes consultant Wikipédia y contribuent également.

    Quelques rares études ont également un peu creusé le sujet.
    Le profil type du / de la wikipédien.ne est ainsi plutôt une personne masculine âgée entre 20 et 30 ans, plutôt diplômée, de classe cadre. Selon une enquête menée en 2011 sur la base du volontariat et auprès de différentes versions linguistiques, l’âge moyen des wikipédien.ne.s est de 26,14 ans et ils et elles sont majoritairement diplômé.e.s de l’enseignement secondaire (~ 33 %), d’une Licence ou équivalent (25 %) ou d’un Master ou équivalent (18 %). Cependant, les profils et les expériences sont très variés.

    L’un des traits les plus marquants est que la communauté wikipédienne est très majoritairement composée d’hommes. Ainsi, selon la même étude de 2011, 86 % des contributeur.rice.s étaient des hommes et 12 % des femmes*. La même année, une étude de la communauté francophone a montré que 80 % des contributeur.rice.s étaient en fait des contributeurs. Les différentes études s’accordent sur un pourcentage de femmes contributrices compris entre 8 et 16 %. Cet écart, pour le moins énorme, entre le nombre de contributeurs et de contributrices fait l’objet d’un questionnement, et on parle désormais de gender gap (fossé de genre ou « biais de genre »). À tel point que le sujet est devenu connu et dispose désormais de son propre article, intitulé Biais de genre sur Wikipédia.
    À ceci s'ajoute le fait que le « wikipédien type » du coup, s'avère également être blanc et hétérosexuel*.

     

    Cherchez la femme !

    Pour en rester au gender gap cependant, cette disparité entre nombre de contributeur.rice.s masculins et féminin.e.s est souvent mise en lien avec le fait que les sujets traitant des femmes sont moins abordés ou moins développés dans l’encyclopédie. Par exemple, en 2016, la Wikipédia francophone comptait 450 000 biographies d'hommes et seulement 75 000 biographies de femmes (soit 14,3 % de biographies traitant de femmes).

    Malgré tout, à titre personnel (oui, là, mon point de vue entre ouvertement en scène), je ne suis pas convaincue que ce soit la présence minoritaire de femmes contributrices qui entraîne une différence de traitement entre les sujets.
    Cela sous-entendrait donc que les femmes auraient davantage tendance à traiter de sujets sur les femmes (et donc les hommes à traiter des sujets sur les hommes) ?... Je trouve personnellement ce point de vue assez réducteur... voire renforçateur de stéréotypes. D’autant plus que tout le monde n’aime pas travailler sur des biographies et que le principe de Wikipédia est de contribuer selon nos intérêts.
    Je pense néanmoins que cette différence de traitement entre les sujets est du moins, en partie, à rapprocher de la différence retrouvée IRL  (in real life, dans la vie réelle). Quel est le pourcentage d’hommes célèbres traités et étudiés dans les manuels scolaires, les ouvrages de référence (= les sources), les documentaires, par rapport au pourcentage de femmes ? Tout le monde connaît Blaise Pascal, Louis Pasteur, Darwin, Benjamin Franklin pour ne citer que des scientifiques (oui, je justifie avec mon domaine de compétences), beaucoup moins de gens connaissent Ada Lovelace (inventrice du premier algorithme), Elizabeth Blackwell (première femme médecin au Royaume-Uni), Nettie Stevens (découvreuse des chromosomes X et Y), Virginia Apgar (inventrice du score de Apgar, calculé pour tous les nouveau-nés) ou Rosalind Franklin (biologiste qui a participé à la découverte de la structure de l’ADN et dont seuls les 3 collègues hommes ont obtenu le prix Nobel). Il existe de nombreuses femmes d’importance certaine (largement admissibles du point de vue des critères d'admissibilité - voir billet précédent), mais elles sont beaucoup moins mises en lumière, et de ce fait, on en parle (et on les connaît) beaucoup moins.
    Bref, je pense que cet écart entre le nombre de biographies de femmes et le nombre de biographies d’hommes est principalement à rapprocher du traitement différencié que les femmes ont subi dans l’Histoire (souvent éclipsées au profit de personnalités masculines), puis dans les recherches de cette discipline (se basant elles-mêmes sur des sources potentiellement biaisées), plutôt qu’à l’absence d’un nombre suffisant de femmes contributrices…
    De plus, l'excuse du moins bon traitement des sujets étiquetés « féminins » comme résultat de la présence insuffisante de contributrices ne serait-elle pas une nouvelle excuse pour en rejeter la responsabilité sur le dos des femmes :/ ?

    Dans tous les cas, le biais de genre concerne à la fois la quantité de femmes contributrices et la couverture des sujets liés aux femmes (ou étiquetés comme tels), notamment les biographies, sur l’encyclopédie. Cependant, pour ce billet, c’est surtout du premier aspect dont je veux parler : la présence très minoritaire de femmes sur le projets.

     

    Mais pourquoi aussi peu de contributrices ?

    Cette disparité extrême entre nombre de contributeurs et de contributrices a ainsi été ouvertement reconnue par la Wikimedia Foundation comme étant un important problème.
    Plusieurs raisons sont avancées, dont les neuf suivantes par Sue Gardner qui a été la directrice exécutive de la Wikimedia Foundation :

    • Licence CC BY-NC-ND - auteur = Irøni(e)La froideur de l’interface, qui ne serait pas assez « user-friendly » (les modifications étant de facto réservée aux « geeks » ; désormais, un éditeur visuel permet de modifier les pages d’une manière similaire à un logiciel de traitement de texte. Les pages de discussion ont été jugées peu attirantes sinon carrément intimidantes par une linguiste américaine)
    • Le manque de temps libre (les femmes étant toujours plus occupées par les tâches domestiques que les hommes, la double journée etc.)
    • Le manque de confiance en soi (les femmes ayant tendance à moins s’affirmer et étant davantage éduquées à écouter qu’à se faire écouter)
    • L’aversion du conflit (sur certains sujets, des discussions peuvent parfois être houleuses, des « guerres d’édition » peuvent survenir, une minorité de contributeurs étant souvent impliquée)
    • La crainte de voir ses modifications annulées ou supprimées
    • L’atmosphère globale qui serait jugée sexiste (certaines marques d’« humour » sur les pages communautaires ou personnelles par exemple)
    • Le caractère « sexué » de la culture wikipédienne (pendant longtemps, les administrateur.ice.s étaient représenté.e.s comme des personnages féminins tirés de mangas en tenue de soubrette par exemple)
    • Le fait d’être désigné par le terme d’utilisateur au lieu d’« utilisatrice » quand la langue marque le genre grammatical qui peut être perçu comme dérangeant
    • L’absence de relation sociale « réelle » au sein d’un espace bienveillant

     

    Après, il est probable certaines raisons ne sont probablement pas uniquement spécifiques aux femmes (ex. l’aversion pour les situations conflictuelles), mais qu’elles peuvent dans une grande majorité leur être appliquées. On peut remarquer que beaucoup des traits soulevés renvoient à la manière dont les filles sont éduquées : durant leur enfance, on remarque que les garçons et les filles ne sont pas considérés ou socialisés de la même manière, et ce, dès la naissance, sur le critère de leur sexe anatomique. L’acquisition des normes sociales, ou des « comportements socialement attendus » est progressive et très précoce. Dès l’âge de 2 ou 3 ans, des enfants sont « capables » de déterminer si tel ou tel objet est un item « de fille » ou « de garçon ». On aboutit peu à peu à l’association de la douceur, de la sensibilité, de l’écoute à un tempérament « féminin » alors que la compétition, la domination et le pouvoir seront associés au tempérament « masculin ». Dès lors que de telles différences sont socialement construites et établies, il est compréhensible qu’un un milieu « masculin » (typiquement, l’espace de contribution wikipédien, tout d’abord fondé par des chercheurs et des geeks) pourra sembler inhospitalier pour quelqu’un ayant été éduqué pour répondre à un tempérament « féminin ».

    We can edit ! - Domaine public ; auteurs : Jim Howard Miller (affiche originale) et Tom Morris (modification)Tout ceci n’est certes que général et ne démontre que des tendances (mais des tendances scientifiquement établies : traitements différents entre genres sur la base du sexe anatomique présumé, socialisation différenciée, associations de caractéristiques différentes sur la base du genre…). Il ne faut pas non plus oublier que les contributrices ne sont pas totalement inexistantes sur Wikipédia, que beaucoup s'y plaisent aussi, et que tous les espaces d'échange ne sont pas particulièrement inhospitaliers – loin de là. Mais peut-être qu’effectivement, pour toutes ou une partie de ces raisons, Wikipédia est peut-être un peu moins attirante ou attrayante pour le commun des mortelles que pour le commun des mortels.

     

    OK et après ?

    On pourrait très bien se dire qu'après tout, si les femmes préfèrent ne pas contribuer, tant pis ou tant mieux pour elles après tout. Cependant, leur absence ne risque-t-elle pas de biaiser une partie du contenu ? Tout comme l'absence d'autres groupes sociaux ? Car en effet, ce problème de diversité n'est pas propre à la question de genre ; l'encyclopédie a également le défaut d'être particulièrement occidento-centrée par exemple... parce qu'elle est principalement rédigée par des personnes occidentales, certes en toute bonne foi. De le même manière, même en dehors de toute démarche militante, n'y a-t-il pas une espèce de « risque » de biais similaire à cause non pas des origines mais du genre des contributeur.rice.s ?

     

    Dans tous les cas, des actions sont mises en place pour augmenter le nombre de contributrices sur Wikipédia, et d’autres initiatives ont aussi lieu pour augmenter la « couverture » de sujets liés aux femmes, c’est-à-dire le nombre et le développement d’articles traitant de thématiques concernant les femmes dans l’encyclopédie.

    Des édit-a-thons (marathon d’édition, de edit et marathon) sont ainsi ponctuellement organisés. Ces journées ou moments contributifs sont ouvertes aux contributeur.rice.s d’un jour, formé.e.s sur place par des bénévoles, comme aux nouveaux et nouvelles wikipédien.ne.s et « anciens ». Par exemple, ces édit-a-thon peuvent traiter de femmes scientifiques (Projet:Femmes de science), de féminisme (Art+Féminisme, chaque année au début du mois de mars dans plusieurs villes du monde), de minorités (Projet:Mémoires minoritaires)… Ils ne sont pas tous réservés à la thématique des femmes mais certaines manifestations leur sont dédiées.

    Logo Wiki Love Women - Licence Créative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International. ; auteur : Thandiwe TshabalalaDes projets permanents existent également, principalement dédiés à l'amélioration du contenu de Wikipédia et pas nécessairement centrés sur la formation des nouveaux et nouvelles. Sur la version francophone de Wikpédia, existent le projet des Sans PagEs, qui a pour objectif d’augmenter le nombre de biographies consacrées aux femmes, ainsi qu’une partie du Projet:Suisse consacré aux bio de Logo Women in Red - Domaine public ; auteurs : Bubinator, Liftarn, Nevitfemmes suisses, les ateliers Femmes et Féminisme à Nantes, le projet Wiki loves Women... Sur la version anglophone, très active sur le sujet (du moins c’est mon impression), on trouvera plusieurs Wikiprojects dont Women in Red (logo ci-contre), ainsi que des mois ou des semaines d’éditions thématiques pour les personnes volontaires, comme récemment le Translate-a-thon consistant à traduire dans le plus de langues possibles 16 biographies de femmes africaines.

     

    Dans tous les cas, ces projets s’attachent à faire passer la contribution à Wikipédia pour un plaisir dans une ambiance bienveillante (car oui, Wikipédia n'est pas uniquement un champ de bataille où il faut jouer de  poings, loin de là !). Des ateliers ont aussi lieu dans diverses villes francophones : quelque soit votre genre, fille, garçon ou autre, renseignez-vous auprès de chez vous si vous êtes proche d’une grande ville et d'une WikiPermanence !

     

    Et pour revenir à notre série de billets, le.a wikipédien.ne se distingue également des autres terriens par ses mœurs, sa culture particulière et ses coutumes, détaillées dans le billet suivant.

     


    *Cet aspect n'est pas développé ici, car il mériterait un billet (ou plusieurs) à lui tout seul, mais le profil-type plutôt homogène, appartenant à des groupes sociaux « valorisés » ou « dominants » (ni minoritaires, ni marginalisés) peut influencer la vision des choses et biaiser le traitement de certains sujets. Par exemple, il est courant que certaines personnes ne s'aperçoivent pas de certains comportements problématiques faute d'être concerné.e ou sensibilisé.e. Ce peut être le cas notamment dans certaines problématiques liées au racisme, au sexisme, à l'homo/bi/transphobie etc. Ce peut également arriver quand un point de vue uniquement « hétérocentré » est abordé dans l'article, invisibilisant ainsi les autres perspectives qui sont peu ou pas abordées, alors qu'elles le mériteraient pour avoir un contenu exhaustif et pertinent.

     

    Crédits images :

    Puisque ça n'a pas l'air de marcher dans les infobulles...

    - "Amélioration de l'ergonomie", Ironie, Licence CC BY-NC-ND
    - "We can [edit]!", Jim Howard Miller (affiche originale) et Tom Morris (modification), domaine public (il me semble bien)

    - Logo Wiki Loves Women, Thandiwe Tshabalala, licence CC BY-SA
    - Logo Women in Red, Bubinator, Liftarn, Nevit, domaine public.

     

    « TrouvailleWikipédia par l'anecdote : le selfie du macaque »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :