• Marie Curie

    Lecteur, sauve ton âme et ne va jamais voir le film Marie Curie ni au cinéma ni à la télé.

    JAMAIS.

    Femme de science et film douteux

    Marie Curie, c'est un film polonais sorti en 2016 mais qui est sorti le 24 janvier de cette année en France.
    Au détour de mes pérégrinations internet, il s'avère que j'ai gagné deux places de cinéma pour aller voir ce film (en France), donc on a fait un petit tour en France hier dimanche pour aller voir ça.

    Hé béh.

    La progression de l'histoire au cours de ce film n'a cessé de me tuer à petit feu. Ce fut une loooongue agonie. Réellement. Je suis plus que déçue. 

    Femme de science et film douteux
    (oui, je sais, je l'utilise beaucoup celui-là)
    (il me ressemble certainement beaucoup)

    Personnellement, j'avoue avoir été un peu perdue chronologiquement au cours du film (mais peut-être est-ce juste moi), ça manque un petit peu de repère. Mais ça encore, c'est rien du tout.

    Le vrai truc, c'est la manière dont ce film a été traité. Comment il a été conçu. Comment on a représenté Marie Curie. That's the big deal.
    Résumé ? « Marie Curie vu à travers les hommes, leur regard et ses relations réelles ou supposées avec eux » (voilà, c'est bon, merci, au revoir). Réfléchis deux minutes à comment c'est réducteur (tu as 10 minutes en fait).

    Tout d'abord, ca commençait déjà mal.
    Tout au long des dix premières minutes, Marie Curie est représentée aux côtés de son mari, mais de telle manière qu'on pourrait penser que c'est le mari le personnage principal Oo. « Pierre Curie parle, Marie Curie écoute ». Trèèèèès bizarre. On a vraiment l'impression qu'elle est un personnage totalement annexe et que c'est Pierre au centre de l'histoire.
    Au bout de 10 minutes, Pierre meurt. Allez, on se dit qu'on aura une chance de s'attarder enfin sur Marie Curie !

    Que nenni.
    Tout au long du film, le film semble uniquement s'articuler autour des relations (réelles ou supposées) de Marie Curie avec les hommes qui l'entourent. 
    Toujours, le film et chacune de ses scènes semblent situer Marie Curie par rapport aux hommes et leur regard : le film s'ouvre quasiment sur Pierre et Marie Curie dans une chambre à Stockholm, puis, on a le droit au rapprochement entre son collègue Paul Langevin et elle, puis à leur relation adultère, puis au crêpage de chignon en règle avec la femme trompée (à propos d'un homme donc), puis au rejet des responsabilités de chacun sur les autres, sans oublier le gars haut placé de l'Académie des sciences qui affirme que bon, Marie Curie reste « sautable »... À intervalles réguliers, on a le droit aux regards pleins de sous-entendus, bien appuyés par la réalisation du film, adressés par des personnages masculins et parfois échangés avec elle. 
    Tout au long du film, le personnage de Marie Curie est donc campé par rapport aux hommes, et jamais par rapport à son travail et à sa carrière, qui n'occupent que des places extrêmement annexes dans ce film. On la voit en tout et pour tout, quoi, trois fois au milieu de fioles un peu brillantes ou dans son hangar de recherche, avant de soit accoucher, soit subir une sortie romantique bas étage (« notre radium, il rayonne de l'intérieur, comme toi », seriously ?! à quand le « ton père est un voleur parce qu'il a mis les lumières des étoiles dans tes yeux » Oo ?) ?
    C'est tellement insistant que ça en devient lourd. Le film va jusqu'à lui inventer un quasi flirt avec Einstein !!!

    Sérieusement, j'ai vu ce film avec des yeux effarés.

    Femme de science et film douteux (Marie Curie)

    C'était impressionnant.

    Les scènes rivalisent de ridicule.
    La film s'attarde longuement (la moitié du film ?) sur la relation entre Marie Curie et Paul Langevin. On a donc le droit aux longueurs dues aux scènes gnangnan de rigueur pour ce genre de situation, ainsi qu'à la scène de ménage facile (le mari arrive - sa femme l'attend - elle lui crie dessus - il l'ignore - il s'en va - elle crie à nouveau et casse un objet : youhou, quelle originalité !), à la menace de mort de la femme trompée envers Marie Curie (menace de la tuer avec son couteau puis... jette son couteau dans les buissons avant de partir en pleurant Oo ?), à une mise en scène étrange des attitudes des uns et des autres (les principaux protagonistes ont l'air de s'en foutre, excepté la femme trompée, mais encore, quitte à mettre en scène cette relation, n'est-ce pas un peu simpliste ?).
    Est-il utile de préciser que ces scènes n'apportent rien de très original et sont globalement assez plates ? Tout le monde serait capable de s'en imaginer du même acabit, en ayant quand même la décence de ne pas en faire un film, tellement ce serait juste vide et plat

    Oui, Marie Curie elle a bien eu une vie personnelle en plus de sa carrière, et une relation adultère (on peut en parler, elle n'a pas le privilège d'être épargnée par ça en tant que scientifique émérite), MAIS ça n'éclipse pas tout ce qu'elle a réalisé dans sa carrière et qui est quand même dix fois plus intéressant que cette mauvaise pseudo-romance hétérosexuelle de base écœurante et mauvaisement racontée.

    Bon, allez, il y a bien un moment, où on voit Marie Curie donner son premier cours à la Sorbonne (?). Ça doit bien durer une ou deux minutes. Mais là encore, c'est pour s'attarder ensuite sur les hommes qui viennent la juger et la féliciter pour son poste (ben oui, une femme qui donne cours, c'est tellement digne de félicitations qu'il faut les représenter à l'écran n'est-ce pas ? et puis, faudrait pas oublier qu'être reconnue par des hommes c'est le must, montrons-le bien), quand bien même son personnage ne recherche pas spécialement les félicitations ou la reconnaissance.
    Deux autres fois, on la voit essayer de défendre un poste qu'elle veut obtenir, mais elle répète en substance la même chose : elle a besoin d'argent pour soigner les gens qui ont le cancer. Oui, on va aller loin avec ça pour illustrer la vie de Marie Curie...
    Il y a aussi des moments qui tombent à plat, on se demande juste pourquoi ils ont lieu. Comme par exemple, à la fin, lorsque Marie Curie reçoit son second prix Nobel et fait monter sa fille Irène sur l'estrade (pourquoi ? explication ?), ou qu'elles s'en vont au loin, et qu'Irène se retourne en regardant fixement le spectateur (pourquoi ?). C'est juste bizarre quoi. À noter que même si Irène recevra aussi un Prix Nobel, à cette époque, elle n'aidait pas encore sa mère dans ses travaux, donc bon.
    Au fait, comme nous sommes dans une coproduction française, n'oublions pas non plus de rajouter des scènes de nu... qui n'apportent ici pas grand chose de pertinent ? (à part rajouter les longueurs). J'ai rien contre la nudité à l'écran (si c'est pertinent), mais disons que Marie Curie c'était quand même bien plus que résumer sa vie à la période entre ses deux prix Nobel et sa relation avec Langevin non ?

    Dans tous les cas, l'oeuvre, les recherches, les achèvements de Marie Curie sont tout de même traités de manière extrêmement anecdotique par rapport à toutes les moments peu représentatifs de sa vie, qui sont ici rapportés à travers des scènes qui la ramènent toujours à son positionnement par rapport aux hommes.

    Bref.

    C'est creux.
    C'est vide.
    C'est mauvais.

    Où est donc passée la vraie Marie Curie dans ce film ? Où est la femme de science passionnée qui a fait reculer les frontières de la connaissance ? Où est la description de son parcours personnel pour atteindre ses buts ? Où est le contexte historique, en l'état totalement survolé ? Où sont les débats sur l'arrivée des femmes en science, avec les vrais arguments et pas ceux du comptoir du bistro d'en face de « les bonnes femmes c'est paaaaas bien et les juifs non pluuuuus » ? Où sont les rappels historiques concernant la xénophobie dans la société à cette époque ?

    Femme de science et film douteux (Marie Curie)
    J'attends.

    C'est objectivement pas terrible. Subjectivement, ben, on connaît tellement mal sa vie et sa carrière (hormis qu'elle a remporté 2 prix Nobel) que je trouve que ça méritait pas d'être traité sous ce prisme.
    Et là, on a juste l'impression qu'elle n'a pas eu de carrière, que ses deux prix Nobel ont été gagnés à la loterie, qu'elle a juste joué de temps en temps avec des cailloux brillants et passé la majeure partie de sa vie à batifoler et voilà.

    La vie de Marie Curie, c'est surtout un marché avec sa soeur pour étudier en France, des études où elle se révèle brillante, des recherches dans un domaine totalement nouveau (on en parle, ça, de ce que ça doit être de découvrir des choses totalement nouvelles qui révolutionnent totalement la physique et la chimie, et de combien ça doit être exaltant ? ben dans ce film, non), c'est aussi l'élaboration de nouvelles méthodes en physique, différents prix qu'elle a gagnés en dehors des Prix Nobel, une difficile progression dans le monde de l'enseignement universitaire.

    Marie Curie, c'est quand même à partir de 1914 l'Institut du radium, dans lequel elle faisait travailler des dizaines de personnes, dont une part non négligeable de femmes à des postes scientifiques. Des partenariats avec des instituts de recherche à l'étranger, de la recherche sur l'utilisation médicale du radium (curiethérapie, rayons X...), la formation d'aide-radiologistes...
    Après, c'est sûr, prenant de l'âge (Marie Curie a 47 ans au début de la Seconde Guerre mondiale), ça fait moins « sexy » à l'écran, de mettre à poils une femme de 50 ans ou plus ou d'imaginer sa vie romantique, donc c'était probablement plus intéressant de s'intéresser à la période après son deuxième Prix Nobel sarcastic...

    Merde.

    Pourquoi un tel traitement ? Pourquoi avoir décidé de traiter sa vie quasi-exclusivement sous l'angle de relations romantiques mièvrement portées à l'écran ?
    Est-ce que c'est parce que c'est une femme qu'on a délibérément choisi d'axer une adaptation biographique de sa vie sur le côté privé (amour / famille et le côté romantique - quitte à partir dans des extrapolations douteuses) plutôt que sur l'aspect carrière / travail / oeuvre... alors que c'est pour ces raisons que cette personne est connue ?
    Pourquoi cette tendance quand on parle de la vie d'une femme de nécessairement la positionner par rapport à des hommes ? N'a-t-elle dont aucun intérêt par elle-même ?
    Si Marie Curie avait été « Marin Curie », ce film aurait-il été traité de la même manière ?

    Femme de science et film douteux (Marie Curie)

     

    Économise deux heures de ta vie, accessoirement évite comme ça de te faire taper ta voiture par un vieux à la tête de con sur le parking du cinéma, et ne regarde pas ce film.
    De toute manière, avec ce que j'ai écrit dessus c'est comme si tu l'avais déjà vu.

    (va plutôt voir les plans-reliefs au Palais des Beaux-Arts de Lille, c'est le pied ça)

     

    PS : sérieusement, quitte à voir un truc romancé, autant regarder Le combat d'une femme sur Arte, qui est un biopic romancé de la vie de Hope Bridge-Adams, première femme médecin allemande. Au moins, on a le droit à sa lutte à elle pour obtenir ce qu'elle veut, sans trop de chichi autour.

    « Je te pose ça là, et Tout le monde s'en fout.Tongue tied (1/2) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :