• Mes enfants, l'université est pôôôvre, faut vous y faire (et aller voter, mais c'est trop tard)

    Salut les gens .

    Je sais, je vous ai promis plein de billets, ils arrivent (-ront un jour) .

    Je vous ai dit dans un autre billet que notre université faisait partie des premières universités qui se financent toutes seules, les fameuses universités autonomes ?
    (ou plutôt, ces universités qui essaient de se financer tant bien que mal).

    Et ben, mes chers gens, mes fans, mes frères (euh non pardon, je divague), on est PÔÔÔVRES.

    Oui. Comme vous. Comme moi (non, hors de question de perdre la face, sur mon propre blog, en plus !)

    (oui, l'université manque de moyens, à l'Ouest, rien de nouveau en même temps - ce n'est pas une révélation )

    Alors, j'esssplique.

    Nos amphis, il en reste deux vieux, plus trois autres petits vieux (non, ils ne jouent pas à la pétanque en buvant du pastis, ce sont des amphis), plus trois neufs. Lesdits amphis qui ne sont JAMAIS tous REMPLIS en MÊME TEMPS, donc, je sais pas pourquoi il y en a autant - mais je suppose que c'est parce que mon petit cerveau de L1 n'est pas encore assez intelligent pour comprendre.
    Dans les trois petits, allez, savoir pourquoi, à chaque fois, ils sont bondés (car trop petits pour contenir tous les étudiants dont c'est le cours) et surchauffés (je ne parle pas de l'ambiance, mais bien de la température : c'est un étouffoir, chaleur humide et moite garantie en fin de soirée). Bref, mal ISOLÉS thermiquement parlant.
    (et phoniquement aussi - la cafétéria est à côté d'un amphi, je vous garantis qu'on entend bien ce qui se passe dehors quand on est en cours).
    Sans compter les sièges cassés (autant dans les vieux amphis, que dans les neufs - le bas coût, c'est pas du solide...).

    Dans les deux autres vieux amphis, les pupitres sont en bois - bien abîmé - (mais il y a les fauteuils en mousses recouverts de (pseudo ?) cuir !), et, il y a encore des PLUMIERS (c'est pas une blague ).

    Les PROJECTEURS marchent quand ils le veulent bien.
    Pas suspendus au plafond hein, c'est trop fashion pour nous, ce sont des grosses caisses qui surmontent deux places dans une grôôôsse boîte noire (si vous voulez du chauffage l'hiver asseyez-vous à côté - mais ça fera du boucan d'enfer). (comme pour les plumiers, vous aurez une photo)
    Actuellement, l'un d'entre eux ne projette que les deux tiers gauche des diapos.
    Pourquoi ? Mystère. Le projo est peut-être de mauvaise humeur.

    Prof de BA (biologie animale), hier midi, avec son accent du sud :
    « Il y a un truc que je ne comprends pas [non, qu'on ne veut TOUS pas comprendre mon coco, sinon, ça ferait trop mal au coeur !], c'est quand dans toutes les IUT et les écoles d'ingénieurs, il y a des projecteurs [opérationnels] au plafond, jusque dans les salles de TD...
    Et à l'université, on n'est même pas fichus d'avoir des projecteurs corrects dans les amphis. Ça prouve bien (silence, il descend quelques marches) qu'on donne pas (silence, descends les dernières marches) les mêmes moyens à l'université. »

    Pour nos TD, les profs sont obligés de venir avec un projecteur portable qu'ils empruntent à l'Administration ; et ils doivent le rendre le plus rapidement possible une fois qu'ils ont fini... quand ils ne sont pas armés de leur antique machine à transparents. Notre professeur de BA l'a bien dit : on n'est pas équipés dans les salles de TD.

    TP de BV (infects ce semestre-ci, mais c'est une autre question).
    On étudie des trucs petits qui sont dans des lames « commerciales » au microscope. Ce sont juste des lames toutes prêtes. Et bien, accrochez-vous à vos sièges.

    Les lames ont PLUS DE 20 ANS (oui ! plus vieilles que la majorité des étudiants de L1 même ! plus vieilles que moi !!), et c'est pourtant bien un drame quand (malencontreusement), on en brise une (oui, parce qu'une lame, « ça coûte 8 € »).
    Les lames cassées ?
    C'pô grave, si l'échantillon est jugé encore « correct », on met du scotch pour que la lame tienne droit... et roule ma poule, c'est reparti pour 20 ans !
    En attendant, dans les lames, ben on (de nos petits yeux inexpérimentés) n'y voit rien, et c'est horrible de perdre du temps pendant les TP à essayer d'imaginer (ou même d'identifier) ce que l'on aimerait bien y voir .

    Et on n'est pas arrivés au bout chers lecteurs !

    Réductions de finances de 20 % sur tous les postes de dépenses. T-O-U-S. Sans exception.

    À un des étudiants (mon binôme de physique ) de mon groupe, qui s'amène avec son café et le pose sur sa table, notre professeur de physique/TD lui adresse nonchalamment avec son accent du Maghreb : « Vous savez, tous les postes de dépenses sont réduits, y compris le ménage [On avait bien vu, c'est assez sale partout]. Vous savez combien ça coûte le ménage ? C'est 270 000 € par an... Et vous réduisez le budget de ménage de 20 % cette année, alors, vaudrait mieux éviter de risquer de salir... »

    La preuve : apparemment quelqu'un a vomi ce matin devant une machine à café, juste à côté d'un lieu de passage.
    Le soir, il n'y avait plus rien. Ça a disparu, mais non pas parce que ça avait été nettoyé, juste parce que ça avait séché (ça, va, vous sortez pas de table  ?)

    Amphi de mécanismes de l'évolution, le même étudiant (il n'a décidément pas de chance à se faire choper comme ça par tous les profs !) se fait carrément confisquer son café par le prof (), qui va le VIDER sous les yeux médusés de tout le monde (on était sidérés qu'il ose !) dans l'espèce d'évier sur la table de l'amphi. Et moi, j'ai rapidement caché ma canette de coca par terre pour qu'il ne la voit pas. Ça a bien fait rire tout l'amphi, mais quand même.
    (Et quand le même étudiant lui réplique s'il sait combien ça coûte un café, le prof se bidonne et pour pas  « [le] vexer », lui file quand même de quoi le rembourser en rigolant : c'est sympa).

    Et - pour vous dire combien on rogne sur TOUT, TOUT, TOUT, mais vraiment TOUT : il n'y a même plus de CHIFFON pour essayer les tableaux dans certaines salles (notre ancien prof de maths utilisait un mouchoir pour le faire - un de ses propres mouchoirs, bien entendu, tout de même pas fourni par l'université )
    (des fois, y'a même des craies dans les salles avec des tableaux blancs pour les feutres, mais là, je crois que c'est plutôt l'œuvre de plaisantins)

    Y'a à redire aussi du côté du dispositif de l'enseignant-référent.
    Ça part d'une bonne intention remarquez :-)...
    Annoncé en 2008 (ou dans ces eaux là d'après mes recherches) par Valérie Pécresse, disons que ça n'a pas fait long feu (réduction des moyens oblige...).
    L'enseignant-référent est censé être « l'interlocuteur privilégié de l'étudiant pour faciliter et accompagner sa transition entre lycée et enseignement supérieur ».
    Ça a l'air chouette comme ça, non ?!
    Bon, sauf que dans les faits, du moins ici (je sais pas ailleurs... Kvardek, si tu me lis ?), ça n'a pas suivi, ou très partiellement.
    Sur les 3 (ou 4, je me souviens plus) rendez-vous obligatoires répartis tout au long de l'année, il n'y en a plus qu'un. En somme, c'est un peu « Bonjour, chuis nouveau ! - Au revoir, on se dira bonjour si on se recroise !».
    Et encore, j'ai pu bénéficier d'un rendez-vous. D'autres étudiants ont vu leur enseignant-référent carrément refuser de les accompagner - parce qu'ils ne sont plus payés pour ça.

    Tutorat de chimie pour le premier semestre (vous savez, pour essayer de compenser les exactions de ex-Prof-de-chimie ). Première séance, nous sommes priés de bien y être assidus, encore plus étant donné que « l'université manque de moyens, a de nombreuses difficultés financières, mais consent quand même à faire quelque chose pour ses étudiants eux-mêmes en difficulté dans certaines matières. » en somme. J'espère quand même que ce sera reconduit pour les futurs étudiants de L1 l'année scolaire prochaine...

    Bref, c'est la crise, on est PÔVRES.

    Alors, en ce moment, je sais pas ailleurs, mais ici oui, ce sont les élections étudiantes. Alors, étudiants, bougez-vous nom de diou !
    En plus, ce sera hyper rapide, car jamais vous n'aurez la queue, ni devant les isoloirs, ni devant les boîboîtes (pardon, les uuuurnes !) ! Parce que vous savez quoi ?

    En allant voter, chers étudiants, vous aurez l'immense privilège de faire partie des 6 % d'étudiants qui votent pour ces élections universitaires.
    (j'hésite entre rire ou pleurer... on peut faire les deux ?)

    Étudiants, VOTEZ !
    vous n'avez besoin que de dix minutes, et de vous menir de votre carte d'étudiant (en plus, le stylo est fourni pour signer les registres... mais que demande le peuple ?!)
    (et même pas besoin d'être majeur youhou !)

    Si vous n'êtes pas doctorants (ce qui est fort fort probable si vous n'êtes pas majeur soit dit en passant, sinon, appellez-moi je veux vous rencontrer), vous pourrez voter pour le CA (Conseil d'Administration), le CS (Conseil Scientifique) et le CEVU (Conseil des Étudiants et de la Vie Universitaire).

    (3 votes pour le temps d'un, au même tarif : gratos !)

    (VOTEZ, pour qu'on ait des lames NEUVES, des projecteurs QUI MARCHENT, des amphis où ne se les CAILLE PAS l'hiver, et où on ne CRÈVE pas de chaud dès qu'il fait un peu beau dehors, des amphis où on peut juste S'ASSEOIR sans prendre le risque que se retrouver par terre sans avoir rien demandé, des CHIFFONS dans les salles, avec des CRAIES et des FEUTRES...
    VOTEZ, pour que les syndicats étudiants aient du poids, pour qu'ils soient LÉGITIMES, et qu'ils puissent bien faire *biiiiiiiiiip* le gouvernement pour qu'on ait des SOUS, pour étudier dans de meilleures conditions !)
    (Et pour qu'on ne soit plus la cinquième roue du carrosse de l'enseignement supérieur)

    (Pour que l'université ne soit pas PÔÔÔÔVRE !)

    Bougez-vous le trognon quoi !

    Rassemblement : il faut aller voter !

    Rassemblement : étudiants, votez lors des élections universitaires !

    Alors, s'il vous plaît (est-ce que quelqu'un m'entend ? m'entend ? m'entend ?...), messieurs et mesdames les politiques, si un jour hypothétiquement vous passiez par là, je vous en prie, il y a d'autres postes pour faire des économies que le social et l'éducation, parce que là, on sombre vraiment dans le ridicule ...

    « Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance »
    Abraham Lincoln


    Vous n'avez pas assez lu ?
    Alors, je vous conseille ceci :
    La participation des étudiants aux élections universitaires, sur le site de la Documentation française. Lien.
    La dépense par élève ou étudiant en France et dans l’OCDE. Lien (pdf). Où vous verrez que la France n'est pas une très bonne élève quant aux moyens alloués par étudiant dans l'enseignement supérieur, par rapport aux autres pays de l'OCDE.

     

    « TagDes nouvelles »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 7 Mars 2012 à 23:01

    Je te lis, je te lis, toujours.
    Alors la situation est très variable, même à 2 kilomètres de distance.

    Bordeaux 1 (sciences, technologies) est RICHE (si, si, même en biologie et chimie). Bâtiments en cours de rénovation, BU neuve et bien alimentée, des tonnes d'ordi (plein sous Linux et même des Mac), etc. La dernière fois qu'un vidéoprojecteur a flanché dans l'amphi, il a été réparé en 8 minutes, incroyable, non. Des groupes de TD de 30 en théorie, 15-20 en pratique, des amphis de 100 maximum. Il y a un professeur référent et un tutorat facultatifs "malheureusement pas assez fréquentés".

    Un peu plus à l'ouest.

    Bordeaux 3 (lettres, sciences humaines, arts) est PAUVRE. Un peu comme la tienne, sans tutorat. TD à 40, amphis à 300. Pas d'ordis. Pas de vidéoprojecteurs... ni de tableau parfois. Et les élections sont organisées de telle façon que je ne peux pas aller voter, et il y a de ces formalités pour faire une procuration... J'irai à Bordeaux 1 (même si elle en a moins besoin).

    Mais il me semble que les votes les plus importants pour l'université, ça va être les présidentielles et les législatives. MAIS NOUS ON PEUT PAS VOTEEEEEEEER !

     

    2
    Mercredi 7 Mars 2012 à 23:09

    Merci :)
    Du coup, à Bordeaux, ça fait un peu comme Rennes 1 et Rennes 2 apparemment (aux dires de ce que j'ai entendu)...
    Par contre ici, je connais pas bien les autres campus dond j'ai pas de comparaison...
    Mais ici, quand on a un pb de projecteur même dans un amphi neuf, on est comme au bord de la catastrophe (et on est obligé d'amener un projecteur transportable de toute urgence), le pire, c'est que c'est courant avec du matériel quasi neuf en plus :)

    Bonne nuit :)
    (je te réponds avec ma brosse à dents dans le bec ;-) )

    PS : oui, on peut pas voter, mais bon ^^'... en même temps, avec tout ceux qui se présentent pas vraiment plus brillants les uns que les autres, cela nous ôte une certaine épine du pied, non ? (faut essayer de voir le côté positif des choses...) [c'est ironique]

    3
    Mercredi 7 Mars 2012 à 23:26

    C'est vrai qu'à propos de Lépine, ils n'ont pas beaucoup d'idées ^^

    Mais j'aurais bien aimé voter, quand même, du coup j'influence mes congénères majeurs et apolitiques pour qu'ils comblent l'absence de ma voix (c'est pas gagné).

    Et bonne nuit aussi !

    4
    -Valérie- Profil de -Valérie-
    Jeudi 8 Mars 2012 à 08:52

    Excellent plaidoyer !!!

    Maintenant, est-ce qu'un étudiant qui aura dû faire face à la "débrouille" ne sera mieux "armé" dans sa vie professionnelle que celui à qui on aura offert un stylo en or, un rétroprojecteuren or pendant des années????????? C'est juste une question...

    Parce que dans la majorité des sociétés, on est  quand même plus proche de Bordeaux 3 que de Bordeaux 1, sachez-le les p'tits jeunes!!!

    Je crois que ce qui compte, c'est la qualité des enseignants. Apparemment, il y aurait fort à dire quand on sait que les "meilleurs" (ça me semble toujours une notion très "relative", les critères d'appréciation m'ayant toujours un peu échappé) choisissent les établissements à forte VA (valeur ajoutée) pour leur carrière. En gros, on tourne en rond!

    Quant à l'implication des étudiants dans les élections, ben on sait que les étudiants préfèrent toujours que les autres choisissent pour eux et de mon temps, c'était pareil...ça fait donc des millénaires que ça dure, ah, ah, ah...

    Quant aux IUT, pour avoir pratiqué, certains fonctionnent comme ta fac, ma Grande, je te le garantis. Je crois que c'est un problème géographique et une volonté politique de privilégier certains secteurs (et régions) et d'en abandonner (volontairement donc!) d'autres.

    Bordeaux bénéficient de la présence de "super Juppé", y a pas de secret! 

    En France, universitairement parlant, le gouvernement connaît: Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille... Le reste, ça existe? il se passe quelque chose? Ah, y a des étudiants autre part?

    Continue quand même (parce que quand même ça fait des souvenirs!). Ensuite, c'est sur autre chose que tu seras jugée au moment de bosser (et là, crois-moi, c'est assez épique aussi!!!!).

    Kvardek-Du: nous aussi, nous avons hâte d'aller à l'isoloir!!! Plus que quelques semaines...

    Bon courage à tous les étudiants de France et de Navarre...

    ValérieJ

    5
    La Première
    Jeudi 8 Mars 2012 à 23:25

    Expérience du jour :

    Arrivée à 13h30 dans une salle de TD de Rennes 2.... déjà on traverse le quartier pour aller enseigner dans des salles de cours installées dans (et je dis bien DANS, pas à côté) une école primaire... Bien, déjà au bout de qq années, tout le monde s'est fait à l'idée qu'arrivé en licence, les étudiants régressaient pour retourner à l'école primaire (quand ce n'est pas l'école maternelle (véridique)). Et oui, Rennes 2 manque de place, de salles, de sous pour construire des bâtiments, voire même changer les préfabriqués qui peuplent le campus...

    Donc j'arrive dans la salle de cours. TD à 39 normalement (bon évidemment, Rennes 2, Sciences Humaines, ils ne sont qu'une trentaine en cours). Je ressors de la salle de cours, je vais dans une petite salle cachée pour récupérer dans une armoire fermée à clefs (mais dont tous les enseignants ont la clé) un vidéoprojecteur.

    Bien, c'est déjà un bon point, au premier cours, l'armoire était .... vide (bah oui vous comprennez bien, début du semestre, il n'y avait pas assez de vidéoprojecteurs sur le campus des "grands" donc et bien qq'un était venu chercher les vidéoprojecteurs pour leur faire traverser le quartier...). Très très important de connaître les flux migratoires des vidéoprojecteurs...

    Donc on branche le vidéoprojecteur... des fois ça marche tt de suite, et des fois et bien il manque un câble,ou l'ampoule est grillée depuis longtemps, ou encore et bien je ne sais pas quoi encore mais on trouve toujours...

    Donc retour dans la salle pour piller un autre vidéoprojecteur de son cable. et là, ouf, ça marche!!! Enfin au détail près que l'on projette sur des murs oranges (oui, oui, forcément les CP ou les CE1 préféraient vivre dans un environnement coloré). Et puis et bien ma foi, quand je m'ennuie à force d'écouter mes étudiants et bien je regarde les dessins des enfants de primaires, restés accrochés aux murs!

     

    Tout ceci, étant absolument véridique et confirmé de ce jour, je peux vous assurer que Rennes 2 comme d'autres fac est POOOOOOVRE (ou mal gérée).

    6
    La Première
    Jeudi 8 Mars 2012 à 23:35

    Et forcément, Rennes 2 oblige, j'ai oublié de remettre le cable avec le bon vidéoprojecteur... c'est ça la mixité ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :